Mise au point

13 août 2017

Je suis de retour à Mayence et sur internet depuis quelques jours !

Deux semaines et demi de vacances, un petit road trip en France (qui va sûrement devenir annuel ! on avait déjà fait ça l’an dernier, quasiment le même parcours, deux étapes en moins (Dinard et Bourgogne Franche-Comté) et une étape en plus, la toute première). Cette année, nous avons commencé par un week-end en famille chez ma soeur à Compiègne pour le baptême de ma nièce chérie (qui a seulement 6 semaines d’écart avec mon loulou, autant vous dire que voir les cousins réunis était un vrai bonheur), puis quelques jours à Lille chez mes beaux-parents, où nous avons bien profité pour voir les amis (du moins ceux qui étaient dans les parages), ensuite une escale à Granville chez ma grand-mère (pèlerinage obligatoire au Musée Christian Dior, déjeuner gourmand presque anniversaire là où nous nous sommes mariés il y a bientôt 4 ans, balades sur les plages de mon enfance avec mon fils qui court dans le sable mouillé, émerveillé par l’espace à marée basse, comme moi il y a plus de 30 ans) pour finir avec 10 jours chez mes parents à La Rochelle avec un programme à base de détente, grasses matinées, baignades dans la piscine, balades sur l’île de ré, lectures (le plaisir de se poser avec un livre ! J’avais oublié ce que c’était d’en avoir le temps !), restos et apéros : les vraies vacances !
Et on repart tous les trois dans une semaine : Amsterdam, Groningen, Paris, pour le plaisir et pour des congrès de mon mari. Et à peine rentrée, je sauterai à nouveau dans un avion dès le lendemain pour une destination canon…! Mais chaque chose en son temps.

Ce petit post « retour de vacances », je n’avais pas spécialement prévu de le faire mais j’ai eu envie de vous parler, non pas de mes vacances dans les détails, mais de la « détox internet » que j’ai décidé de faire pendant ces deux semaines et demi.

J’avais commencé à écrire sur instagram une légende pour la photo qui illustre (plutôt bien) cet article et je me suis rendu compte que ça allait être bien trop long et que j’avais plutôt envie d’écrire un vrai long article ICI, sur le blog ! Remise en contexte pour commencer.

J’ai beaucoup travaillé ces derniers mois, beaucoup bougé aussi. Vous le savez, je mets toujours un point d’honneur à vous offrir du contenu de qualité, quite à ce que ça me prenne un temps fou (je me bats d’ailleurs souvent contre mes proches qui affirment qu’on ne fait pas toujours la différence entre une photo insta à l’arrache et un visuel léché qui m’a pris beaucoup de temps, j’essaye alors de leur expliquer que je m’en fous que ça se voit ou pas, que le temps passé est hors sujet et qui ce qui compte, pour moi, c’est d’être fière de la qualité de l’image que je partage).

Ces derniers mois, sur instagram, l’ambiance s’est vachement dégradée : il y a eu la mise en place du mystérieux algorithme, les histoires nauséabondes d’achats de followers et de likes, et les suspicions ridicules qui ont surgi de toute part, pour finalement n’aboutir à rien si ce n’est à consacrer le règne du fake et de la quantité au détriment de la qualité qu’elle soit celle des photos ou celle d’une communauté réelle et fidèle.

Mes likes ont baissé, beaucoup, certaines photos dépassent parfois à peine les 500 likes et d’autres, rares, atteignent quasi miraculeusement les scores d’avant cet « algorithme » (plus de 3000) pour des raisons que j’ignore. Mais si je compare le nombre de likes obtenus au nombre de gens qui voient effectivement mes photos s’afficher dans leur feed (merci les stats internes et le chiffre correspondant à la fameuse « portée » d’un post), alors mon engagement est stable. C’est juste que pour encourager les « influenceurs » à sponsoriser leurs publications (=payer pour qu’elles s’affichent dans les feeds des abonnés), la « portée » de chaque publication semble être plus ou moins limitée, depuis la disparition de l’affichage chronologique des feeds. Au final, les photos à 500 likes ont quasiment le même rapport likes/portée que celles qui en récoltent 2500. C’est mathématique, niveau CM2, elles sont vues par 5 fois moins de personnes que les autres.

Alors je ne vais pas vous mentir, cette baisse des likes (en valeur absolue, j’insiste) m’a un peu secouée. Déçue. Enervée. Je trouve ça super injuste qu’un algorithme décide quelle proportion de mes abonnées verront ma photo du jour s’afficher. Tout ça pour me donner envie d’acheter des vues à instagram, ou des faux likes à des plateformes douteuses. Mouais. Bof. Non merci.

Alors, je me suis rassurée en me disant que sur le blog, le seul endroit qui m’appartient vraiment, et qui n’est pas dirigé par des conditions générales d’utilisation changeantes, vous êtes toujours aussi nombreuses à venir lire mes pavés, regarder mes tenues et mes photos.

Forcément, le nombre de visites ici n’est pas visible donc c’est moins drôle pour se la péter (et moins vendeur pour les marques qui n’y ont accès que sur demande) mais je sais (et les personnes avec qui je travaille le savent) : une communauté/un lectorat ne saurait se réduire à son seul aspect numérique : un simple nombre de likes ou d’abonnés (parfois fantômes et achetés) sur un réseau social ou un taux d’engagement complètement injuste puisque contrôlé par un algorithme opaque.

Plus de 8 ans de fidélité pour certaines d’entre vous, ça vaut tous les likes du monde !

Revenons-en à instagram. Les instastories ? J’ai bien du mal à m’y mettre. Je suis sûrement trop vieille et probablement un peu out of the game, mais je dois avouer que je n’arrive pas à m’intéresser à ce que je vois ni à avoir la prétention que je pourrais apporter quelque chose à vos journées en vous détaillant les surprises reçues dans ma boîte à lettres ou le contenu de mon déj forcément #healthy avec une copine. Je me sentirais super con de vous faire perdre votre temps si précieux à vous faire bouffer du vide… Je n’avais pas accroché à Snapchat, donc forcément instastories me dépasse tout autant. Je m’en sers donc uniquement pour partager des photos en plus de celles que je mets dans ma galerie, comme un bonus temporaire pour partager « plus » mais pas « n’importe quoi » ! (la seule option que je trouve cool avec instastories, c’est le LIVE. J’aimerais bien, à la rentrée, qu’on se fixe un petit rendez-vous, mensuel ou hebdomadaire, pour discuter de choses et d’autres, en direct et en presque face à face, dites moi si ça vous botte !)

Voilà pour la partie « instagram » vue de ma position de blogueuse.

Mais ce n’est pas tout : du point de vue de la simple utilisatrice de l’application que je suis, avide de belles images et de contenu inspirant, mon feed ne m’intéresse plus vraiment.

Je suis abonnée à certains comptes « par politesse » (disons même, pour éviter toute crise diplomatique / vexation malencontreuse qu’un unfollow pourrait générer) dont les excès, le manque d’originalité et/ou l’absence cruelle d’esthétique propre ne manquent pas de s’afficher et de polluer mon feed tandis que parallèlement d’autres comptes qui m’intéressent car leurs photos m’inspirent ont complètement disparu de la surface de mon feed. Aller manuellement rechercher leurs galeries respectives pour ne pas rater des photos ? Je le fais pour les copines de temps en temps, mais j’oublie souvent de le faire, notamment pour ces gens que je ne connais que par leur patte artistique. Et au final, c’est à ce titre que suis le plus déçue d’insta. L’affichage chronologique des photos, sans robot, sans algorithme et sans critère de likes me manque beaucoup en tant qu’utilisatrice de l’application. Je prends moins de plaisir à faire défiler les photos, sachant que leur présence est décidée par un petit robot et que la plupart de celles qui m’intéressent vraiment ne s’affichent plus.

Je suis donc partie en vacances en me disant que l’ambiance sur mon réseau social préféré commençait à être un peu néfaste, que le règne de l’esthétique et du partage avait laissé place à celui de l’égocentrisme et du commercial et qu’il était temps de se détacher un peu de tout ça.

Je suis aussi partie en vacances épuisée.

Au bout du rouleau même.

Au bord du burn out ? allez savoir…

Cette expression va sûrement en faire grincer des dents plus d’une. « Tu te rends compte ? la nana elle est blogueuse, elle va nous faire croire qu’elle est surmenée ? Trop dur de porter des jolies fringues et d’aller en week-end dans des jolis hôtels !« .

Ne vous inquiétez pas, je suis bien consciente que j’ai la « chance » d’avoir un métier super chouette et très épanouissant : de chouettes contrats avec des marques que j’aime, des rencontres avec des gens que j’admire, des voyages ou escapades dans de beaux endroits, des expériences inédites et merveilleuses, j’ai une collection de chaussures, de robes et de sacs à main dont je n’osais rêver, le tout en étant mon propre boss donc en travaillant de chez moi (rester en pyj en pleine semaine, jusqu’à l’heure d’aller chercher mon fils à la crèche : c’est possible et même fréquent !) et en ayant le luxe absolu de décider seule de mes horaires (je suis tout à fait libre de bosser plus de 70h par semaine, personne ne m’y force…). J’ai vécu il y a quelques années un début de carrière bien plus classique et bien moins clinquant, je sais ce que c’est de travailler dans un bureau, avec des collègues /supérieurs / subordonnés qu’on n’a pas choisis, à faire des choses parce qu’on le doit et pas parce qu’on le veut. Je n’ai pas oublié. Et je le sais : écrire, prendre des photos, voir de jolies choses : c’est un boulot de rêve !

Pour autant, il s’agit bien d’un boulot, on parle bien de TRAVAIL. Et qui dit travail dit stress, envie et besoin d’être toujours plus performante, de faire toujours mieux et plus vite, de se sentir nulle et pas à la hauteur quand je me compare à mes consoeurs, et tout le toutim qui va avec la notion de travail. Il y a aussi toutes les tâches « cachées », celles qu’on ne voit pas à l’écran parce que pas glamour et même plutôt ingrates : la facturation, les galères administratives pour monter sa propre entreprise (je suis en plein dedans, bye bye le statut d’auto-entrepreneur !), les rendez-vous avec le comptable, les problèmes techniques du genre piratage ou bug, les relances pour obtenir son dû, les emails sans queue ni tête qui pourrissent ma boîte mail autant que mes journées et qui me prouvent que 80% des gens qui me contactent n’ont pas jeté un seul coup d’oeil à mon blog, le poids de la culpabilité quand tu ne trouves pas le temps de répondre à un email adorable / intéressant / pour une opé super cool parce que bordelum tu es toute seule et tu n’arrives pas à être sur tous les fronts, la pédagogie incessante dont il faut savoir faire preuve pour faire comprendre à ces personnes que non, je ne vais pas écrire (gratuitement bien sûr) 4 articles sur un sujet qui n’a rien à voir avec la choucroute (j’ai d’ailleurs arrêté de répondre à ces emails mais ils continuent tout de même à affluer…), que si, si si, je vais indiquer sur mon post qu’il est sponsorisé s’il l’est car c’est (en plus d’un devoir moral et déontologique de transparence envers vous lectrices) une obligation légale (beaucoup de blogueuses / instagrameuses / marques semblent l’ignorer…)…

Je m’arrête là, la liste est encore longue mais ce n’est pas le sujet de mon article d’aujourd’hui.

Tout ça pour dire que comme dans tout travail, il y a un risque de surmenage si on en fait trop.

Ajoutez à cela que mon loustic de 18 mois réclame beaucoup d’énergie (on s’amuse beaucoup, c’est que du bonheur, il est génial, souriant, câlin, enthousiaste de tout, gourmand, curieux, drôle… et plein d’énergie !) : quand je ne travaille pas, c’est pour m’occuper de lui (pas pour me la couler douce et me reposer le corps ou l’esprit). Encore une fois grosse pression : comment font les jeunes mamans qui ont parfois plusieurs enfants et souvent une vie professionnelle tout aussi remplie que la mienne ? Comment font-elles pour trouver le temps d’être si parfaites sur instagram et de poster du contenu si joli et si léché plusieurs fois par jour ?

On en revient toujours au même : sentiment de ne pas être à la hauteur…

Et cette sensation est tellement fatigante…

Je suis donc partie en vacances écoeurée d’instagram, fatiguée d’avoir beaucoup travaillé et épuisée d’avoir l’impression que je peux faire tout mon possible, ce n’est de toute façon jamais assez.

Je me suis décidé dans la voiture à faire de ces vacances un VRAI break.

En mode « je déconnecte ». Un seul objectif : PROFITER.

Je savais que pour ma santé mentale et physique, c’était indispensable de faire une vraie pause. Je n’étais pas sûre d’y arriver… Et j’avais peur d’être encore plus stressée (par les mails qui continuent à arriver, par les autres qui ont l’air de réussir la prouesse de cumuler farniente et présence sur internet, par cette petite voix pas toujours bienveillante qui te répète un peu trop souvent que si tu disparais d’internet trop longtemps (quelques jours), les gens t’oublient (est-ce bien grave ? après tout mes lectrices / abonnées méritent aussi qu’on les laisse profiter de leurs vacances sans les gaver d’images des miennes, non ?).

Mon but était de réussir à faire une vraie pause comme je n’en ai fait que deux en 8 ans : deux semaines pour ma Lune de Miel et deux semaines et demi après la naissance de mon fils.

Finalement, j’ai plutôt réussi à déconnecter sans mal et sans angoisse, mais j’ai quand même un tout petit peu bossé, le strict nécessaire pour avoir l’esprit serein, et seulement par envie, pas par obligation.

En deux semaines et demi de vacances :

– j’ai posté 13 photos sur instagram (dont 8 préparées avant le départ et seulement 5 shootées pendant ces vacances) = ce que certaines arrivent à publier en 3 jours de vacances Mais comment font-elles ?!

– j’ai publié 2 posts ici (programmés à l’avance la nuit avant de prendre la route !) = le minimum syndical ?

– j’ai écrit 7 emails et passé 5 coups de fil = heureusement que j’ai un meilleur rendement en temps normal !

– on a shooté 4 looks, histoire de profiter des jolis décors environnants et d’avoir un peu de matière à dispo au retour pour rendre la reprise plus « smooth » (d’ailleurs, j’ai publié le premier jeudi soir, vous l’avez vu ? il est ici ! les autres suivront cette semaine)

Je ne suis quasiment pas allée sur instagram (pour quoi faire ? pour y regarder les vacances des autres plutôt que de m’employer à profiter des miennes ?).

J’ai déconnecté ma boîte mail pro de mon iPhone, afin de limiter les tentations d’aller voir ce qui s’y tramait (je me suis connectée via mon macbook en de rares occasions pour vérifier que le mail du siècle n’était pas arrivé).

J’ai limité Messenger et Facebook au strict minimum (à en oublier de répondre aux amis qui m’ont souhaité mon anniversaire, oups !)

J’ai supprimé toutes les notifications : plus envie de recevoir ces injonctions permanentes à aller regarder mon iPhone, ces petits pop-up innocents qui t’indiquent que quelqu’un a commenté ta photo ou autre. Une vraie pollution : tu y vas juste pour lire le commentaire, ce qui devrait te prendre 3 secondes, et tu finis par y passer minimum 20 minutes, aspirée par le trou noir de la sérendipité internetesque.

Et tout ce temps libre libéré grâce à ces petites astuces, je l’ai employé à me reposer, à manger des glaces, à boire des apéros, à aller voir les couchers du soleil avec mon mari, à lire, à jouer et rire avec mon fils, à dormir…

Autant vous dire que je suis requinquée !

Pour combien de temps je ne sais pas, on perd toujours trop vite le bénéfice des vacances…

Ce qui est sûr c’est que je suis heureuse d’avoir passé mes vacances les orteils en éventail, les cheveux au vent et le nez en l’air plutôt que les yeux rivés sur mon iPhone pendant la moitié des vacances.

Détox plutôt réussie et surtout riche en enseignements !

Résolution de rentrée : J’essaye de ne pas trop me mettre la pression et je m’impose des limites.

Je voudrais en finir avec les week-ends où je bosse comme des jours de semaine. Je suis sûre que ça aurait au final un impact positif sur ma productivité.

Je vais me prendre une journée OFF de temps en temps, au moins une fois par mois, pour profiter de mon fils, ne pas le mettre à la crèche, et qu’on ait une journée rien qu’à nous deux.

Je voudrais continuer à concentrer mes efforts sur le blog, prendre le temps d’écrire, lancer les projets qui mijotent dans ma petite tête depuis des mois.

Je dois essayer de me focaliser sur les choses dont l’évolution ne dépend que de ma motivation à donner le meilleur de moi-même.

Arrêter de me prendre le chou avec des choses que je ne maîtrise pas et qui finissent par me débecter en plus de me prendre du temps inutilement.

Arrêter de perdre mon temps sur mon iPhone. (j’ai lu un article récemment qui m’a secouée. Un chercheur dont j’ai oublié le nom qui se bat pour une éthique plus humaniste dans le design des applications et des réseaux sociaux disait « sur son lit de mort, personne ne se dit « j’aurais aimé passer plus de temps sur Facebook« . Cette phrase m’a fait l’effet d’un électrochoc, comme le reste de l’article d’ailleurs qui était brillant et effrayant de lucidité. Si ça vous intéresse j’essaierais de vous retrouver le lien.)

Alors non, je ne vais pas arrêter instagram. Juste m’en détacher et arrêter de m’auto-flageller de ne pas rentrer dans le moule de la parfaite « influenceuse ». Continuer d’y relayer mes articles de blog et de publier des photos qui me plaisent. Considérer ma galerie comme un album de souvenirs et un portfolio de ce que j’aime faire : des photos de voyage et d’escapades, des stopmotions créatifs avec des jolis cosmétiques, de belles collaborations avec des marques que je suis fière de compter parmi mes partenaires.

Parce que si pour « marcher » sur instagram il faut se montrer en maillot de bain 3 fois par jour bronzée couleur tartine trop grillée, poster des tenues du jour qui sont en fait des tenues de la seconde (ben oui, quand il y a 4 ou 5 looks différents dans la même journée, on ne peut plus appeler ça un Outfit Of The Day si je ne m’abuse…), uniformiser son contenu à ne plus savoir au premier coup d’oeil s’il s’agit de la photo d’untel ou d’untel, poster des photos de ses enfants à longueur de journée à se demander si les enfants en question savent ce que c’est que de jouer sans présence d’un appareil photo dans leur champ de vision et sauront plus tard ce que signifie le concept de « vie privée »… Si pour booster ses photos dans le feed et déjouer l’algorithme, il faut faire 23 instastories par jour à filmer absolument tout ce qu’on fait (ou ce que l’on prétend faire), si c’est ça les nouvelles règles du jeu, alors tant pis. Je passe mon tour.

Attention, ne vous méprenez pas ! J’apprécie certains comptes qui pourraient se ranger dans ces catégories, je suis avec plaisir des personnes qui ont une « ligne éditoriale » différente de la mienne, j’adore certains comptes de mamans, m’ébahir devant la trogne trop mignonne de leur petit dernier, j’admire le travail et les photos de certaines blogueuses/instagrameuses même si elles se kiffent (à juste titre) en bikini ou se changent 10 fois par jour.

Quand bien même, de toute façon, chacun est libre de faire ce qu’il veut, vous connaissez la chanson, chacun fait fait fait ce qu’il lui plait plait plait.

Mais parfois, je frise l’overdose. Et surtout, si ce type de contenu peut parfois me divertir, ce n’est pas ce que j’ai envie de faire, moi. Ce n’est pas comme ça que je conçois ma présence sur les réseaux sociaux.

Je veux créer et publier du contenu qui me ressemble, qui est en accord avec mes valeurs, qu’elles soient morales ou esthétiques.

Tant pis si c’est moins « bankable ». Je n’ai jamais souhaité devenir célèbre, ce n’est pas la « FAME » que je recherche en étant blogueuse, je n’ai pas envie de devenir une it-girl, ces nanas connues on ne sait pas trop pourquoi si ce n’est qu’elles sont jolies et stylées. Je sais qui je suis, la Mum Next Door, qui a sûrement un boulot un peu plus fun que la moyenne mais qui tient à préserver son intimité et sa vie « normale ». Je l’aime ma vie imparfaite avec de la semoule sur le carrelage de la cuisine juste en dessous de la chaise haute, des bourrelets de muffin qui dépassent de ma culotte gainante, le même jean que je traine depuis 4 jours parce qu’il est confortable, tant pis s’il ne me fait pas de belles fesses, ma peau trop blanche qui déteste le soleil, mon fils que j’aime plus que tout et que je souhaite préserver au maximum d’internet (comment j’exploserais les likes si je vous montrais son adorable trogne ! Mais flatter mon ego de la sorte en sacrifiant son anonymat et mes principes et en documentant sa vie sur une appli, vous le savez, ça irait à l’encontre de mes principes, et ça n’arrivera pas !).

J’ai toujours considéré les réseaux sociaux, Twitter, Facebook, Instagram, comme des satellites du blog, des petits bonus, permettant de créer du lien avec vous, j’ai toujours considéré que j’étais blogueuse et pas instagrameuse. Mais en fait, ce postulat simple, je l’avais un peu oublié, prise dans le tourbillon d’instagram. Il m’aura fallu cette « détox digitale » pour le rappeler à mon bon souvenir.

Voilà. Vous savez tout.

Je suis bien consciente que je prends un risque en publiant ces lignes.

Certaines trouveront sûrement cet article paradoxal, probablement à juste titre. Certaines diront peut-être que je scie la branche sur laquelle je suis confortablement assise, à vous encourager à vous détacher de vos écrans, alors même que c’est ça qui me fait vivre. Certaines trouveront que je ne suis pas cohérente du tout, à critiquer celles qui savent si bien utiliser instagram comme une arme d’influence massive. Certaines me trouveront peut-être « aigrie » et se diront que ce pavé est dicté par la frustration de voir les choses évoluer, par la jalousie de voir le succès de celles qui arrivent mieux que moi à jongler avec tout ce qu’elles ont à faire et qui maîtrisent bien mieux les codes d’internet et des réseaux sociaux.

Que vous ayez tort ou raison, vous êtes tout à fait libres d’avoir votre opinion !

Mais vous voyez, je dois être cohérente : mon objectif est de me recentrer sur le blog et de me concentrer sur ce que j’aime faire. On est donc en plein dedans. C’est ça que j’aime faire sur mon blog : partager avec vous mes tenues, mes coups de coeur, mes découvertes, mes voyages, mes photos… ET MES ÉTATS D’ÂME ! Quels qu’ils soient.

Et cette petite crise de désamour pour instagram, cette envie d’authenticité, ce ras-le-bol de la transformation de la blogosphère en télé-réalité sur smartphone (qui n’a de « réalité » que le terme, vraiment mal choisi), cette motivation pour me recentrer sur ce que j’aime faire et qui me correspond, ce besoin de passer plus de temps à vivre ma vie plutôt qu’à la mettre en scène pour des likes ou à regarder frénétiquement les détails insignifiants de celle des autres sur l’écran de mon iPhone, cette volonté de partager « mieux » plutôt que de partager « toujours plus », d’être là, sur mon blog, plutôt que « partout tout le temps », cette espèce de révélation, je n’avais pas envie de la garder pour moi.

J’avais envie de partager tout ça avec vous, ici, sur mon blog, avec des mots et une petite photo. Parce que c’est ça que j’aime faire et que je vais continuer à faire.

 

 

 

 

Voir plus d'articles

91 commentaires sur “Mise au point”

  1. Je comprends tout à fait cet état d’esprit et j’approuve complètement! Je te suis depuis des années avec ou sans Instagram! Et Ca continuera;) bises

  2. Je fais donc partie de ces lectrices de « l’ombre » ! Tout est si bien formulé !
    Très bonne continuation Pauline et gardez votre authenticité
    Anna

  3. Bonjour Pauline

    J’aime suivre tes looks sur insta et de temps en temps sur ton blog. Je trouve que tes photos sont d’excellentes qualités et ton univers est palpable. Mais en te lisant je me demande où est le plaisir ? J’ai Moi même un compte insta (Pas sous ce nom car j’ai un blog depuis peu et souhaite rester anonyme) mais je ne vise pas la même perfection que toi. Je suis plutot dans la spontanéité, dans des instants choisis, Moins dans la recherche de la perfection. Et je pense qu’insta c’est ça … une multitude de profils avec des fakes, des algorithmes. Ça n’est pas Mon métier mais je poste et lis pour Mon plaisir et tant pis si ça n’est pas parfait.
    Je pense qu’il faut garder cela en tête Le plaisir aussi non ?

    1. Bonjour chère « incorrigible imparfaite » (très bon pseudo au passage !!)
      J’adore la photo autant que j’adore écrire. Donc le plaisir de faire ce que je fais ici est intact !
      J’ai toujours du plaisir à partager plein de choses, mais j’ai plus de plaisir à partager sur le blog que sur instagram !
      heureusement !
      Par contre, je n’ai plus trop de plaisir à faire défiler mon feed insta, du coup, je me détache.
      Concernant instagram (ou les réseaux sociaux en général), il est difficile de comparer un compte perso à un compte professionnel. Dans un cas il s’agit d’un album photo de souvenirs, de moments choisis, de spontanéité, au diable la perfection de l’image, dans l’autre il s’agit d’un moyen de communication, d’une carte de visite propice à l’auto-promo, d’un portfolio etc. La recherche de plaisir ou de perfection est directement liée au type de profil dont on parle, je crois.

  4. Chère Pauline,

    Encore une fois, je comprends totalement ton discours et y adhère à 200%.

    J’avoue être davantage sur Instagram que sur les blogs (manque de temps…) mais je ressens les mêmes choses que toi concernant tout cet univers. J’aime y traîner (et j’y suis trop! C’est comme une drogue) car ça me donne de l’inspiration, des idées, mais je suis souvent agacée par certains comptes pour toutes les raisons que tu exposes.

    N’étant pas professionnelle et ayant un profil privé, je ne me pose pas la question quand je me désabonne d’un compte: personne ne s’en rendra compte. Mais je m’interrogeais sur ça pour vous les blogueuses/instagrameuses: comment pouvez-vous faire?! Et tu as soulevé cela très justement: tu te sens obligée de continuer à suivre ces comptes par politesse… C’est tellement dommage de ne pas pouvoir te sentir libre (ce n’est pas un jugement, c’est le système qui est dommage!).

    Je te souhaite sincèrement de t’accorder de vrais week-end en famille et une journée off avec ton petit garçon. Au final c’est ça l’important: la vraie vie ;-).

    Bonne continuation

    1. Merci Jeanne pour ton commentaire !
      Ce que je ne dis pas dans mon article, et j’aurais peut-être dû le souligner, c’est qu’au delà de la politesse, il y a aussi l’envie de ne pas blesser inutilement quelqu’un dont je n’apprécie pas forcément le contenu publié mais que j’apprécie « en vrai ». C’est blessant un « unfollow » d’une « copine ». Et je n’aime pas faire de la peine aux gens. Donc je reste abonnée, et je continue à apprécier la personne pour ce qu’elle est, même si je ne m’inscris pas forcément dans la même démarche sur instagram. Je sais faire la différence entre le personnage joué sur les réseaux sociaux et la vraie personnalité.
      Et si c’est quelqu’un que je ne connais pas personnellement, quelqu’un avec qui je n’ai qu’une relation virtuelle, alors je m’autorise le désabonnement sans sourciller.
      Bonne continuation à toi !

  5. Trés bel article et trés bien écrit !!!
    Cela fait des années que je te suis mais dans l ombre
    Mais ce soir je voulais te dire : cela fait du bien de te lire
    Des articles comme le tien et se dire que nous ne sommes pas uniquement prises pour des carnets de chèque ambulants !!!!
    Bonne soirée
    Marion

  6. Bravo pour ton article. Je te suis en pointillé depuis ton déménagement à New York, et finalement je trouve que ton blog est devenu de plus en plus chouette dans son contenu (alors que c’est souvent l’inverse avec les blogs mode), un des rares où la voix de la personne qui écrit se détache encore.

  7. Ton article résonne tellement ! J’ai un blog plus modeste que le tien et suis bien moins suivie sur les réseaux mais entre cette activité (et les 70 courriels par jour, les relances au bout de 3 jours « vous publiez quand ? » « Je travaille, je ne suis pas payée pour le blog, attendez ce week-end et arrêtez de me stresser ») et le reste, j’ai l’impression de filer vers l’épuisement. Les chiffres sur Instagram, c’est de la tyrannie. On ne vaut rien en dessous de 10000, peu importe la fréquentation du blog (800 par jour, ça ne représenterait rien) et on vient nous le dire. Impossible de se détacher de tout cela… Et voilà que l’on passe pour des difficiles, comme si le blog était facile, que l’on avait de la chance et que l’on ne travaillait pas… Bref, il faut faire de son mieux et prendre des leçons de sagesse 😉 En tout cas, tes photos sont magnifiques et ton univers très plaisant. Je te souhaite beaucoup de bonnes choses !

    1. Il y a tellement de gens qui ne considèrent pas que bloguer soit un vrai travail, c’est agaçant quand toi tu les vois bien, les heures de boulot. Bon courage, ne t’épuise pas trop et surtout, continue à bloguer ! Pour le plaisir plus que pour la reconnaissance, c’est le secret je crois 😉

      1. Merci de ton petit mot !
        Récemment, j’ai dû être un peu fatiguée par les agences qui venaient me chercher (blogtrip « de rêve », etc.) avant de m’annoncer qu’ils avaient finalement fait la même proposition à quelqu’un d’autre et que ma « candidature » (?) n’était pas retenue. Dans ces moments là, il faut vraiment se souvenir de ce qui nous a conduit à bloguer et du plaisir que cela doit rester 🙂
        Bonne semaine 🙂

  8. « Je suis abonnée à certains comptes « par politesse » ».
    Tu nous imposes ta vie, pardonne-nous de devoir supporter la nôtre. Vos histoires d’algorithme n’intéressent pas le lectorat, comme les histoires de like. Oui bloggueuse, c’est un métier, on le sait tous. Apprend a te réinventer, donne-nous envie de te lire plutôt que de pleurer en regardant ton nombril, ou fait nous rêver en silence.

    1. Cher internet, je ne comprends pas trop votre commentaire, la preuve s’il en fallait une, que je comprends mal internet en ce moment.
      Je n’impose ma vie à personne. Je ne m’impose pas non plus d’être spectatrice des vôtres.
      Je me doute que mes petits problèmes d’algorithme ou de likes sont inintéressants (mais qu’il est nécessaire de les expliciter afin d’expliquer pourquoi je me détourne progressivement de ces réseaux au profit du blog, que chacun est libre de visiter ou non).
      Croyez-moi, tout le monde ne conçoit pas le blogging comme un vrai métier, on en a la preuve tous les jours.
      Enfin merci pour vos conseils, je choisis d’essayer de vous donner envie de me lire, le silence n’ayant jamais été mon fort.

  9. Je ne commente jamais mais je lis tous tes articles mais j’ai beaucoup aimé cet article et ce que tu y dis, ça fait vraiment du bien de lire ça !
    Merci pour cet article sans langue de bois.
    Merci pour cet article qui nous rappelle, et on en a toujours besoin, ce qu’est la vraie vie ! En tout cas j’espère que tu tiendras ces « résolutions », selon moi c’est la bonne mentalité à avoir !

  10. MER-CI !! Instagram c’était mon réseau social.. Non je ne publie pas sauf les photos de mes chats et d’un couché de soleil. Mais, j’adore la photo artistique, j’adore voir des belles tenues et j’adore les dessins. Instagram me permettait de voir tout ça.

    Au départ, le premier blog que j’ai suivi sans mentir c’est le tien. (D’ailleurs je pense que ça fait 8 ans que je te suis car j’étais encore au lycée et là je viens de finir mon master (avoir raté ton vide dressing à Lille a été une déception . Oui je divague LOL) Et j’ai découvert instagram grâce à toi.. C’était vraiment l’accessoire des blogs modes que je suivais..

    Et maintenant instagram ? Bah je ne vois plus rien.. Enfin si.. J’ai toujours suivi les « it-girls » parce qu’elles font de belles photos et une fois de temps en temps dans mon feed ça passait bien. Maintenant j’en ai ras le bol de les voir en maillot de bain, de les voir manger une glace, de les voir… J’ai l’impression que je vois dans mon feed que certaines influenceuses/ influenceurs. Et plus du tout je ne vois plus du tout le contenu qu’au final j’aimais.. Du coup, décision drastique, les filles et les gars je vous aime bien mais là je fais une overdose.. J’ai unfollower . (Bon moi ça ne risque pas de se transformer en crise diplomatique 😉 ) En fait, je fais une overdose de ces photos fakes. Elles se ressemblent toutes.

    Et puis, avant quand tu cliquais sur chercher tu trouvais plein de comptes différents. Maintenant à chaque fois j’ai au moins une photo de la famille Kadarshian/ Jenner. Attention je n’ai rien contre elles mais elles ne m’intéressent pas. ALORS POURQUOI instagram me les propose ?

    Je t’assure que du coté des followers ou du moins du mien il y a un ras le bol. Il y a un an mon mec râlait car je passais trop temps dessus avant de me coucher ou en me réveillant.. Aujourd’hui il me demande si je suis malade tellement j’y vais plus (bon okay j’exagère un tantinet ^^’).

    Oh puis les story … Certaines j’adore. D’ailleurs les tiennes j’aime parce que comme tu dis c’est un petit plus. Mais sérieusement qui a envie de savoir que tu es dans le taxi ou dans le TGV ??? C’est comme les statuts Facebook du style « je prends mon petit-déjeuner » . ça me dépasse.
    Et puis surtout ce qui m’énerve c’est les story avec la mention « nouvelle photo sur mon feed allez voir » .. Je sais pas pourquoi mais ça m’énerve. (Bon avec le nouvel algorithme je commence à comprendre pourquoi . Ca doit être excessivement agaçant de mettre du temps à faire une belle photo pour qu’au final elle tombe aux oubliettes).

    Et puis, on parle des commentaires ? Sous tes photos je trouve que ça va encore. On est une belle communauté ^^
    Mais, parfois j’étais outrée de voir « han tu as des kilos en plus , ou han tu devrais pas mettre ça après ta grossesse » HEE spoile alert la grossesse ça fait grossir …
    Ou même outrée de voir la méchanceté gratuite sous certaines photos. Pourquoi et comment les gens se permettent de dire de telles choses ? Je sais même pas comment vous gardez votre calme face à une critique si peu constructive.

    Voilà voilà .. je suis un peu génée car ça fait un peu coup de gueule… mais c’était juste pour dire moi aussi en tant que follower j’en ai marre. Rendez moi mon instagram d’antan .. même si ça fait vieux de dire « c’était mieux avant » .

    Et je tenais à rajouter : arrête de justifier que ton blog c’est un travail. Oui certaines personnes ne comprendront jamais et cela surtout par jalousie. Oui tu fais un boulot de rêve, tu as une garde de robe digne de Carrie Bradshaw, tu peux être en pyj toute la journée si ça t’enchante et aller chercher ton fils à la crèche.
    Mais si c’était facile, tout le monde le ferait. J’imagine même pas la retouche photo, répondre aux mails, la paperasse administrative.. Honnêtement j’imagine pas une seconde la pression que tu dois vivre. Et surtout la pression de se mettre comme ça presque à nue sur un blog. De toujours devoir être au top. Ca m’a tellement attristée de voir à quel point après ta grossesse ton poids était un tel mal-être.Franchement combien de filles auraient eu le courage de se mettre devant un appareil photo et de sourire tout juste après un accouchement ? Tout ça pour partager avec nous une jolie tenue, un bon plan, comment porter si ou ça.

    Alors MER-CI.

    Des bisous,

    Constance (une lectrice assidue mais pas toujours très bavarde contrairement à aujourd’hui hihi)

    1. Merci Constance pour ce long commentaire (je vois que je ne suis pas la seule à m’enflammer sur mon clavier, ça fait plaisir !)
      C’est rigolo de se dire que tu me suis depuis si longtemps et que je t’ai accompagnée virtuellement pendant tes études ! <3
      Je rebondis sur ton passage sur la page "explorer" d'instagram ! C'est vrai que là aussi il y a eu beaucoup de changements et c'est dommage, on n'y découvre plus des comptes confidentiels plein de talent comme avant. Perso je n'y vais même plus sur cette page là...
      Quand je te lis, je me dis "tant mieux", tant mieux que certaines personnes aient comme toi la clairvoyance de se détacher d'une appli qui ne leur apporte plus la dose d'inspiration nouvelle qu'elles étaient venues y chercher.
      Pour ce qui est des histoires de poids et de grossesse, j'y reviendrai bientôt dans un prochain article (qui sera sûrement très long aussi !) mais ça m'a vraiment beaucoup touchée de savoir qu'il y avait au moins une lectrice qui comprenait à quel point ça n'a pas été évident pour moi de poser pour des photos l'air de rien pendant une période où j'étais extrêmement mal dans ma peau. Avec le recul, je me dis que c'était plus du masochisme que du courage 😉

      MERCI À TOI !
      Bisous !

  11. Insta permet encore d’accélérer le temps… j’aime prendre le temps de lire certains blogs dont le tien . Mais maintenant j’ai l’impression que les blogs et FB sont trop lents ou prennent trop de temps pour la majorité, un coup d’oeil a une photo Insta suffit pour beaucoup …
    Que restera-t-il après ?
    Continue à faire ce que tu aimes et régale nous .

    1. Si tu me permets une analogie inspirée par ton commentaire et ton « régale nous », je dirais que les gens consomment instagram comme du fast food, il faut que ça aille vite, que ça se digère vite, que ce soit un peu too much, qu’il y ait beaucoup de sauce, et tant pis si c’est pas de la grande cuisine (attention, je dis ça, j’adore me faire un petit macdo de temps en temps) alors qu’aller sur un blog, c’est plus comme se faire un bon petit resto. On prend le temps, on planifie sa visite, on déguste, on apprécie la conversation entre deux plats, on s’évade un peu (Mais on n’a pas forcément le temps de faire ça tous les jours).

  12. Bonsoir Pauline, maintenant 8 ans que je suis tes aventures, dans l’ombre comme une bonne partie de tes lectrices, je suis ravie de lire cet article, plein de sincérité et qui me donne envie de te suivre pour encore un certain nombre d’années.

    Très bonne soirée à toi

  13. Très bel article. J’adhère totalement à ton point de vue. J’adore justement regarder ton Feed instagram pour tes photos juste sublimes, ton authenticité et ta vérité. Merci

  14. Très bon article, très intéressant. Je ne commente quasiment jamais mais la j’avais envie de « t’encourager » à garder cet état d’esprit.
    Bravo et passe de bonnes vacances avec ton mari et ton fils.

  15. Ton article me fait penser à l’épisode « Hated in the nation » de Black Mirror. A méditer… Personnellement je refuse de me soumettre à la dictature de l’image et des likes. C’est pourquoi je ne suis pas sur les réseaux sociaux et je m’en porte très bien. J’essaie de me préserver de ces applis qui rendent les gens de plus en plus narcissiques.

    1. J’adore Black Mirror ! Cette série est tellement percutante.
      Alors en tant que blogueuse, ce serait compliqué d’être complètement absente des réseaux sociaux, mais en tant que personne, je comprends tout à fait. D’ailleurs, il n’y a que sur Facebook que j’ai un compte « perso » et je n’y mets vraiment plus grand chose. Une publication tous les 3-4 mois à tout casser…
      Le problème va plus loin que le narcissisme je crois. L’autre jour au resto avec mon mari, on hallucinait de voir des tables où tout le monde est sur son portable plutôt que d’être « ensemble ». En fait, les réseaux sociaux rendent les gens asociaux, c’est triste…

  16. Bonsoir Pauline
    Très contente de cette détox pour toi .
    Profite de ta famille
    Ton blog / travail est toujours très bon
    Pas besoin de poster 10 fois/j aucun intérêt
    Tes fidèles lectrices continueront de te suivre !
    Garde le moral
    Des gros bisous

  17. Merci de ta sincérité, de l’authenticité avec laquelle tu fais ce métier, d’être fidèle à l’essence de la blogueuse mode (passionnée qui partage ses looks, coups de coeur et bons plans) plutôt qu’une influenceuse (dont le but est de pousser à la surconsommation). Bien sûr qu’il y a de la schizophrénie dans ton discours mais tes réflexions et remises en question régulières sont la preuve de ta volonté à essayer de trouver un juste milieu entre les aspects négatifs de ton travail et tes valeurs.

    Ce texte que tu as écrit est plein de vérités pertinentes qui vont sûrement aider plusieurs d’entre nous à prendre du recul et faire un tri.

    Merci de nous inviter à rééquilibrer la relation réel vs virtuel.

    1. Merci Muriel pour ton commentaire.
      je n’avais pas osé utiliser le terme de schizophrénie mais tu pointes le doigt sur quelque chose de crucial. Ce n’est pas facile pour les « filles d’internet » ( = les blogueuses, instagrameuses, youtubeuses etc), comme pour tout le monde en général, de trouver comment concilier des aspirations professionnelles et personnelles parfois contradictoires.
      Prendre un peu de recul aide à y voir plus clair. Je suis ravie si mon article invite à se poser ce genre de questions.

  18. J’ai commencé hier soir au lit et je me suis endormie avec l’iphone sur moi. Je viens de finir de lire ce que j’appelerai ma bible de la insta-detox desormais.
    Il est si boulversant ce text, si profind, si vrai!
    J’ai enfin compris pourquoi je ne te voyais pas comme avant dans mon feed et plus rarement et qu’autres comptes y sont tous les jours.
    Tristese et un peu de colère m’animent… Certes, je ne peux pas lutter contre le big data, mais ce que je peux faire est d’aller direct sur ton compte ou le blog qu j aime tant…
    Merci mille fois de cette franchise fortement touchante jolie Pauline…
    Envie de dire encore bcp mais mon loulou s’est reveillé…
    Je te reste une très fidèle lectrice malgré les evolutions des reseaux sociaux car j’adore et admire ton verbe, style et personalité de bloggeuse !
    Belle semaine et bisous

  19. J’ai lu ton article avec attention et je ne le trouve pas incohérent du tout! On peut aimer profondément un réseau social, le partage
    de photos, de contenus divers etc. sans pour autant être en accord avec les dérives que prennent vite ce dernier. Mais la société est ainsi faite,
    quand il existe quelque de beau ou de sympa, il y a toujours des gens qui recherchent l’excès ou qui veulent toujours plus…

    Je te suis depuis des années, continue comme ça, tes « vrais » followers seront toujours là et reconnaitront toujours ta sincérité et ta simplicité.

    Imparfaites, nous le sommes toutes! Je ne suis même pas maman, je n’ai même pas l’excuse de devoir m’occuper d’un enfant, mais pourtant, je me sens quelque fois au delà du débordement physiologique dans ma vie personnelle ou dans ma vie professionnelle AHAH 😀 L’herbe n,’est pas plus verte ailleurs, ce sont les réseaux sociaux qui nous font croire que nous sommes imparfaites. Ils nous font croire que la vie des autres est tellement plus fun, plus drôle, plus remplie que la nôtre, et malheureusement trop de gens en sont persuadés et passent à côté de leur propre vie!

    Alors vivons!!! Comme nous l’entendons! Et ne cherchons pas à rentrer dans un moule! Et surtout, reste comme tu es! Tu es superbe!

    Plein de bises d’une lectrice Colmarienne.

    Mélanie JNK.

    1. Merci Mélanie d’avoir pris le temps de commenter !
      Je ne regrette pas d’avoir partagé mon état d’esprit avec vous. Je me rends compte qu’on est plutôt nombreuses à mal vivre la pression de perfection imposée par les réseaux sociaux et je me sens moins seule !
      Bises !

  20. Tu as été courageuse ! Et tu as tellement bien fait 🙂 je serais ravie de suivre tes lives instagram à la rentrée ! Je suis fière de te suivre depuis tant d’années : tu es un modèle !
    Carole

    1. Merci pour ton com Carole, et pour ta fidélité !
      Ton message me flatte mais je m’interroge… Courageuse ? mais de quoi ? Un modèle ? mais de quoi ?
      En tout cas, alors d’autant plus si les blogueuses sont des modèles alors elles doivent faire attention à l’image qu’elles reflètent et aux messages qu’elles véhiculent 😉
      Merci !

  21. Hello Pauline,

    Je suis sincèrement contente pour toi, par rapport à ta déconnexion estivale : profiter des siens, de la vraie vie, … il est là le bonheur 🙂

    Perso, j’adore, le matin, avant de commencer réellement ma journée de travail (avec des collègues, des chefs, des tâches qu’on a pas toutes envie de faire, tout ça tout ça …), me ressourcer et m’évader du côté de mes blogs préférés…

    Avec une mention spéciale pour le tien : alors merci merci pour tout le travail qu’il y a derrière chaque post (oui oui, ça se voit), ta sincérité, ton envie de nous donner un max, … et tes photos magnifiques !

    Et puis, pour terminer, je me permets de partager mon expérience de jeune maman free lance (il y a un bail… on dira que j’ai du recul par rapport à cela 🙂 ) : le vendredi, c’était ma journée. Le matin, compta et envoi des factures (la « preuve » qu’on a bien travaillé de la semaine) et l’aprem, une alternance tête-à-tête avec moi-même / « congés crèche » pour profiter des mes loulous … #nostalgie

    Allez bonne reprise et bon voyage vers Amsterdam !

    1. Merci Stéphanie, oui le bonheur est là, y’a pas de doute, pas sur un écran d’iPhone !
      Merci aussi pour tes gentils compliments, je suis heureuse de savoir que certaines d’entre vous apprécient et comprennent mon envie de travail bien fait.
      Merci aussi pour ton retour d’expérience sur le cumul des casquettes « maman / freelance ». Je crois que je vais faire ça le mercredi (le vendredi c’est toujours la course pour boucler la semaine et espérer boucler avant le week-end, souvent sans succès), pas tous les mercredis mais une à deux fois par mois. J’en ai besoin, mon loulou grandit trop vite, c’est maintenant qu’il faut le faire !

  22. Tu prends tellement à coeur ton travail que tu t’imposes des emplois du temps de folie Tu es perfectionniste, et tu ne lâches rien tant que tu n as pas l’ impression du travail accompli. Voilà comment je te perçois.
    Le résultat est là : tes articles et tes photos sont d une très grande qualité Mais le résultat peut être là ,aussi, au niveau de ta santé! Ou de ton moral!
    Certes comme tu le dis tu as de la chance sur de nombreux points, mais à quel prix? si tu devais en arriver au burn-out .
    Donc si je peux me permettre, il faut que tu « t autorises », régulièrement, à lâcher prise, et à déconnecter du boulot, et d internet !
    Et dire non, ou abandonner tout ce qui te semble devenir trop lourd .
    Dans les entreprises « Le droit à la déconnexion » est de plus en plus appliqué ET il n est pas normal que tu ne puisses pas ,toi aussi, avoir une frontière bien définie entre ta vie pro et ta vie privée Ça n est pas vivable sur le long terme.
    Je sais il est facile de te conseiller de lâcher prise, tant tu es sollicitée Mais au fil du temps, tu vas définir tes priorités ,et faire un tri encore plus sélectif. Parce que la prise de conscience semble être là : Trop c est trop 😉
    Je me permets de m’étendre un peu sur le sujet parce que quelqu’un de très proche est touché par le burn-out ! La personne la plus organisée, la plus solide qui soit , peut y arriver ,même insidieusement. Et pour en sortir … ça n’est pas simple!
    Tout ça pour te dire ( en m’égarant pas mal 😉 ) : continue de nous offrir ton travail de qualité, mais ne t’oublie pas en chemin.
    ET tu as bien raison de mettre les choses au point!

    1. tu m’as très bien cernée, c’est presque flippant 😉
      Merci pour ce commentaire qui fait preuve de beaucoup de compréhension. J’avais très peur de vous parler de cette sensation de surmenage, car je suis bien consciente d’être très gâtée par la vie, peur que la majorité d’entre vous ne comprennent pas que j’ose me plaindre un peu d’être fatiguée.
      Merci pour tes conseils éclairés aussi !
      MERCI <3

  23. Bonjour Pauline,

    Je n’écris jamais mais te suit depuis longtemps.
    J’adhère totalement. Ta franchise est remarquable.
    Continue à nous écrire de si beaux articles comme tu sais si bien le faire.
    À très bientôt

  24. Merci mille fois pour cet article et pour ta franchise! tu as mis des mots sur ce que je pense depuis longtemps, en particulier vis à vis des réseaux sociaux, mais aussi de la sensation de trop-plein et de frustration, ainsi que l’envie de se souvenir du pourquoi nous faisons, quitte à « passer son tour » en refusant de suivre le mouvement d’uniformisation. Je ne suis pas blogueuse pro. C’est pour moi un hobby qui a plus les caractéristiques d’un travail, en plus de mon métier de professeur. Je te comprends tout à fait, oui, avoir un blog représente beaucoup de travail et d’énergie, surtout lorsque l’on est perfectionniste! Je t’envie d’avoir pu vraiment te reposer pendant tes vacances, car avec le sentiment « d’obligation » de profiter au maximum des beaux endroits et de la belle lumière d’été pour prendre des photos, j’ai parfois l’impression de passer à côté des choses lorsque je voyage. Je disait à mon mari que pour réellement prendre des vacances, nous devrions partir dans un endroit moche! Cela fait vraiment relativiser… Je pense que tout le monde devrait se poser des questions sur la place des réseaux dans notre quotidien, en particulier les blogueuses. Je déteste devoir « nourir » Instagram (surtout les insta stories, je n’accroche pas vraiment non plus) par obligation. Je n’en peux plus des ces personnes avec leur technique sordide du « follow, et si tu ne follow pas aussi en retour, unfollow ». C’était un réseau que j’adorais avant, qui pour beaucoup – en particulier les marques – prend plus de valeur que notre blog. Je te rejoins totalement sur l’idée que les réseaux doivent être une galaxie autour du blog! J’espère vraiment que les choses changeront, qu’un ras-le-bol général fera en sorte qu’on revienne vers nos sites. Je parlais récemment dans un article du problème des « standards » sur les réseaux sociaux: certains followers s’habituent à voir des influenceuses (Dieu que je déteste ce mot!) poster des photos incroyables, 5 fois par jour, avec leurs habits de rêve, dans des destinations de rêve. J’adore les suivre, elles me font réver, mais en tant que blogueuse et perfectionniste, je désespère. Comment des blogueuses bien plus modestes pourraient ne serait-ce qu’approcher ces standards, sans les moyens matériels, techniques, financiers et bien sûr temporels, avec notre famille, et pour la plupart un job à côté? J’ai eu bien souvent l’impression que ce que je proposais n’avait pas le moindre intérêt en comparaison… Mais revenir vers son blog fait toujours un bien fou, on se rappelle de la raison pour laquelle on aime ça!

    Voilà, navrée pour le pavé, mais ton article m’a tellement parlé! Je commente rarement, je n’ai tout simplement pas toujours le temps – mais c’est vrai qu’on devrait plus souvent montrer aux personnes qui travaillent dur pour créer un contenu passionnant qu’on aime ce qu’elle font, alors c’est aussi l’occasion pour moi de te dire que j’aime énormément tes posts, on sent la passion sincère en plus de ton talent! Alors merci. Merci infiniment Pauline!

    Bisous <3

    Cécile

    http://www.maxcebycecilej.com

    1. Chère Cécile,
      D’abord, je viens d’aller jeter à coup d’oeil rapide à ton blog et je te félicite : tes photos sont très jolies (toi aussi !) et bravo de fournir un travail de qualité en plus de ton « vrai » métier. Je l’ai fait un temps et à long terme, c’est usant, je le sais. Bravo et… bon courage !

      Sinon, je suis d’accord avec ce que tu écris : le problème des réseaux sociaux, c’est qu’on passe son temps à se comparer aux autres plus ou moins consciemment, et du coup, on se sent trop souvent « pas à la hauteur ».

      Une astuce par rapport aux voyages ( j’ai adoré ta phrase « pour réellement prendre des vacances, nous devrions partir dans un endroit moche! », elle est tellement vraie !) => prends des photos pour le plaisir, pour le souvenir, mais ne cherche pas forcément à les publier en instantané, en vrai c’est pas important. Profite de l’instant, immortalise-le en le prenant en photo. Et attends ton retour pour regarder tes photos et les publier sur insta ou ailleurs.

      Le double effet kiss cool :
      – tu profites de ton voyage pendant le voyage (prendre les jolies photos c’est aussi profiter si tu aimes ça !)
      – tu profites de ton voyage après le retour (en te replongeant dans tes souvenirs quand tu décharges et tries tes photos !)

      Merci pour ton pavé Cécile !

  25. Hello Pauline,

    je ne sais pas bien par où commencer 😉 Alors si, il y a bien un point qui ne laisse aucun doute, sache que tes posts instagram ET tes articles sur le blog possèdent toujours une patte particulière, ils sont beaux, on sent l’application et le travail derrière. Et ça nous fait du bien de voir ce beau, ces photos magnifiques! Oui je vais être honnête parfois certains de tes looks ne m’emportent pas toujours ^^ en revanche ce qui est sûr c’est qu’à chaque fois mon oeil se régale de l’environnement dans lequel tu as shooté ton look! Depuis le début, tu l’une des rares, si ce n’est la seule blogueuse qui nous propose ces photos appliquées de façon régulière et toujours de qualité!
    Chaque matin quand j’étais en prépa, à 7h j’ouvrais ton blog pour voir s’il y avait de nouveaux articles, cette parenthèse enchantée me faisait un bien fou, certains y verrait une perte de temps, pour moi ça n’est pas le cas. C’est par toi que j’ai découvert la marque Shourouk dont je suis aujourd’hui fan, par toi également que j’ai découvert les sacs Coach parce que jamais je n’aurais pensé qu’ils avaient des modèles qui me plairaient, ce sont des petites choses mais c’est drôle je trouve 🙂
    Alors aujourd’hui 7 ans après, je n’ai aucune envie de te « unfollow » ou d’arrêter de te lire, parce que ça aussi c’est précieux chez toi, ton écriture est toujours super!
    Donc je n’ai qu’un mot à te dire, continue! Tu nous fais du bien <3 . et au vue de tout ce que tu nous donnes, je sais que depuis quelques temps j'essaie de davantage commenter tes articles et tes posts insta car finalement pourquoi ne pas montrer que oui c'est canon ce que tu fais!!

    A très vite! Marion.

  26. Chère Pauline,
    Quel long mais tellement intéressant article.
    Pas blogueuse, pas « inluenceuse », j’aime instagram afin de suivre ce qui me plait, mais en début d’été je me suis aussi rendue compte que suivre certaines personnes me faisait me sentir mal, me confrontait à ce que je n’étais pas (ou pas encore, comme une maman).
    J’ai pris la décision d’arrêter de suivre certains comptes. Car ils ne me correspondent pas, ne m’apportent plus le contenu que j’aimais quand j’ai commencé à les « follower ».
    Je crois que comme partout, il y a du bon à prendre, mais il faut savoir délaisser ce qui ne nous intéresse plus.

  27. Après un article aussi long et intelligent je me devais de prendre le temps de te le dire; je comprends tout à fait et suis d’ accord avec toi concernant les réseaux sociaux. J’ai vraiment du mal avec cette mise en scène constante. Et je me demande comment les nouvelles générations, qui sont constamment prises en photos par leur parents, vont gérer la notion de « vie privée ».
    Si tous le monde arrivait à prendre un peu de recul avec la vie numérique, comme tu le fais…!
    En tout cas, je lis toujours ton blog avec fidélité, et cela ne me dérange aucunement que tu ne sois pas aussi présente sur les réseaux sociaux que certaines autres « influenceuses ».
    Belle journée

  28. Bonjour,
    mon premier commentaire sur ton blog, et pourtant je te suis depuis de longues années (tu étais encore à Lille).
    Je ne me voyais pas ne pas valider ce post.
    Bravo pour cet engagement, cet amour du travail bien fait et ces valeurs que tu défends.
    Vraiment bravo Pauline!
    Continue à être cette fille perfectionniste qui doute et se remet en question. Ca fait du bien.
    On se retrouve pour ton prochain post!
    Sandra

  29. Salut Pauline
    Mon dieu que ton article fait du bien et m’amène de la normalité !! Je te suis depuis plusieurs années maintenant et tout comme toi je peux aimer comme détester les réseaux sociaux … bipolarité bonjour !!
    Je suis partie de Facebook … trop étalage de fausses vies … je me borne maintenant à twitter pour le plaisir des mots bien choisis et Instagram pour le plaisir des yeux !!! Mais la aussi les vies de rêves s’étalent parfois bien trop et me font ressentir que ma vie est bien fade … il faut trouver les comptes qui nous correspondent je pense mais cela demande du temps pour « connaître » les gens sur les réseaux sociaux … si l’on peut les « connaître » un jour ?!
    Tes mots et tes images m’ont toujours plu ! Le côté graphique de tes photos aussi , on sent le boulot derrière je trouve !! On voit bien que tu bosses dis donc !!! Parfois je me suis sentie très proche de toi , comme lors de ta grossesse et de la naissance de ton fils ( ma fille a 4 mois de plus ) et puis parfois plus éloignée .. j’ai du mal à définir le pourquoi du comment d’ailleurs ?! Re bipolarité bonjour !!
    Une chose est sûre je suis tjs ravie de découvrir tes photos et tes petits mots comme une vieille connaissance que l’on retrouve même si il me semble que je te connais un peu plus que tu ne me connais !! C pas trop équitable ça dis , alors que ma vie est passionnante hihi !! Alors tu penses bien que les instalive me bottent bcp ! Un peu d’instantané, de spontanéité ! Je vote oui ! Au plaisir Pauline !
    Magui

  30. Bonjour Pauline,

    Je suis plus sur instagram pour le côté « pratique  » qu’ici, mais j’essaye de ne pas manquer ce genre d’articles « pavés » ou tu te livres. Je n’ai pas y tout le même style vestimentaire que toi, mais je te suis car j’adore ton travail, ton sens de l’esthétique, tes jolies photos et ton franc parler. La course aux followers n’est que la suite logique depuis que le like existe. Beaucoup de personnes confondent le réel et le virtuel. Internet a bouleversé nos modes de vie et le virtuel est devenu plus important que
    « La vraie vie » Mais c’est dur de résister à la tentation du like et de ne pas sombrer dans le néant ( like / followers achetés etc …) Tout le monde a besoin de reconnaissance, l’erreur est juste d’imaginer qu’on va la trouver dans le regard « virtuel » de l’autre. Même si ce n’est pas ce qui te motive toi dans ton travail, la popularité, le mode de vie des influenceurs fait rêver ! Et certains s’imaginent sûrement qu’en achetant des followers ils pourront eux aussi accéder à cette notoriété.
    Et puis il y a ceux qui sont talentueux et qui ne savent pas se faire connaître autrement, enfin j’imagine. Ce qui est certain c’est que toi tu es bourrée de talent, tu es intelligente, sincère aussi. Ton blog est plus important qu’instagram, et ceux qui te suivent ne sont pas dupes !

  31. Hello Pauline,

    En lisant ton article je me suis posé la question suivante : as-tu déjà songé à engager un-e « assistant-e » ou secrétaire ? Je ne sais pas du tout si c’est faisable pour toi (financièrement, logistiquement etc) mais ca te permettrait sûrement d’avoir l’esprit un peu plus tranquille au quotidien et te concentrer sur l’essentiel. C’est juste une idee comme ça, je me doute que tu t’es déjà interrogée sur ta propre organisation. Merci pour cet article !

  32. Je vais te dire ce que tu sais deja, sans toi Instagram me serrait bien vide et triste, ton œil, ta touche ton talent pauline et ton regard sont éclairants sur le monde. Et je te remercie de partager cela avec nous. Je comprend. Je comprend tout ce que tu as ecrit. et à dire vrai l’année dernière j’ai Tout lâché un mois et demi. Cette année j’ai fait pareil un peu moins hard quand même Mais en ripostant que des photos de l’année dernière jamais postée. Apres Tout Jai la Même coupe, j’étais au même endroit. Et j’ai juste profité des restos?
    , des rires, de sortir avec une robe froissée pas coiffée.
    Tout Le reste de ton article est criant de vérité, et sans surprises je suis d’accord et je me retrouve dans Tout sauf la cienneté et Le talent sûrement 😉 de gros bisous pauline

  33. Coucou Pauline,

    Copine de master 2 de ton mari, je te suis depuis des années maintenant (depuis votre départ a New-York il me semble), bien que ce soit mon premier commentaire ici. Je n’ai pas Instagram donc je te suis uniquement a travers le blog, et comme beaucoup d’autres lectrices l’ont dit, ça me fait toujours du bien de regarder tes belles photos, être parfois inspirée par tes tenues ou tes destinations de weekend (ok sur ce plan la, j’avoue, je suis parfois un peu jalouse) et suivre ton histoire, surtout que je suis expat et mariée a un scientifique aussi (un allemand) ^^

    J’attends toujours tes postes avec impatience, et je n’ai pas besoin d’un réseau social pour me rappeler d’aller y jeter un oeil 😉 La desintox, meme si plus difficile avec le métier que tu fais, est super important. Je lis en ce moment un numéro spécial du Times (je vis en Californie) qui parle des recherches faites sur le bonheur et comment les gens peuvent améliorer leur chances de se sentir heureux, et réussir a se déconnecter et profiter du moment présent (et éviter le multitasking totalement inefficace) est une recommandation de toutes les études sur le sujet.

    Alors contente que tu aies profite a fond de tes vacances, toujours heureuse de te retrouver meme si les intervalles entre les posts sont longs (on s’en fiche, stress pas!) et surtout profite de ta petite famille.

    Julie

  34. La femme parfaite… la super maman, working girl qui fait du yoga à 4h du mat et va au boulot en faisant son jogging!
    On se met une telle pression, c est un travail à faire sur soit, que l’on soit blogueuse, fleuriste, médecin.
    J’ai 4 loulous et je te comprends tellement! Tu travailles, tu délaisses les petits lous. Tu joues avec eux, tu penses à là tonne de choses qu’il te reste à faire.
    Quand on est à bout avec mon mari, on se dit que finalement on est de sacrés héros du quotidien! Ca nous fait rire, déculpabiliser, ça fait du bien!
    Bisous Pauline!

  35. Bien dit. J’approuve à 200%. La qualité pas la quantité. Je n’ai pas instagram et je suis très contente de suivre ton blog depuis un petit moment déjà. Merci pour ton authenticité et ta sincérité. Bisous !

  36. bein voilà… y a encore qq semaines tu étais enjouée de la nouvelle application Instagram qui permettait de mettre plusieurs photos sous un même post, ce à quoi j’avais répondu que perso, cette application, je ne l’aimais pas car elle plombait les blog (et je trouvais dommage qu’instagram détruisait les blogs justement… dommage que plus personne ne lise les blogs alors que vous mettez du Temps et de l’énergie à y rédiger des post et y créer du vrai contenu (que ce soit pour une pub Ariel ou non) 😉

    Tu n’y avais jamais apporté de commentaires (me semble il) alors qu’en général tu répondais souvent à tes lectrices… Mais voilà, ton article aujourd’hui me fait « plaisir » car il va dans mon sens un peu qd même hihi

    Perso moi j’adore tes photos et je vais tjs voir ton blog pour cela (moins pour les look c’est vrai) tes photos sont vraiment canons et inspirantes et…. j’attends tjs le post sur lightroom hein? Il viendra peut être un jour 😉

    1. Coucou Stéphanie,
      j’avais entrepris de répondre dans l’ordre aux commentaires reçus sur cet article mais au cas où je n’arriverais pas à aller jusqu’au bout, je te réponds de suite !

      C’était il y a plus de quelques semaines quand même la possibilité de diaporama (je dirais janvier-février ?) mais je me souviens de ton commentaire !
      Je trouve que ton propos va un peu trop loin, je ne m’y oppose pas totalement sur le fond, mais pour moi :
      – instagram ne « détruit » pas les blogs. Il offre une alternative pour créer un autre type de contenu, et au départ c’était très chouette de pouvoir partager un peu de notre quotidien sans en faire un long article. instagram a participé à faire de nous des blogueuses « lifestyle » et pour ça j’en suis reconnaissante.
      – « dommage que plus personne ne lise les blogs » : c’est faux ! vous êtes toujours très nombreuses à venir ici ! OUF 😉
      si certains blogs sont moins visités qu’auparavant, c’est peut-être aussi parce que les blogueuses en question ont concentré leurs efforts sur insta et ne prennent plus la peine d’offrir à leurs lectrices des posts aussi travaillés qu’avant ?

      Ce que je pense, c’est qu’instagram ne me correspond plus, comme Facebook m’avait gavée il y a quelques années. Et c’est peut-être ça le truc : les applications me plaisent au départ, quand c’est « tout nouveau tout beau », et au bout d’un moment, j’y tourne en rond et n’ai plus aucun plaisir à y traîner.
      En tout cas merci pour tes visites ici. Je suis heureuse que mes photos te plaisent !
      Je n’ai pas oublié l’article lightroom, mais ce n’est pas prévu pour tout de suite (c’est le genre d’article qui demande énormément de temps disponible ! Temps que je n’ai pas en ce moment…)
      Je pense que je ferai ça cet hiver, à un moment où de toute façon, c’est compliqué de shooter des looks car il fait trop moche.
      à très bientôt !

      1. Ah bah j’attendrais hihi
        l’instagramn du début était chouette et simple (en tout cas pour moi qui n’aime pas les réseaux sociaux … je n’ai même pas FB! Mdr) et mon dieu qu’il est dur de se battre dans la vie de tous les jours quand tes gamins te réclament !!!! Mais pourquoi quasi tous les kids de 10 ans ont déjà Instagram bon sang???

        Bref… perso j’ai un compte Instagram « professionnel » où je partage mes photos et c’est bien dur de me dire que je dois l’alimenter min une fois par jour pour avoir de la visibilité grrrr

        Merci pour ta réponse en tout cas! Tu mets tjs de jolies photos

  37. Franchement ton article est très sympa malgré la longueur, très bien écrit! J’ai quand même l’impression que tu as apprécié tes vacances et c’est le plus important!!!
    Après pour instagram, tu as tout a fait raison de dénoncer, si je peux dire ça comme ça, la dérive qu’il prend, car au départ, c’est quand même un réseau social sympa! Mais bon, comme souvent, ça peut se dégrader ….
    En tout cas j’ai beaucoup apprécié lire et article! Et ta photo d’intro est très très belle!!

    Bises

    Justine http://lemagdejustine.com

  38. Je te suis depuis des années Pauline, pour ne pas dire le tout début ! Alors que je n’étais qu’au collège lycée, j’avais été fière va savoir pourquoi de savoir que tu étais de Besançon tout comme moi à la base ! J’ai commenté très peu ton Blog en toutes ces années Mais je le lis à chaque fois qu’un nouvel article sort : vous devez être 4/5 blogueuses que je suis comme ça depuis mes 15/16 ans (j’en ai 23!). Et s’il y a bien une chose que je veux te dire c’est que les gens qui apprécient ton travail seront toujours là pour te suivre, que tu prennes 4 semaines de vacances ou bien 2 mois. On apprécie la personne que tu es et le travail que tu fournis, alors prends du temps pour toi et recentre toi sur ton Blog Si c’est ce qui te plaît 😉 moi je serai toujours à te lire ici, après Tout c’est ici que je t’ai connu!

    Je te souhaite une belle soirée !

  39. Quel plaisir de te lire Pauline! Je te suis maintenant depuis des années, bien avant ton déménagement à NY et je n’écris jamais de commentaires mais, tes articles sont toujours aussi bien écrit qu’ils parlent de modes, de voyages, de bébé ou de tes états d’esprits..
    Alors merci ! Ce soir tu nous montres encore qu’au delà des réseaux et des belles photos qu’on adore tu es une vrai personne avec des valeurs ! Ça fait du bien 😉
    Bonne et longue continuation à toi

  40. Sacré pavé . Du coup je vais essayer de faire court. Je me reconnais dans ce que tu dis la déconnexion est importante et elle est d autant plus dure quand tu travailles de chez toi. Je suis ton blog depuis 1 moment presque le début je pense et je ne m en suis jamais lassé. Je reviendrais même si tu prenais plus de vacances. Courage et autorise toi plus de temps pour toi aussi.

  41. ça fait du bien de lire le point de vue d’une grande blogueuse. Ton métier te pousse forcément à te poser pleins de questions sur l’évolution d’instagram et je trouve ça bien que tu le partages avec tes lectrices. Ce n’est pas forcément un monde tout beau tout rose. Heureusement les blogs sont là et restent, malgré la montée d’Instagram. Comme tu l’as dit, cet espace est à toi et aucun algorythme ne changera ça. Bravo pour ton parcours et cette remise en question, digital detox 🙂
    .

  42. Avant de laisser un commentaire, laisse moi te dire que j’ai du sortir ma calculatrice ( telephone ) parce que faire des maths en plein mois d’aout c’était trop dur pour moi haha !

    quand j’ai vu la taille de ton article, je ne pensais pas le finir et pourtant !

    C’est l’un des meilleurs articles que j’ai lu sur la blogsphère, je trouve que tu as totalement raison ! je suis contente que tu aies passé de bonnes vacances, la coupure nous fait à tous du bien de temps en temps !

    Gros bisou ma belle

  43. Pour avoir commencé depuis un bout de temps une détox numérique (je n’ai quasi plus aucune notification et ça fait vraiment un bien fou de ne plus être l’esclave de son téléphone), je trouverai ça tout à fait normal d’aller sur un blog/insta/and co et d’y voir un petit mot « de retour le 25 août », comme une boutique physique au coin de ma rue 🙂
    Et oui, cet algorithme est vraiment pourri…

  44. Quelle bouffée d’oxygène ton article Pauline, merci pour ce partage venant du coeur !
    Je te suis depuis un petit moment et je me fiche de la fréquence de tes posts, de tes photos sur instagram.. parce que j’en apprécie la qualité et pas la quantité..:-)
    Et si les gens s’ennuient , il y a des choses folles à vivre en dehors des réseaux sociaux , tu le soulignes toi même 🙂

  45. J’ai trouvé la lecture de cet article particulièrement intéressante, et j’ai envie de te dire MERCI pour une telle sincérité. Je ne te trouve absolument pas aigrie, mais lucide, pas incohérente, mais au contraire sachant faire la part des choses. Je retiens de cet article ton professionnalisme et toute l’intelligence de tes propos, et… pfou, qu’est-ce que ça me fait du bien de me sentir en totale confiance avec l’éthique qui entoure le contenu de tes publications. Je n’avais pas besoin d’être rassurée, mais ton propos me conforte dans tout le bien que je pensais déjà de cet endroit. Oui à la qualité plus qu’à la quantité.

  46. Pfou, j’ai eu la flemme de lire tous les commentaires mais on dirait qu’il y a déjà plein de gens qui ont écrit des trucs gentils. Alors du coup moi je vais faire juste un cœur. <3 (que cette police de caractère ne met pas du tout en valeur d'ailleurs, c'est dommage pour lui)
    Bon, et comme je suis bavarde, un petit dicton de derrière les fagots : "qui veut voyager loin ménage sa monture". Bon, ben je souhaites que tu voyages loin.
    <3

  47. Je ne suis pas la première ni la dernière à te dire merci pour cet article plein de sincérité qui permet de relativiser sur ce que sont en train de devenir les réseaux sociaux. Je n’ai pas cette pression au quotidien avec les réseaux car je ne suis pas blogueuse mais je dois quand même restée très informée sur ce qui s’y passe avec mon métier. Et comme tu l’écris si bien, c’est fatiguant et de moins en moins fun. Alors MERCI de partager avec nous cette prise de conscience et de ne pas avoir peur d’ajuster/de modifier ce qui est important pour toi dans ta vie professionnelle et personnelle. Cela faisait un moment que je n’étais pas venue sur ton blog et j’en ai profité pour (re)découvrir tes si jolies tenues et tes superbes photos. Courage à toi Pauline!

  48. Oui aux lives ! Oui au lien de cet article ! Mais surtout, oui à ton épanouissement ! Oui à ton bonheur ! Oui à tes états d’âmes.

    Je te suis depuis pfioooou, j’ai arrêté de compter. Longtemps lectrice de l’ombre, je ne commentais jamais par timidité. Et puis il y a eu le boom des blogs engendrant un chagement des contenus. Rapidement j’ai mis le doigts sur ce qui ne me convenait plus. Première diète, premiers gros tri. Mais pas toi. J’ai continué fidèlement, enjoué.

    Puis un jour, j’ai espacé mes visites. J’ai mis du temps à mettre le doigts dessus, quelques mois de diète. Puis suis revenue, et le plaisir aussi, tu venais de te confier à nous, j’avais retrouvé la blogueuse pour qui je venais ici avec plaisir et impatience 🙂

    Depuis ce jour, je m’efforce d’apporter mon soutien en laissant des commentaires, j’ai compris leur importance à ton égard, l’impact et le bonheur qu’ils peuvent te procurer, la récompense que tu mérites. Je suis encore loinde prendre la clavier à chaque fois, mais je fais mon possible.

    Alors oui, Pauline, oui à TON bonheur et TON épanouissement car, je t’assure qu’il se ressent de l’autre côté des internet et qu’il est contagieux 🙂

    Oh, et si ça peut te rassurer, je me suis totalement détachée des écrans depuis 18 mois. Pour toutes les raisons que tu as évoqué et surtout ce besoin vitale de vivre ma vie, une vie dans le réel. Je ne consulte que quand ça me fait plaisir et que j’ai le temps, et pour ton blog, ça n’a rien changé, je trouve toujours les 5 minutes une fois la notification apparue, parce que je sais qu’en cliquant, je vais retrouver la Pauline-next-door dont les photos me font rêver.

    J’espère que tu vas t’y retrouver dans cette quête et que ta ptite famille va en récolter tous les bénéfices.

  49. Que dire de plus après tous ces mots, tout simplement que je suis d’accord avec toi.
    Je suis une fidèle lectrice, qui ne commente toujours pas, désolée, mais je me délecte toujours autant de tes photos lèchées comme tu dit.
    J’ai un compte instagram, mais j’ai arrêté de suivre certains comptes car ils exposaient trop leur vie privée, et comme le disait une autre lectrice, au final même si tu ne le veux pas tu te compares à eux, et tu déprimes …
    En tout cas merci pour ta sincérité, et au plaisir de lire les prochains articles.
    Bises

  50. Bonjour,

    Je vais donner mon point de vue qui est un peu différent.

    Je suis désolée de savoir que tu souffres et que tu étais au bord du burn out, ce dont je ne doute pas un instant. Tu as l’air de te mettre énormément de pression, j’ai remarqué que tu te justifies très souvent et que tu te compares beaucoup aux autres dans ton texte, ce qui nous conduit souvent à une insatisfaction permanente (je suis pareil là dessus malheureusement).

    Je rebondis sur cette question : « comment font les jeunes mamans qui ont parfois plusieurs enfants et souvent une vie professionnelle tout aussi remplie que la mienne ? Comment font-elles pour trouver le temps d’être si parfaites sur instagram et de poster du contenu si joli et si léché plusieurs fois par jour ? »

    Est-ce si important d’AVOIR L AIR parfait sur instagram ? ça me parait tellement hors de propos, ce n’est quand même pas pour ça qu’on est sur terre rassurez moi. Avec l’actu néonazis / attentats / menaces nucléraires / coulée de boue qui a tué 500 à 1100 personnes, ça me parait lunaire.

    Ton métier est basé sur la légèreté et la frivolité (fringue, maquillage, lifestyle, voyage, lessive, etc), tu devrais avoir la chance et le luxe de ne pas te mettre de pression ! Si tu manipulais du matériel nucléaire ou si des vies dépendaient de tes actions, tu aurais du mal à dormir la nuit mais là tu peux vraiment respirer :)))

    J’espère que tu sauras lire mon propos sans y voir du jugement ou du sarcasme car ce n’est honnêtement pas le cas, j’essaye de prendre un peu de recul 🙂

    Bonne journée à ceux qui liront cela !

  51. Bonjour Pauline,

    Je te suis tout à fait dans ton raisonnement. J’ai 24 ans et déjà je commence à saturer d’IG, FB et autres réseaux qui finalement nous mettent la pression plus que toute autre chose.
    J’admire ce que tu fais, à chaque nouvel article, à chaque nouvelle photo que tu mets en ligne je me dis « j’aimerais le faire MAIS je n’ai pas l’inspiration ni le talent pour le faire ». Car oui, ce que tu fais Pauline, c’est des petits oeuvres d’art, des petites miettes de vie et de bonheur.
    Autant privilégier la qualité à la quantité!

    Cela fait 6 ans que je te suis, toujours avec le même bonheur. Tu as été la première blogueuse mode que j’ai eu la chance de lire. Et aujourd’hui encore ton travail et tes expériences m’accompagnent toutes les semaines.
    Donc bravo!

    Bisous

  52. Bonsoir Pauline,
    Des années que je suis ton blog et c’est mon tout premier commentaire ici… (Preuve que je te suivais avant même de créer mon compte Instagram ).
    Je souhaitais simplement réagir à ton article car j’ai moi même eu une réelle prise de conscience récemment. Après 4 ans de bons et loyaux services dans ma boite, j’ai « gentiment » été remerciée pour voir ma place offerte à l’amie du nouveau boss. Bref… S’en est suivie une période d’errance totale sur mon iPhone, trop habituée à guetter le moindre email ou la petite info super importante (notion toute relative avec le recul). Enfin je ruinais ma batterie sur Instagram, Facebook et autres pour avoir l’impression d’être encore occupée. Après l’overdose inévitable j’ai décidé de tout couper et de PROFITER. Profiter de ma famille surtout, mais aussi des petites choses de la vie, du soleil, des bouquins et tout un tas de choses que j’avais oublié au détriment d’un travail qui plutôt que de m’épanouir ne faisait qu’augmenter mon malaise. Il m’a fallu du temps pour arrêter de me comparer à ses filles si parfaites qui bombardent Instagram de photos de leurs corps parfaits, de leurs activités folles et de leurs vêtements/accessoires hors de prix. Avant j’avais envie de ces choses bien trop chères pour mon budget, et je complexais de ne pas être aussi mince/bronzée/musclée… Maintenant je profite de ma vie aussi imparfaite soit elle mais qui ne ressemble à aucune autre et surtout, qui est RÉELLE.
    C’est un vrai plaisir de lire une blogueuse dénoncer ces faits. Surtout quand il s’agit d’une des blogueuses que l’on suit depuis des années. Je te suis depuis tes débuts, quand ton blog semblerait complètement obsolète aujourd’hui qu’il n’avait pas évolué et quand tes looks n’étaient pas encore issus de belles et grandes collaborations. Je suis ravie de constater à quel point les choses ont évolué pour toi mais en même temps de retrouver la même fille qu’à ses débuts, pétillante, avec une touche d’originalité et sincère. Tu partages ta vie avec tes lectrices depuis tant d’années. Les déménagements, les beaux projets et ton fils, nous avons l’impression d’en faire partie nous aussi mais toujours de façon saine.
    Tout ça pour te dire merci pour ta sincérité dans tes posts. C’est quelque chose qu’aucun algorithme ne pourra t’enlever.

    (Après un tel pavé tu comprendras pourquoi je ne commente jamais tes articles finalement… )

  53. Bonjour Pauline,

    Je tenais absolument à laisser un commentaire sur ton article autant étonnant que plaisant…

    Je comprend ta déception et ton agacement concernant Instagram et ce nouvel algorithme (heureusement tes photos apparaissent dans mon feed à chaque fois que tu en publies !), mais au moins tu restes fidèles à certaines valeurs. Pas besoin d’acheter des likes quand on fait un travail honnête et de qualité comme toi. Cet algorithme est injuste c’est vrai, mais au moins toi tu peux être fière des likes que tu récoltes.
    Concernant les Instastories, je me reconnais tout à fait dans tes mots, je ne peux donc qu’adhérer à ton opinion là-dessus! Je ne pense pas que ce soit une question d’âge, mais en tout cas je trouve qu’être « out of the game » et ne pas suivre tout ce qui se fait comme un mouton n’est pas mal non plus! 😉 J’ai été sidéré en découvrant ces stories, de voir des filles se filmer en train de verser de l’eau dans leur thé ou déballer un colis en 10 vidéos, c’est effectivement bouffer du vide!! Les instasotries sont forcément de moins bonnes qualité et je préfère avoir un seul post par jour de ta part, avec une jolie photo bien travaillé, plutôt que dix photos/vidéos à la con où on te verrait battre des pieds dans la piscine ou marcher dans une rue… Les stories me dégoûtent par leur inutilité, leur vanité, leur rien. Je me demande réellement si avec autant de publication par jour, ces personnes voient le monde avec leur yeux ou à travers l’appareil photo de leur téléphone.

    Bref, j’admire le courage que tu as de publier une telle chose sur ton blog (en même temps c’est ton espace personnel), d’autant plus que ce n’est pas dans l’air du temps de vouloir préserver sa vie privée et de limiter ses publications.

    En tous cas, je continuerais de te suivre, Instagram ou pas, car il y a une réelle identité à ton blog. Du coup, j’en profite pour te dire que j’adore ton blog. Il est frais, originale, j’adore par dessus tout la qualité de tes photos (ce qui fait une énorme différence avec pleins d’autres « blogueuses »). Je ne suis pas spécialement fan de touts tes looks, mais c’est toujours un plaisir de te lire et de découvrir tes collaborations, tes jolis photos. En effet, il y a un vrai travail derrière tout ça et tu mérites de faire ce travail.
    C’est un plaisir de te lire, tu écris bien, c’est vraiment plaisant et « feel good »! J’aime la diversité des contenus, leur authenticité comme quand tu nous parlais de ton ressenti au défilé Haute-Couture Chanel. En fait, j’aime ton blog parce que tu es tout simplement humaine et honnête, ce qui se fait rare!

    Je pense que tu as compris que ton article me parle beaucoup et me « rassure ». Je l’ai lu en rentrant de quelques jours à l’étranger en amoureux où j’ai laissé Instagram et Facebook de côté et ça m’a fait un bien fou. J’ai pu profiter de moments à deux sans penser « instagrammable », likes et hashtag. Et depuis mon retour les stories ne m’intéressent plus et je fais le tri dans les comptes que je suis. Mon feed s’en retrouve plus agréable!

    J’espère que tu aura eu le courage de me lire jusqu’au bout. Prends soin de toi, et reste comme tu es. Je suis plus jeune que toi et commence dans la vie active, mais je pense que c’est normal de se mettre la pression quand on veut bien faire. Je pense comme toi que la qualité est plus importante que la quantité, et la qualité a un prix. Mais pas de surmenage!!

    Après ce petit pavé (j’ai le droit, avec ceux que tu nous sers parfois ;P),voilà, je crois que j’ai dit tout ce que je voulais te dire.

    Au passage, je serais effectivement intéressée par l’article du chercheur, traitant des réseaux sociaux 🙂

    Bon courage et bonne continuation!!! 😀

  54. Eh bien Pauline! Quel article! Il m’a donné les frissons!
    Je te suis depuis des années (depuis le tout début même il me semble), et voir que tu évolues tout en restant toi-même, ça fait chaud au coeur.

    Ca fait du bien de voir qu’au final, on est tous humain. Je me suis toujours demandé comment vous faisiez, vous les « blogueurs », pour arriver à suivre entre Instagram, Snapchat (que je déteste d’ailleurs), Facebook, vos blogs, vos vies, vos journées. Eh bien…. il me semblerait que j’ai une réponse!
    C’est très courageux de ta part de partager ceci. J’adore quand tu dis que tu ne veux pas nous faire perdre notre temps à regarder des stories. Parce que franchement, je les regarde de temps à autre, et c’est effectivement une perte de temps. Et pour quoi? Pour avoir l’impression de vivre la vie des autres par procuration, d’avoir l’impression de connaître tous ces gens. Et ensuite, on se met à réfléchir sur notre propre existence, en se disant que notre vie à nous elle est nulle (je prends des raccourcis bien sûr hein!) (parfois ça a du bon, ça nous booste aussi!)

    Je suis illustratrice (d’ailleurs je t’avais dessiné il y a quelques années huhu je sais pas si tu t’en souviens) ET j’ai également un café restaurant. Autant dire que je suis indépendante à 100% et rarement au repos. Et comme toi, il est très difficile d’avoir de vrais week-ends de congé. Je me mets souvent la pression quand je n’avance pas mes illustrations. Je fais donc autre chose mais sans en profiter à fond puisqu’il y a cette voix de culpabilité. Je commence à prendre un rythme, mais c’est difficile. Heureusement quand je pars en vacances je laisse mon téléphone au fond du sac sans le regarder (et je remercie mon copain qui dit toujours que c’est une perte de temps d’aller voir la vie des autres).
    Je comprends tellement ton point de vue et je le partage à 100%!
    Il faut qu’on s’octroie du temps pour nous. Je commence à y arriver, et qu’est-ce que ça fait du bien! C’est important et indispensable à notre survie!

    On a la chance de faire des métiers que l’on aime. D’ailleurs, pour certains, ce n’est pas un métier puisqu’on est content daller travailler haha! Ca me fera toujours rire ça! Métier et passions ne sont apparemment pas compatibles pour certains. Mais comme tu le dis si bien, ça reste un travail, et on se met de la pression (justifiée ou non) et c’est important d’avoir des moments coupés de tout.

    Pour ce qui est des gens qui achètent des followers, je n’ai rien à dire tellement c’est quelque chose qui me dépassent. Ca donne l’ impression que les gens n’utilisent plus ces réseaux pour partager, mais pour gagner le concours de celui qui aura le plus de likes…… J’aimerai toujours aller voir tes photos et tes posts, et que tu passes du temps en famille, en vacances, pour toi ne changera rien à ça. Il te rendra juste plus humaine que les autres et personnellement je trouve ça encore plus beau! La vie est faite pour être profitée, alors, profitons!

  55. Bravo pour ta lucidité et ton courage d’écrire ce genre de billet qui remet bien les choses en perspective (la vie, la vraie, pas celle que l’on veut bien (nous) montrer sur IG). J’ai, depuis quelque temps déjà aussi, une écoeurantite d’Instagram, son côté racoleur, voyeur, toujours plus…
    Continue ton beau travail, avec ta sincérité et ton intégrité, je suis certaine que cela fera la différence, quand Instagram ou d’autres réseaux sociaux seront considérés comme désuets 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je ne suis pas un robot: *