Chialer Charlie

9 janvier 2015

Je n’ai rien publié nulle part pendant deux jours sans vous donner d’explication, ça n’arrive pas souvent.

Vous vous doutez sûrement de la raison.

La raison, c’est que je me sens bien con de rédiger un article sur une tenue du jour, une crème miracle ou le dernier défilé prêt-à-porter alors que, comme toute personne normalement constituée, depuis les évènements parisiens d’avant-hier, je suis en colère et j’ai envie de pleurer tout le temps.

Avant-hier matin, au réveil vers 9h, comme d’habitude, les yeux un peu collés parce que je m’étais couchée à presque 4h du matin comme plusieurs fois par semaine (les jours où je publie des articles le matin vers 8-9h pour vous, il est 2-3h du matin pour moi), j’ai attrapé mon portable pour lire mes mails, vos commentaires, checker instagram etc. Au milieu de mon petit tour, j’ai vu que j’avais des nouveaux messages sur Facebook. Ma maman m’avait envoyé un message « attentat chez charlie hebdo :'( « 

Internet m’a permise de me mettre rapidement au courant, de mesurer l’ampleur du cauchemar. Les articles relatant la chronologie des événements, les interviews en podcast ou en vidéo, les témoignages poignants et choqués des amis et collègues des martyrs de nos libertés. J’ai même vu des images que j’aurais préféré ne pas voir.

Après le choc, les pleurs, la colère, je me suis posée la question. Qu’est-ce que je fais, en tant que « Pauline de paulinefashionblog.com » ? Bien sûr, il m’est apparu évident que ce n’était pas le moment de publier les futilités habituelles alors que personne, ni moi ni vous, n’avons la tête à ça, là, maintenant. Mais quoi faire alors ?

Et puis, les « JE SUIS CHARLIE » et autres manifestations de soutien et de solidarité ont commencé à fleurir sur les timelines et autres feeds de réseaux sociaux.

Je suis toujours super émue par les élans collectifs de solidarité. Voir de loin les citoyens de mon pays se rassembler sur les places des grandes villes pour défendre les valeurs de la république et la liberté d’expression, avec ces pancartes, en brandissant des crayons, c’était plus qu’émouvant.

J’ai hésité un peu à poster ou pas quelque chose sur instagram. En signe de soutien à mon pays dont je suis loin.

Pour être honnête, je ne savais pas quoi mettre.

J’aurais pu mettre un carré noir en signe de deuil. Mais avec quoi comme légende en dessous ? Je ne trouvais pas les mots.

J’aurais pu mettre le JE SUIS CHARLIE.

Mais je n’ai pas accroché à ce message. Ou peut-être que je ne l’ai pas bien compris.

Attention, je ne cherche pas à faire polémique. Je ne suis pas là pour juger la réaction de qui que ce soit. Je respecte et je comprends que chacun réagit et se réconforte comme il veut, je comprends que chacun ressent et exprime les choses à sa manière, je comprends et respecte tout ça. En temps normal et aujourd’hui.

Je ne prétends qu’une chose : vous expliquer ma réaction et mon silence.

Je me suis déjà rendue compte dans le passé qu’à titre personnel, je suis incapable de crier ma colère ou d’exposer mes larmes sur facebook ou instagram. Je ne crois pas que ce soit une question de pudeur. Parce que quand même, ce serait un comble. Je suis blogueuse mode, la non-pudeur sur internet, c’est la base de mes journées…

Mais pour le deuil, la mort, l’horreur et l’indicible, je ne suis pas à l’aise sur internet ou les réseaux sociaux.

Du coup voilà, le mouvement JE SUIS CHARLIE, je ne me suis pas reconnue dedans, peut-être parce que je n’étais pas à Paris, peut-être parce que cette phrase a été tellement reprise qu’elle a, dans mon esprit, perdu tout sens, et surtout, je ne me suis pas reconnue dans cette phrase parce que je n’ai jamais défendu la liberté au prix de ma vie et de celle de mes amis, parce que je n’ai pas le tiers du quart du millionième de talent ou de courage de ces journalistes et cartoonistes morts pour nous, pour nos libertés.

Ce qui s’est passé avant-hier, à mon avis, il faut en parler et en débattre avec des mots, des idées, des dessins si on a ce talent, mais pas avec des hashtags ou des émoticônes qui réduisent la pensée à son strict mimimum.

Je ne suis pas Charlie, mais je soutiens Charlie Hebdo, car je suis outrée et indignée qu’on puisse s’attaquer ainsi à la liberté d’expression, qu’on réponde à des dessins par des exécutions barbares, qu’on tue des gens pour les faire taire.

Je ne suis pas Charlie, mais j’ai le cœur en charpie.

Le temps que je réfléchisse à « mettre ou ne pas mettre » le JE SUIS CHARLIE sur mes réseaux sociaux, il y avait des commentaires tellement stupides, tellement à l’opposé de ce que les personnes qui avaient partagé ce slogan voulaient véhiculer comme message. Des commentaires bêtes et méchants. Des commentaires effrayants. Des commentaires qui font l’amalgame, d’autres qui poussent à l’amalgame sans même en être conscients.

J’admire celles et ceux qui ont eu la force, le courage, la pédagogie de répondre à ces commentaires calmement.

De mon côté, j’ai décidé de ne rien dire « publiquement ».

De faire ma minute de silence en ne publiant rien pendant un peu plus de deux jours.

Le silence, c’est une réaction.

Là-haut dans ma tête, pour une fois tout le monde avait l’air d’accord.

Sauf que je n’avais pas réfléchi à après.

Ne rien dire, pleurer en silence, ça m’allait très bien.

Mais comment revenir avec mes bêtises habituelles la semaine prochaine, quand il faudra, malgré tout, reprendre le cours de nos existences ?

Faire comme si de rien n’était ? Impossible.

Du coup, j’ai pris mon clavier et je vous écris ces quelques lignes.

Pas pour mettre les mots sur mon chagrin, je vous l’ai dit plus haut, je ne sais pas faire.

Juste pour vous expliquer mon silence « virtuel », qu’il ne soit pas interprété comme une absence de soutien, de tristesse et de compassion.

Je ne vais pas m’étendre sur le fond du sujet, parce que ce n’est pas le lieu, et qu’il y a des gens dont c’est le métier qui trouveront les mots justes pour exprimer notre chagrin, sécher nos larmes et nous aider à réaliser que la défense de nos libertés est un combat quotidien.

Bientôt, je publierai un article « comme avant ».

Mais ni vous ni moi ne serons comme avant.

Voir plus d'articles

51 commentaires sur “Chialer Charlie”

  1. C’est drôle je viens d’écrire sur ton précédent article pour te demander ce que tu ressentais toi, journaliste, toi, Française de New-York et un peu citoyenne du monde, vu qu’on te trouve toujours un peu partout (et tu nous emmènes avec toi). J’aime ce que tu écris, ta liberté de faire courir les doigts sur le clavier. Ton écriture est délicate. J’ai moi-même décidé d’être Charlie sans pour autant publier cette image, ni même le revendiquer. Proche de leurs idées, j’aimais aussi leur taper dessus, mais toujours je les ai aimés. J’ai aimé leur bravoure. Leur talent. Tu as du talent Pauline et merci d’avoir posté cela. Je m’y attendais. Charb, c’est lui qui avait dessiné le logo de « Mon Quotidien », mon tout premier journal pour les 10-14 ans… Ils ont toujours fait parti du paysage, les faire taire a été pour moi horrible. Pour tous d’ailleurs, de tous les bords politiques. J’ai détesté les amalgames, l’appropriation par les partis de cette tragédie et le commerce fait sur le dos de cet événement. Petite parisienne, je suis allée marcher à République avec les autres. Ne t’en fais pas, je t’ai emmenée avec moi <3

  2. Merci pour cet article. Tu as bien fait de ne rien publier d’autre. Personne n’a le coeur à ça en ce moment :( Bon courage à tous et surtout aux proches des victimes…qui j’espère n’augmenteront pas

  3. Chialer Charlie.

    c’est exactement comme ça que je vis les choses aussi

    une admiration sans borne et la vague inquiétude de ne jamais prétendre au quart du millième de leur courage

    tout est juste et doux Pauline. merci pour cet article.

  4. Je me demandais effectivement pourquoi tu n’avais rien publié sur insta, mais je te rassure je ne t’en veux pas, et personne ne peut. C’est une situation très difficile et cet élan de solidarité est un peu hypocrite, car on a besoin d’attendre une telle catastrophe pour se rendre compte de la beauté et du courage de certaines personnes. L’amalgame a déjà été fait fort malheureusement. Une amie a quasiment été agressée hier par une folle car elle est d’origine égyptienne. Elle lui a dit que tout ça c’était de leur faute ( aux musulmans je présume que c’est ce qu’elle voulait dire). J’ai dû répliquer à des personnes totalement ignorantes qui disaient de voter Marine Le Pen. Une mosquée a été brûlée vers chez moi c’est absolument terrifiant. Et encore en ce moment, deux prises d’otage ont lieu. Ca suffit.

    Laura

  5. salut pauline,
    le copain de ma fille était à 50m de charlie quand il a entendu les « pétards » ….on était loin, maintenant on est si près, ici à paris on se croit un mois d’aout, il n’y a personne dans les boutiques, personne dans la rue….dans le 4ème (marais) on demande à titre préventive de fermer les boutiques: un autre monde!! c’est notre 11 septembre ici… et on attend la suite avec peur

  6. Je suis tout a fait d’accord avec ce que tu dis, et je respecte completement ta décision de ne pas poster/débattre, … Jamais je ne justifierai ou pardonnerai le fait de tuer pour se faire entendre ou pour faire taire. La liberté d’expression est bien sur quelque chose que je defends et ce qui s’est passé mercredi à Paris est terrible, déplorable, inimaginable, effrayant, et mille adjectifs encore.

    Cependant, une question me tarraude … Ou se situe concretement la limite entre liberté d’expression et propos injurieux/racistes? Je n’arrive pas a y repondre.Pourquoi Dieudonné (que je n’apprecie pas et ne defends pas, et ne connait d’ailleurs pas assez bien) est censuré à tout bout de champ, quand d’autres son défendu par tout un peuple? Loin de moi l’idée de vouloir justifier ces meurtres, vraiment! Je passe deja au débat suivant, qui est celui de savoir, a partir de quand la liberté d’expression est-elle plus un pretexte pour se cacher de ses idées racistes et quand reste-t-elle un vrai concept et un vrai droit.

    Je suis bien consciente que cette question risque de lancer la polémique, et je ne pense meme pas revenir ici pour voir si il y a des reponses ou non. Je veut redire que je suis outrée par la maniere de reagir de ces personnes, mais ca me fait cogiter plus que ce que je n’ai eu le courage de l’avouer jusque maintenant. Je me pose des questions, qui me paraissent pas si bete, et je ne comprends pas ou trouver de reponses appropriés. Que peut on dire et pas dire ? La liberté d’expression justifie-t-elle tout?

    Enfin, je ne suis pas Charlie non plus, mais mon coeur est en charpie également.

  7. T’inquiète pas pauline on comprend ton silence. Tous ces événements à Paris et en ile de france sont assez flippant, 12 morts à Charlie hebdo, une policière tue le jeudi et 2 prises d’otages aujourd’hui. Ça fait peur faut l’avouer !!!

  8. Bonjour Pauline

    je suis ta page depuis un petit moment, je ne t’ai jamais écrit mais je le fais aujourd’hui pour te remercier pour ton article aujourd’hui.
    Je me suis permise d’en partager un extrait sur ma page Facebook (tout en te citant et en donnant le lien de ton site bien sûr). Je l’ai fait car je me suis retrouvée en te lisant. Je n’aurais pas fait mieux. Je travaille à Paris, j’habite à Aubervilliers. Les tueurs en prenant la fuite sont passés à deux rues de mon lieu de travail…
    Merci à toi, vraiment.

  9. Bonsoir Pauline,

    Je comprends ton point de vue. J’ai lu le même témoignage aujourd’hui sur Twitter.

    Personnellement, je crois que j’ai beaucoup ri cette semaine. On a eu de belles caricatures venant d’un peu partout dans le monde nous rappelant à chaque fois que « l’esprit Charlie », c’est rire de tout, c’est se moquer de tout.
    Bref, je crois que tu le droit de nous créer un petit look hommage par exemple ! … je te vois bien avec la coupe de cheveux de Cabu et ses jolies lunettes rondes 😉 Au fond, je suis certaine que Cabu serait enchanté d’un hommage au second degré.

    H20.

  10. Je ne laisse quasiment jamais de commentaire, mais juste pour te dire que ton article est très bien, vraiment. En tout honnêteté, il est vrai que j’ai gueté ta réaction pendant les 2jours, ton point de vue m’intéressait, et je te trouve très juste. Toutefois je ne partage pas ton point de vue sur le slogan je suis Charlie. Je pense qu’il permet, justement à des gens qui n’ont pas forcément les mots pour exprimer et manifester leurs sentiments vis-à-vis des événements, de montrer toutefois leur soutien, de pouvoir exprimer de manière simple leur solidarité. Simplicité qui le rend peut-être, de fait, réducteur, mais il contribue je pense à l’élan international, le message étant universel.
    Sur ce, quite à me répéter, tu m’as parue très juste, c’est un beau texte
    Bisous

  11. Merci Pauline pour ce témoignage. Tes mots sonnent justes.
    Je pense qu’etre expatriée en ce moment doit être bien difficile à gérer dans sa tête.
    Continuer à vivre est le meilleur moyen de garder notre liberté.
    Biz

  12. Que dire, on ne peut rie dire, la France est blessée, blasée, en colère. Je suis révoltée, choquée, écoeurée, ce genre de chose est effarante, ça ne devrait pas se produire, c’est inhumain, incompréhensible, intolérable. Et j’ai peur, peur que ce ne soit qu’un début.. Quelle horreur!

  13. Merci Pauline pour ces quelques lignes.Ce post confirme l’admiration que je te porte en tant que blogueuse mais aussi en tant que personne. Tu trouves toujours les bons mots… <3
    P.S: Le mot "admiration" peut te paraitre excessif, je te l'accorde, mais tellement vrai… 😉

  14. Tu as écrit avec beaucoup de sensibilité que tu étais charlie. Ce soir, les terroristes sont morts mais quel carnage ! Jamais on ne pourra oublier ces horribles attentats. Il y aura un avant et un après. Bon courage, Pauline.
    Fabienne.

  15. Tu as utilisé les mots justes pour décrire tout ce qui se passe. Qu’on soit charlie ou pas, peu importe la façon dont on va réagir, le principal est bien d’en parler comme tu le dis si bien, et bien sûr de se soutenir. Je crois en notre solidarité! :)
    Bisous Pauline.

  16. Votre texte est magnifique. Touchant. Votre phrasé ne peut laisser indifférent. On reste Français même à New York..
    Nous avons hésité au Nail Kitchen – Nail Bar Parisien Kure Bazaar –
    Car comme vous, notre quotidien est la légèreté, la beauté des ongles au naturel, les manucures écologiques.. la presse nous est chère, sa liberté d’expression également, tout le monde a été attristé, choqué…
    Ce soir, « Paris est Charlie » est projeté sur l’Arc de Triomphe, image très émouvante, le cauchemard aurait il cessé ce soir ? Nous l’esperons, assez de sang, assez de chagrin… nous préférons la légereté..
    La Kitchen Team
    http://www.thenailkitchen.fr

  17. Les émotions et ressentis sont toujours personnels, respectables et ne peuvent jamais être jugés car n n’a jamais les moyens de disposer de tous les éléments permettant de comprendre ces ressentis… Il reste donc à respecter le silence, la parole, la colère, la frustration, la peine… Et ensuite, tout le monde se relève parce que c’est important, la vie continue parce que sinon, vu les atrocités auxquelles chaque société fait face depuis des siècles, l’humanité serait anéantie … Je serai donc ravie de lire un billet léger ou admirer un look parce que ces terroristes ne m’ont pas anéantie … Ils ont échoué….

  18. Hello Pauline. Merci pour ce message, si juste et si bouleversant. Comme toi, je suis atterrée par ce qui s’est passé cette semaine en France. Comme toi, j’ai pleuré. Toutefois, la barbarie ne gagne JAMAIS. La plus belle façon de lutter ? Continuer à vivre comme avant, sortir un nouveau numéro de Charlie Hebdo, aborder la vie dans ce qu’elle a de meilleur et excuse moi du terme : EMMERDER les fanatiques et leurs idées du Moyen Age.
    Il faut donc que nous dépassions notre peine, que nous soyons unis devant ce combat. Tes looks qui certes, peuvent paraitre futiles face à l’atrocité des événements sont nécessaires et salvateurs. C’est notre quotidien de gens libres, où l’échange vaut tout l’or du monde. Merci Pauline.

  19. Merci pour ces trsites, mais beaux mots Pauline!
    J’ai pleré maintes et maintes fois moi aussi ces derniers jours. Pourvu que ça n’arrive plus jamais…

  20. Merci pour ce message qui « change » de tout ce que j’ai pu lire ou voir sur la toile depuis quelques jours. Lorsque j’ai appris la nouvelle de l’attentat j’ai, comme toi, été en colère, dégoutée, j’avais envie de pleurer… Quel sentiment terrible. De mon côté j’ai « adhéré » au slogan JE SUIS CHARLIE, un peu aussi, je l’avoue, sans bien le comprendre. Et surtout pas tout de suite. Je l’ai finalement publié ne sachant pas trop comment exprimer ma peine. Comme toi je ne suis pas très douée pour exprimer ce genre de choses sur internet. Finalement j’ai découvert le hashtag JE NE SUIS PAS CHARLIE. Je me suis d’abord sentie en colère contre ces gens qui, pour moi, semblaient trouver ça bien fait pour les victimes, leur reprocher leur « racisme couvert par une prétendue liberté d’expression ». Finalement j’étais un peu au bord de l’overdose face à toutes ces informations.. Et voilà, ton post, je le trouve très juste. Il ne juge pas. Il exprime simplement la peine, simplement. Merci <3

  21. Merci pour ce joli post. Je voulais juste préciser que je pense que les gens qui ont adopté le « je suis charlie » ne l’ont pas fait en pensant s’attribuer le courage ou l’engagement des tués de charlie hebdo. Je « suis charlie » signifie que en commettant cet attentat ils n’ont pas tué 12 personnes uniquement ,ils ont meurtri toute une nation, et le monde entier dans sa chair. « je suis charlie » c’est une façon de dire eux ne sont plus là mais nous on ne laissera pas votre terreur nous réduire au silence.

  22. Merci pour ces mots.
    Ton article est touchant et vrai.
    Comme je l’ai lu plus haut il faut effectivement continuer à vivre et garder notre liberté.
    Il faut que cette solidarité continue et que nous continuons, chacun avec ses moyens, avec ses mots, à defendre nos belles libertés.
    A bientôt

  23. Ton article fait du bien ! En tout cas me fait du bien. Je ne suis pas en France actuellement, j’ai donc suivi tout ce qui se passait grace à mon telephone, j’allais en cours et je ne faisais que regarder les infos. Je suis dans un pays étranger et j’essayé d’expliquer ce qu’il se passait dans mon pays, les gens n’avaient pas l’air de comprendre à quel point c’était le bordel.
    Je suis soulagée que se soit « terminé » même si ça ne le sera jamais vraiment et surtout que ça ne sera plus comme avant.

    Certe je n’ai que 20 ans, et j’ai du lire 2 fois charlie hebdo dans ma vie, mais je suis née avec la liberté d’expression et je la defend !

    Merci encore

    J’espére que tu vas garder le gout de faire des articles peu joviale, même si c’est pas facile en cette période.

    Bisous

    Coline

  24. Nous sommes charlie parce que nous avons la chance de vivre dans un pays libre…. Et comme le disait voltaire  » je ne suis pas d accord avec ce que vous dites, mais je me battrais jusqu au bout pour que vous puissiez le dire » .
    Voila l importance de s exprimer. D echanger. De repondre.
    On est tous des charlie, parce que nous vivons avec la liberte d expression., et que sans cela on creve.

    Tu es loin, et c est surement difficile de se rendre vraiment compte le silence des rues les regards croises d inconnus tristes, deboussoles, les larmes echanges, la peur aussi, comme un chappe de plomp…, et puis l’espoir, les fourmillements dans le coeur et le corps qui donnent l envie d hurler notre liberte, au nom de charlie hebdo, mais aussi en notre propre nom… L ambiance ici etait vraiment tres particuliere, entre l angoisse , l emotion et l unite….
    Il y aura vraiment un apres.

    JE SUIS CHARLIE

  25. Bonjour Pauline,

    Je crois que c’est la première fois que je poste un commentaire sur ton blog (je peux te tutoyer?) alors que je le visite très souvent, pourtant. Je crois que j’avais mal compris l’idée du « blog mode », je lisais tes articles, glanais les inspirations-looks et rêvais à de nouveaux voyages (le Costa Rica est définitivement en tête de ma bucket list grâce à toi). Mais je ne mettais jamais vraiment posé la question de savoir comment, et pourquoi, une blogueuse devait réagir à un tel fait de société.

    Alors je voulais te dire merci. Pour ton post, et pour ta réaction. Après un tel choc, il est parfois difficile de faire le tri entre le millier d’émotions contradictoires par lesquelles on passe. C’est encore plus difficile de faire le tri entre le million d’articles/dessins/posts qui envahissent médias et réseaux sociaux depuis. Alors merci pour ton silence, qui est, je crois, une très belle réaction. Merci de partager ta colère aussi. On ne sera plus comme avant non. Faisons en sorte d’être meilleurs. De trouver la force de ne pas succomber aux raccourcis, aux tentations, et à la peur. De trouver le courage de chercher comment on a pu en arriver là et celui de changer les choses. Et surtout de trouver et donner assez d’amour, partout, pour donner le cap. Avec tout ça et un peu de légèreté, de mode, et de voyages, pour nous aider à tenir le coup!

    Merci, et bon courage!
    Clara

  26. C’est un très joli article. Pas d’humeur non plus à poster une instagram ou encore à aller faire les soldes! Ce qu’il s’est passé nous à tous profondément bouleversés, et restera à jamais dans nos mémoires…
    #CHARLIEHEBDO <3

  27. Bonsoir, comment trouver les mots après cela, je trouve que tu l’as très bien fait. J’ai tenu à aller à un rassemblement pour Charlie Hebdo et sacrifier ma pause déjeuner, pour une minute de silence glaçante sous la pluie qui a fait couler des larmes.
    Alors oui il faut et nous devons reprendre notre vie ou l’on l’a laissé et avancer avec ce poids sur nos épaules. Chacun se souviendra de ce jour et de ce que nous faisions quand nous avons appris la nouvelle.

  28. Que de jolis mots Pauline, pas toujours facile de s’exprimer sur les réseaux sociaux sur nos émotions et réflexions et c’est ton droit de t’en être absentée quelques jours.
    Continue de publier et de nous faire rêver car c’est ça combattre l’horreur aussi, regarder les jolies choses de la vie. Tout n’est pas rose, tout n’est pas gris, mais j’espère que le rose prendra le dessus sur le gris pour un très grand moment.
    Bonne soirée :)

  29. Je comprends tout à fait ton absence sur le web pendant ces deux jours, c’est tout à fait normal.
    Merci pour cet article, triste et touchant Pauline.
    J’comprends ta vision concernant le « je suis charlie » et je suis plutôt d’accord avec toi. Bon courage pour ce moment douloureux…

    Bises
    Marion

  30. Bonsoir Pauline,

    Ca fait plusieurs jours que je n’ai pas mis les pieds sur ton blog suite aux événements : J’étais scotchée devant ma TV.

    Je suis tellement triste de tout ça. Comment est-ce encore possible en 2015 ? J’en pleure encore.

    C’est beau ce rassemblement, cette solidarité mais c’est triste que ça n’arrive qu’après un tel événement…

  31. Bonjour Pauline,
    Merci pour cet article, encore une fois très bien écrit!
    Chacun est justement libre de réagir à sa manière.
    Effectivement, je pense que pendant ces quelques jours personne n’avait le cœur à lire des choses sur des sujets plus futiles, même si cela va revenir (et heureusement car la vie doit continuer!)

  32. Ton article est je trouve très bien écrit. je me retrouve dans ce que tu dis même si pour ma part j’ai voulu soutenir cette cause avec  » je suis charlie ». Pour tout dire, je ne savais quoi dire, ca ou le silence mais pour moi le silence était tellement impossible après tout ce qui était arrivé. Chacun réagit évidemment comme il veux mais j’étais bien trop en colère et triste de tout ça. La colère n’est pas retombée même si cette belle marche de dimanche a fini par « clôturer » ces trois jours horrible et m’ont permis entre guillemet de faire le deuil. En tout cas cette solidarité dans toute la France et dans le monde m’a émue et ça fait du bien.

  33. C’est le premier commentaire que je laisse, et pourtant cela fait longtemps que je te suis (3 ans tout de même).
    Merci pour ces quelques lignes qui nous montre que même dans le silence, la tristesse est tout de même présente.
    Merci pour ce post.

  34. Salut Pauline !

    Je viens juste de lire cet article et je te rejoins sur plusieurs points. En effet, je suis expatriée, tout comme toi et j’ai aussi eu du mal à comprendre le mouvement « je suis Charlie » qui est né à la suite de cet attentat.

    Peut être que c’est parce que je n’étais pas en France pour ressentir le chaos mais j’étais sur les réseaux sociaux et sur internet pour lire tous les nouveaux articles qui sortaient afin de me tenir au courant, pour regarder des vidéos dont une que, tout comme toi, je n’aurai certainement pas du regarder.
    Bref, j’avais peut être plus de recul sur la chose que lorsqu’on est en plein dedans et que chaque personne que tu vois te parle de ça.
    Donc j’ai pas vraiment accroché au « Je suis Charlie » que tout le monde a employé et qui au final ne voulait plus dire grand chose pour moi tellement il était omniprésent sur la toile. Il y avait d’autres choses à dire et sur lesquelles réfléchir.

    Par contre les marches qui se sont produites le jour même de l’attentat m’ont fait être fier d’être française puis ça fait vraiment chaud au coeur de voir que la France est toujours là pour être debout quand ça ne va pas !

    Ca fait bizarre de reparler de ça une semaine après, c’était un peu moins présent et là ça ressurgit.

    Enfin, ton silence était le bienvenue tout comme ta sincérité !

    Passe une bonne journée,

    Louise

  35. Coucou Pauline !
    C’est vraiment un bel article que tu nous livres là et comme je comprends et j’apprécie ta réaction !
    J’avais remarqué, surement comme d’autres, ton absence sur les réseaux sociaux et j’ai trouvé que c’était un bel hommage, comme une minute de silence que tu étendais à tous les aspects de « discussion » que l’on possède.
    Comme toi, je n’ai pas partagé le #jesuischarlie car j’ai remarqué que, bien trop souvent, il menait à des débats entre sourds parfois même entre amis sur facebook. Je ne voyais pas pourquoi écrire un hashtag sur instagram et l’exposer au monde entier si au fond de moi, je savais que j’étais de tout coeur avec les victimes et leurs famille.
    merci pour ce bel article sur un sujet pas facile à traiter :)

  36. Moi, personnellement j’attendais ton article.
    J’ai 3-4 blogs que je vais voir pratiquement tous les soirs dont le tien. Et vivant seule, disons que lire ton article, ça fait un peu partager la tristesse, l’incompréhension. Ca fait du bien de parler un peu comme disent les gens (pas bcp, juste un peu comme tu l’as fait).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 + = 12