Le poids d’une vie -2

13 janvier 2018

Pour lire le début de mon histoire et les 6 chapitres précédents, c’est juste ICI.


Chapitre 7 :

POURQUOI PAS WEIGHT WATCHERS ?

Décembre 2017 – La prise de décision

 

On connait tous quelqu’un qui a « fait Weight Watchers ». Dans mon entourage, plusieurs personnes s’y sont frottées et m’ont toujours fait des retours plutôt positifs.

Quand Weight Watchers m’a contactée pour me proposer de tester leur tout nouveau programme WW Liberté, j’ai vu ça comme un signe.

Comme je vous l’expliquais hier ici, je venais de perdre 26 kilos en 18 mois mais je stagnais depuis un moment et j’avais perdu la motivation pour perdre les 4 kilos restants..

Armée de ma curiosité, je suis allée à un premier événement Weight Watchers à Paris, découvrir un peu mieux cette méthode, j’ai rencontré ma future coach, Sophie, et j’ai appris que Megan se lançait aussi, ce qui m’a fait super plaisir ! La perspective qu’on allait être deux et qu’on allait pouvoir se soutenir, partager nos progrès et nos coups de mou, ça m’a motivée, je me suis dit que ce allait être super sympa avec une telle acolyte.

Ce fut l’occasion d’en apprendre plus sur les principes à la base de Weight Watchers.

Weight Watchers n’est pas un régime : c’est une méthode pour réapprendre à manger et à cuisiner de manière saine et équilibrée, et aussi à faire ses courses, afin de perdre du poids mais sans perte de plaisir. Il n’y a pas d’aliments interdits, beaucoup d’aliments à zéro points que vous pouvez manger à satiété (et pas à volonté, c’est pas pareil !). Par exemple, si vous craquez sur un pain au chocolat au goûter, il suffit de rééquilibrer avec le repas du soir (et de ne pas craquer tous les jours, ça va de soi).

Ce n’est pas une méthode pour perdre du poids rapidement et de manière spectaculaire. L’idée, c’est vraiment d’opérer un vrai changement dans son quotidien pour manger sainement et perdre du poids durablement.

J’avoue que ce discours m’a séduite.

Alors pourquoi pas tenter Weight Watchers pour perdre les kilos restants, réapprendre à manger sainement, me sentir mieux et me stabiliser à un poids de forme que j’estime correct ?

Après tout, ce programme a fait ses preuves sur beaucoup de personnes, pourquoi pas moi ?

Et en décembre, avec Megan, nous sommes allées (après avoir dégusté un divin granola !!) à notre premier Atelier. Pour voir ce que c’était, pour prendre la température.

Nous sommes sorties de cet Atelier motivées à fond les ballons et avec une image complètement dépoussiérée du concept.

C’était très différent de ce que nous avions imaginé. Une vingtaine de femmes, de tous les âges, de toutes les morphologies qui débriefent leur semaine, se racontent en rigolant leurs « écarts » (le brunch tendance de Julie ou la passion pour le chocolat de Jacqueline), se donnent leurs astuces et recettes (« tu sais que si tu remplaces le lait, la crème et le fromage râpé par de la cancoillotte dans un gratin dauphinois, il est à la fois plus onctueux et plus léger, c’est délicieux et tu enlèves un ou deux points à ton assiette ? ») se remotivent à grands renforts d’anecdotes issues de leur vécu. Une ambiance bienveillante, conviviale, dont on doit en effet tirer un peu de l’énergie et la force nécessaire à un vrai rééquilibrage alimentaire.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit, plus que d’un régime. Réapprendre à manger, à écouter ses besoins sans faire taire toutes ses envies, être en forme, se sentir mieux, et voir les choses à long terme.

Ce ne sont pas que des promesses « commerciales », c’est vraiment ce que racontent les participantes pendant les ateliers.

Le Programme WW Liberté, un tout nouveau programme, celui que je vais faire, s’appuie toujours sur le système des points : les SmartPoints. Compter ses points, la signature de Weight Watchers, ça a l’air ludique ! À l’époque des petits carnets, ça devait être un peu fastidieux mais là avec l’application pour smartphone, j’ai l’impression que ça s’approche plus d’un jeu vidéo ! Des milliers de produits et ingrédients sont enregistrés dans l’application, je n’aurais qu’à rentrer dans l’app ce que j’ai mangé et je saurais si j’ai respecté mon quota de la journée ou pas. Sachant qu’il y a un capital de points flottants pour la semaine, qui permet quelques écarts plaisir en évitant de culpabiliser.

Mais, je vous en dirais plus quand j’aurais un peu plus d’expérience car j’ai prévu de commencer lundi prochain ! Pourquoi lundi ? Parce que ça me laisse le temps de faire le tri dans mon frigo et mes placards, de commander en ligne mes courses pour la semaine après m’être concocté des petits menus gourmands grâce aux recettes des livres et magazines Weight Watchers et d’aller ce week-end au marché acheter de bons légumes.

Je suis motivée et j’aborde cette expérience avec détermination et optimisme.

Malgré la présence bienveillante et le soutien sans faille de mes proches, je me suis souvent sentie très seule face à mon envie de perdre mes kilos de grossesse, seule et incomprise. Là, avec une coach, un forum internet, des ateliers de temps en temps (pas hebdomadairement comme c’est préconisé puisque je ne suis pas en France) et une discussion WhatsApp avec Megan pour qu’on puisse s’épauler, je ne risque pas de ressentir la même chose. Et ça me motive d’autant plus.

J’ai hâte de commencer lundi et de retourner à un atelier, pas seulement en spectatrice comme la première fois.

Je suis impatiente d’avoir fait la paix avec le chiffre sur la balance pour pouvoir me concentrer sur mon bien-être.


D’ici le prochain article (le bilan dans 6 mois), sachez que je vais publier des petites stories et quelques posts sur insta pour vous tenir au courant. Des recettes, des astuces, des menus, peut-être aussi des moments de doute (si c’est le cas, je compte sur vous pour me remotiver) et j’espère, des petites victoires.


Chapitre 8 :

MA LIBertÉ, MON ÉTHIQUE, MON HISTOIRE

Janvier 2018 – La prise de risque

Comme pour toute collaboration, j’ai beaucoup réfléchi avant d’accepter de vous livrer mon témoignage et ma future expérience avec Weight Watchers.

J’ai une éthique toute simple pour savoir si j’accepte de m’engager dans un projet ou pas.

Je réponds à ces quatre questions :

  1. Si on ne me l’avait pas proposé dans le cadre de mon travail, est-ce que j’aurais pu avoir envie de m’acheter ce produit ? (cette fringue, ce voyage, ce sac à main, ce rouge à lèvres ou dans le cas présent, ce programme de rééquilibrage alimentaire)
  2. Est-ce que la rédaction d’un article à ce sujet m’inspire ? Est-ce que j’ai des choses à dire, des idées créatives, des envies photo qui me viennent tout de suite quand j’envisage d’accepter la proposition de collaboration ?
  3. Est-ce qu’un tel article est susceptible de vous intéresser, de vous plaire, de vous interpeller, vous, lectrices ?
  4. Vais-je disposer d’une totale liberté pour aborder le sujet à ma manière, avec mes mots, et avoir tout le loisir de m’éloigner d’un message strictement publicitaire ?

Si je réponds OUI à ces 4 questions, c’est que je peux y aller. Si j’hésite sur une question (notamment les deux dernières), alors je refuse la proposition de collaboration. J’ai la chance d’être suffisamment sollicitée pour me permettre de refuser beaucoup de choses qui me paraissent bancales ou inintéressantes.

Autant vous dire que du coup, je ne me reconnais pas du tout dans l’image de la petite nana vénale et sans cervelle qui accepte tout si c’est assorti d’un joli chèque, sans réfléchir, sans sourciller.

Pourquoi je vous écris ça ? Celles qui ne voient pas de quoi je parle, TANT MIEUX ! Pour celles qui savent à quoi je fais référence, sachez que j’ai très très mal vécu l’instadrame de mardi et le procès d’intention dont j’ai été victime en live avant même la publication de cet article. Je regrette amèrement que tout ça ait fait l’objet d’un déballage public. Et je suis aussi un peu triste et fâchée qu’on ne m’ait pas laissé avoir la primeur de parler de mon parcours, qu’on m’ait considérée comme pas légitime pour parler d’un tel sujet, qu’on m’envoie au bûcher avec mon article avant même de l’avoir lu, qu’on remette en cause ma sincérité et mon professionnalisme et du coup qu’on mette indirectement en doute ma souffrance et ma peine. Je pense que ce n’était pas le but recherché, mais ce fut le résultat tel que je l’ai ressenti. Je ne reviendrai pas là-dessus, d’autant que je me suis partiellement expliquée avec l’amie en question, en privé juste après son live.

Je crois naïvement que je ne suis pas plus mal placée qu’une autre pour aborder ces sujets sur mon blog.

Je sais que les régimes c’est dangereux ; que perdre du poids, c’est dur, mais que le plus compliqué, c’est de se stabiliser et de ne pas faire le yoyo ; que s’il y avait un régime miracle, ça se saurait.

Je sais que se sentir bien dans sa peau, c’est un objectif bien plus difficile à atteindre qu’un chiffre sur une balance.

Je sais tout ça, et vous le savez aussi.

Je sais à quel point les sujets du poids, du surpoids, de l’estime de soi sont sérieux, sensibles et importants.

Je sais que quand on parle de nutrition, on parle aussi de santé, physique et mentale.

Je sais à quel point je prends un gros risque en abordant des problématiques si personnelles, et j’aurais beau relire mon texte 52 fois, il y aura toujours des maladresses, des phrases qui peuvent être détournées de leur contexte ou lues différemment à la lumière des expériences de chacune.

Je ne cherche pas à me faire la voix de quiconque, je ne cherche pas à vous faire adhérer à un discours, je ne fais pas l’apologie des régimes, ni l’apologie de la minceur.

Je parle juste de MOI.

Je pense vraiment (et j’espère de tout coeur) que le programme WW Liberté correspond à ce dont j’ai besoin, à ce stade de mon parcours.

Je prends un sacré risque aussi en écrivant ça parce que je n’ai pas de boule de cristal et je ne suis pas sûre de tenir mon objectif, je ne sais pas à l’avance comment je vais vivre le programme.

Ce que je sais c’est que j’ai envie et besoin de perdre ces kilos et de stabiliser mon poids.

Ce que je sais, c’est que c’est mon histoire, et que c’est à moi et à moi seule de continuer à l’écrire, en toute liberté.

N’hésitez pas à me raconter la vôtre. J’aime vous lire autant que j’aime vous écrire.

DISCLAIMER : vous l’avez compris, je démarre un partenariat sur 6 mois avec Weight Watchers afin de tester le nouveau programme WW Liberté. Pour autant, sachez que je resterai libre de vous parler de mon expérience et de mon ressenti personnel en toute transparence. Les opinions exprimées dans mes articles sont les miennes exclusivement.

PHOTO NON LIBRE DE DROIT – Ne pas utiliser sans mon autorisation écrite – pour la petite histoire, je l’ai prise en mai 2017 dans ma chambre au Couvent des Minimes en prévision de cet article ! Rigolo, non ? Trop contente de m’être souvenue qu’elle était quelque part !

Voir plus d'articles

34 commentaires sur “Le poids d’une vie -2”

  1. Wow ! Merci pour ces deux derniers articles ! Je trouve que tu écris/décris si bien le rapport que nous pouvons avoir à notre corps et même si je n’adhère pas toujours aux articles « mode » du blog (parce que ce n’est pas mon truc simplement) je suis ravie de repasser de temps en temps par ici et de découvrir des pépites comme ces deux derniers posts ! Merci également de me réconcilier avec mes complexes d’ado, mes angoisses de jeune femme et mes doutes de future maman. Je suis enceinte, quasi à terme, et j’ai pris beaucoup de poids. Comme toi je ne l’ai pas vraiment réalisé au fur et à mesure et comme toi ce corps me plait car il porte la vie. Avant de tomber enceinte j’ai suivi le programme WW car je ne m’aimais plus du tout : j’ai perdu 10 kilos en quelques mois et c’était un nouveau souffle ! Avec cette grossesse j’ai interrompu le programme en sachant que je le reprendrai après et c’est ce que je compte faire : c’est pourquoi ton second article m’a fait sourire (dans le bon sens du terme hein ! ) Pour avoir tester WW et franchement après des années de culpabilisation face à la nourriture et d’une mauvaise estime de moi, je peux t’assurer que cette méthode fait du bien, je dirai même plus dans la tête que le corps ! Et pourtant, moi aussi j’avais une image totalement biaisé du truc avant de m’y inscrire. C’est drôle les coïncidences et aujourd’hui celle-ci aura égayé mon après-midi et m’aura fait du bien, merci Pauline !

  2. Hello Pauline. C’est la 1ere fois que je prends la peine de t’ecrire même si je te suis depuis une bonne année. C’etait comme une évidence, je devais te laisser un mot. Ton article m’a sincèrement touchée, certaines parties ont fait écho à certaines de mes pensées.
    Je suis convaincue qu’il t’a fallu bcp de courage et réflexion pour prendre le pas sur ces articles. Je te remercie de tout coeur pour cette sincérité, cette mise à nue à travers laquelle bcp pourront se reconnaître, se sentir moins seule face à leurs images de soi.
    Je te souhaitele meilleur pour ce beau projet que tu entreprends.
    J’ai également commencé WW tout début janvier. Je continuerai à lire tes articles avec bcp de plaisir, mais ai particulièrement hâte de te suivre sur la suite de cet article.
    Belle journée (même si elle est plutôt grisâtre dehors…)

    Estelle

  3. Chère Pauline,

    Quel courage de te révéler comme cela. Merci pour ta sincérité, ta vulnérabilité, ton parler franc, tes coups de gueule. Tous mes voeux pour 2018 et je te souhaite que les 4 derniers kilos s’envolent de manière paisible, centrée, via des emoji whatsapp marrants avec Megan.

  4. Salut Pauline,

    Ton histoire fait écho à la mienne. Comme toi j’ai accouché au premier trimestre (mars) 2016, une baby g,. Comme toi j’ai compris l’ampleur des dégâts en regardant une photo au retour de la maternité. Des commentaires assassins j’en avais eu mais … bref, en tout cas je t’avoue que tu m’as aidé à m’accepter, te voir dans la même galère que moi m’a permis de mieux me sentir avec moi même. Je détestais mon Corps et en pleurait en cachette mais c’est ma soeur qui me traitait de vache allaitante (11 mois).
    . Les autres étaient assez durs comme ça, je ne pouvais pas l’etre Aussi. J’ai donc refusé l’idee Du régime stricte et de la privation, j’ai fait doucement attention et me suis souvent lâchée. Le temps répare un peu les choses.
    Aujourdhui il me reste 5kg a perdre et ce ne sont pas les deux verres de vin que j’ai bu hier qui vont m’aider mais il faut bien se lâcher parfois un peu.

    Je reste persuadée que l’arret du tabac pour fabrication de bébé ne m’a pas aidé et que si j’avais repris je serai nettement plus mince un peu comme toutes les Milks de mon entourage qui commentaient de façon dissimulée ma silhouette élargie. Nous ne sommes pas les seules à avoir pris autant mais c’est sur les « grossesses de stars » qu’on s’attardent et tant mieux.

    Je pense à ww mais j’ai peur de reprendre, qu en penses tu ? N’est ce pas hyper onéreux ?

  5. Bravo pour ces 2 derniers articles! Comme je me retrouve dans tes mots… je suis enceinte de mon 2ème et souvent je ne pense qu’à mon corps qui change, comment je vais perdre après… alors que ça n’arrive finalement que très peu de fois dans une vie et qu’on devrait en profiter sans aucune arrière pensée! Par (mal)chance je fais du diabète gestationnel donc régime sans sucre, en effet ça limite la prise de poids mais j’ai tout le temps fin et je rêve de sucreries… Mais il y a une phrase de mon mari qui m’a fait un bien fou et qu’on ne m’avait jamais dite jusque là: « tu devrais être fière de ton corps « . Ça m’a complètement libérée et je me répète souvent cette phrase parce qu’il a raison finalement, on devrait toutes être fières de notre corps surtout quand il fabrique un bébé, le met au monde et le nourrit! C’est pas rien quand même… mais il faut aussi se plaire, alors encore bravo pour ton rééquilibrage alimentaire, je suis sûre que ça va marcher!

  6. Tout simplement MERCI pour ces deux articles!
    Je ne suis pas encore maman mais je lutte tellement avec mon poids et mon image de moi que je me reconnais beaucoup dans tes mots…
    encore merci de t’etre livrée en toute simplicité 🙂

  7. Ma jolie Pauline je ne commente pas bcp voire jamais…
    Mais j’ai eu envie aujourd’hui de te dire que je te trouve très jolie et ça a toujours été le cas avec ou sans kilos en plus.
    Mais en fait peu importe… ce qui compte c’est évidemment que toi tu te trouves jolie alors je crois que tu as raison d’essayer de perdre ces derniers kilos si ils te « gâchent » la vie.
    Je te souhaite bon courage et espère sincèrement que tu vas y arriver.
    Émilie

  8. Pauline… je ne sais pas par où commencer. Je viens de lire les deux articles tant attendus sur ton poids.
    Déjà, je pense que la première chose c’est « merci ». Merci de te livrer autant, avec tant de sincérité (je ne sais pas de que bad buzz tu parles… mais nous, ici, on sait bien que tu es honnête, et que tu choisis avec précaution tes partenariats. J’y reviendrai.). Je me doute que cet article a dû être difficile à rédiger… j’imagine les pleurs en repensant à ces complexes et cette haine de toi-même. Et personne ne doit te juger, « mais non tu n’as pas besoin de perdre », ou pire encore « tu es mal placée pour parler de rondeurs », car toi et toi seule connaît tes complexes, ton image de toi, ta douleur avec ces kilos que tu juges superflus. En plus de ça, même de manière objective, une nana qui a pris 30 kilos et en a perdu 26, franchement je la trouve très bien placée pour parler de perte de poids. Haha, quelle « amie »… bref.
    En tout cas, oui, merci pour la sincérité, et merci aussi car nombreuses sont les femmes, jeunes ou moins jeunes, qui ont ou ont eu un problème avec leur poids ou au moins leur regard sur leur poids, qu’il soit plus ou moins violent. et ça fait du bien de lire sur celui des autres, aussi, pour s’inspirer, se sentir comprise parfois, ou simplement se juger moins cruellement.
    ensuite, bravo pour cet article, et ces derniers mois. quel courage.
    Concernant les partenariats, encore une fois, on sait que tu les choisis avec précaution, que tu ne dis pas oui à tout, qu’il sont toujours appropriés et bien tournés, et que c’est également ton métier et ta source de revenus. alors, vraiment, ne t’inquiète pas pour ça. et puis tu remarqueras que bizarrement les gens ne se plaignent pas des sponsors lorsqu’il y a un lot à gagner…
    Enfin, bon courage Pauline, je te souhaite vivement d’atteindre le poids que tu t’es fixé, et surtout le bien-être!!
    bises

  9. Bonsoir, quel bel article une fois de plus, bravo pour cette sincérité et ce franc parler.
    Nous savons bien que tes partenariats sont toujours choisis avec précaution et l’intérêt qu’ils peuvent nous apporter.
    Je t’encourage dans cette aventure WW et j’ai hâte de voir tes storys et lire tes prochains articles.
    Bises

  10. Pauline, je ne prends jamais le temps de commenter un de tes articles même si je te suis depuis un bon moment ! Je voulais juste te dire Merci pour ces articles. Quel courage il t’a fallu pour écrire ça !
    Tu permets de montrer à beaucoup d’entre nous que même les blogeuses (que l’on trouve souvent parfaites !) ne se perçoivent pas comme ça !
    Je trouve tes deux articles vraiment supers ! Encore merci ! Et bon courage pour les kilos que tu souhaites encore perdre !
    Naïs

  11. Je viens de lire ton bilan 2017 et tes 2 articles sur ton poids, ça faisait bien trop longtemps que je n’étais pas venue par ici ! Je vais faire mon petit bilan sous cet article du coup.

    Tout d’abord, je te souhaite une très belle et heureuse année 2018 ! 🙂

    Cette année j’ai eu l’impression de te retrouver comme avant ! À la naissance de ton loulou, tu étais moins présente par ici (ce qui est tout à fait normal et ce que je comprend tout à fait !) mais c’est vrai que ça me manquait un peu. Mais cette année, premièrement tu avais l’air plus épanouie et deuxièmement, tu nous a fourni beaucoup de contenu !! Ton système de 3 articles/semaine est super ! Et même si parfois un article saute, c’est pas grave 🙂 Je préfère que tu sois en bonne santé plutôt que tu passes tes nuits à nous faire des articles !

    Je voulais aussi te remercier pour ta confiance ! Tu t’es livrée comme jamais auparavant et ça n’a pas du être une mince affaire. Je te félicite pour tout ce chemin parcouru, je suis vraiment impressionnée par ton courage ! Tu es très persévérante et je suis certaine que tu vas réussir à les perdre ces 4 derniers kilos ! En tout cas, je te souhaite de trouver ton équilibre et dans les coups de mou, n’oublie pas que tu as toute ta communauté qui est là pour te motiver !!

  12. Bonjour Pauline c’est la première fois que je te laisse un commentaire, je tenais à te dire merci . Merci d’avoir partagé cette expérience avec nous. Je suis moi aussi maman d’un petit garçon qui vient d’avoir 18mois et je lutte avec mon image et mon estime.
    Alors encore une fois merci et une très bonne année.

  13. Merci pour ces deux derniers articles Pauline. Je commente très rarement, mais je me suis dit qu’un petit commentaire de plus te ferais plaisir 🙂 Je suis maman d’une petite de 10 mois, je n’ai pas eu beaucoup plus faim que d’habitude pendant ma grossesse ni d’envies particulières et donc n’ai pas fait d’excès et ai pris ‘peu’ de poids (8-9kg tout de même mais vite reperdus). La prise de poids est quelque chose qui m’a angoissé avant et pendant la grossesse (parce que prise de poids et complexes à l’adolescence…), donc j’ai lu tes articles avec intérêt. Courage pour ces 4 derniers kilos!

  14. Bonsoir,

    Je tenais à te laisser un petit mot pour te remercier. J’ai lu tes deux derniers articles avec la plus grande attention et j’ai été vraiment touchée et émue. Je me suis vraiment reconnue en toi et j’avoue que c’est plus qu’inspirant de voir un témoignage comme le tien. Je te trouve rayonnante et magnifique et j’espere très sérieusement que lorsque j’aurais eu des enfants, j’aurais la chance d’avoir un corps similaire au tien car crois moi, je trouve que tu es une bombe! J’ai souvent lutté avec moi même, eu des problèmes d’estime de moi (encore maintenant …) et j’ai eu des événements qui m’ont fait faire yo-yo malgré moi. Je ne suis pas bien dans ma peau car j’ai quelques kilos en trop, mais pas de quoi en faire tout un plat. J’ai compris que je n’avais pas la morphologie de ces filles dans les magasines et qu’il ne servait à rien de les envier car chacun est unique. Aussi, je me suis dis qu’un poids sur la balance ne devait pas me gâcher la vie ! L’ossature, la masse musculaire, tout ca joue sur le poids ! J’ai quand même décidé de reprendre mon alimentation en main et le sport et j’avoue que ton témoignage me motive et me fais beaucoup de bien. Tu es tellement naturelle et ouverte, ça fait vraiment un bien fou de te lire. J’ai hâte de te voir évoluer, j’attends cet article dans 6 mois avec impatience ! Peut être même que je réussirais à poster un commentaire en témoignant de l’évolution de mon poids. L’important est de se sentir bien dans sa peau, et le reste on s’en fou! Et surtout du regard des autres car au final, le plus important est de se sentir bien dans ses baskets et de s’aimer! Je t’evoie plein de bonnes ondes et je suis sure que tu réussiras à venir à bout de ces 4 petits kilos. En tous les cas tu es radieuse, une super maman, et une très belle personne et ne laisse personne te dire le contraire!!

    Bien à toi,

    Marion.

  15. Comme toujours Pauline j’aime voir combien tu t investis avec coeur .
    Je pense que de parler de ton cheminement plutôt douloureux face à la perte de poids, peut aider toutes celles qui se sentent concernées A condition qu elles le veulent bien .
    Certaines te font peut être un procès d’intention, parce qu elles n ont pas compris ta démarche, et combien il n’est pas simple de parler de ce qui te fait mal! Il y a aussi le sport actuel sur internet : essayer de blesser l’autre parce que j’imagine, certaines se sentent mieux en agissant ainsi!
    Je te souhaite que cette expérience te permette de faire la paix avec la balance. Et je lirai avec intérêt tes astuces et recettes.

  16. Coucou Pauline. Merci beaucoup pour tes articles. J’envisage de tomber enceinte cet été et la question du poids m’inquiète beaucoup. Je travaille aussi depuis la maison, je ne suis pas une grande fan de sport et j’ai déjà 4 ou 5kg en trop alors l’idée d’en prendre beaucoup, avant même d’avoir perdu ceux-là, ça me tracasse. Et puis, je vis à Tokyo. Au Japon, les médecins autorisent la prise de 5kg uniquement pendant la grossesse. 8kg grand maximum. Passé les 5kg, ils tamponnent sur le dossier médical de la patiente un gros « surpoids » écrit en rouge. Sans parler de la morale plutôt agressive à laquelle à droit la patiente à chaque visite apparemment… Même les fruits sont interdits le soir car « c’est du sucre »… Autant te dire que j’ai la pression ! Et puis toutes ces femmes japonaises que je croise dans la rue avec des nouveaux nés et qui font la moitié de mon poids…C’est un peu déprimant à l’avance. Mais je n’ai pas non plus envie que le poids soit une obsession pendant cette grossesse…Merci pour ton article sincère sur le sujet. Je suis une grande adepte de weight watchers, je le pratiquais quotidiennement en France et cela m’avait permis de stabiliser mon poids et de manger enfin équilibré tout en continuant à me faire plaisir. Depuis que je vis au Japon j’avais laissé un peu tomber, les aliments étant complètement différents, difficile de faire les comptes… Mais je m’y remets peu à peu. Bon courage, tu vas les perdre ces 4 derniers kilos !

  17. Bonjour Pauline,

    j’ai vaguement vu ce qui s’est passé et ce que tu relates en rapport à l’instadrame, tu n’es pas plus mal placée qu’une autre pour parler de régime et heureusement, tu choisis ta ligne éditoriale et les partenariats que tu veux, qui serais-je et qui serions nous pour édicter quelque chose concernant ton blog et ton travail!!! je suis contente de te suivre dans cette aventure, j’ai du poids à perdre aussi, je suis tombée malade plusieurs mois en fin d’année et associé à des problèmes personnels et familiaux j’ai pris du poids. Ma mère a fait WW il y a plus de 20ans et je l’avais fait avec elle, elle en a gardé comme moi un bon souvenir entre autre et des recettes que l’on refait à l’occasion. Le poids et la rapport au corps est quelque chose de très personnel aussi l’empathie et la compréhension devait être de mise entre nous les femmes et au sein de notre famille. Merci Pauline pour tous ces mots et ces deux articles si bien rédigés comme toujours, tu as fait remonter beaucoup de choses en moi de mon histoire personnelle. Bon week-end.

  18. Bonsoir Pauline,
    Tes articles m’ont touché. Courage, garde confiance en la vie et en toi surtout. Comme tu l’as bien expliqué il n’y a pas de recette miracle pour perdre du poids et surtout après une grossesse. Il faut trouver la sienne. Personnellement, ça a été et c’est actuellement (2nd accouchement il y a 5 mois)
    1 – Se laisser du temps.
    2 – Arrêter le sucre en semaine le soir à partir de 17h (même les fruits). (Le WE je m’accorde des jokers).
    3 – Manger équilibré tout en diminuant le gluten (j’avais remarqué que les intestins y sont sensibles et qu’ils gonflent si j’en abuse)
    Encore une fois courage. Je t’envoie pleins de pensées positives et d’amour

  19. Chère Pauline,
    Merci pour ces deux articles très intéressant, merci de t’être livrée sur ce moment si complexe après l’arrivée de ton fils.
    Je suis actuellement enceinte et j’essaie de faire attention, car je suis une éponge et que les histoires des autres me touchent et que j’aspire à ne pas vivre la même chose aussi… Au fond de moi, une petite sonnette d’alarme retenti quand je veux m’engloutir le reste de la plaque de chocolat ou autre. Je n’ose imaginer le combat que tu as mené envers ces kilos, la douleur de te voir en photo chaque semaine sur ce blog et les commentaires parfois méchants de certaines personnes.
    Je voulais te demander, comment t’épaule ton mari dans ce parcours? Il doit toujours te regarder avec les « yeux de l’amour », je n’en doute pas, mais arrive-t-il à trouver les mots pour te remonter le moral? A-t-il été un pilier pour toi? Je suis certaine que les proches sont une sources de motivation dans ces épreuves de la vie.
    Je suis de tout coeur avec toi dans ton nouveau projet, j’espère que tu équilibreras ton poids, j’espère que tu te sentiras à nouveau bien dans ton corps et encore plus important dans ta tête!
    Je me réjouis de suivre ton parcours, et je serai présente pour te dire de ne rien lâcher… tu peux déjà être et tu seras encore plus fière du chemin parcouru!

  20. Je ne juge absolument pas ta démarche même si d’une certaine manière, elle ne m’intéresse pas spécialement dans le sens où, même si je te souhaite de perdre le poids que tu désires, ce n’est pas le type d’articles que je recherche en venant sur ton blog 🙂 Je suis toujours venue et reviendrait toujours pour une histoire de fringues ^^ Cela étant dit, je trouve ton partenariat avec WW logique dans le sens où la problématique du poids, sans être « maladive » ou hyper présente, est devenue récurrente sur ton blog depuis ton accouchement. Je te suis depuis des années et c’est un changement que j’ai trouvé notable. J’avais bien vu que tu avais perdu pas mal de poids mais je me demandais justement combien ! 🙂
    Je n’ai pas d’enfants mais j’ai toujours eu des soucis de poids donc crois moi, je comprends parfaitement de quoi tu parles quand tu évoques ta souffrance et la difficulté que tu as avec ton image. J’ai fait WW pendant 6 mois en 2017 et j’en ai été satisfaite. Aujourd’hui, j’ai repris une alimentation plus « libre » mais toujours avec les préceptes appris et j’ai sincèrement eu un déclic. J’ai également assisté à l’instadrame que tu évoques. Je comprends ton envie de te lancer dans ce programme car je le crois meilleur que ce que ton amie blogueuse pense. D’un autre côté, je comprends parfaitement la douleur qui a été la sienne en apprenant cette nouvelle. C’est un sujet compliqué et comme tu dis, tu auras beau le prendre avec toutes les pincettes possibles, il posera toujours problème. C’est normal, nous avons toutes notre histoire et il y a des cicatrices qui ne se referment jamais. Comme tu dis, c’est ton histoire à toi et je ne doute pas une seconde de ta volonté à aller au bout !

  21. Bonjour Pauline,

    Ton article me donne envie de réagir (moi qui suis plutôt une lectrice de l’ombre, et je m’en excuse).
    Je suis actuellement au tout début de ma grossesse et j’ai depuis longtemps un passé assez lourd avec mon poids. Pour la faire rapidement : j’ai été en obésité morbide à 22 ans, j’ai eu recours à la chirurgie bariatrique et malgré ça je suis restée en surpoids car mon métabolisme est un graaaand paresseux et malgré les quantités minimes que j’ingère et le sport que je fais, rien n’y fais, il ne veut pas lâcher ses réserves.
    Alors quand j’ai appris quand j’ai appris que j’étais enceinte, je me suis légèrement retrouvé dans ton état de fierté, et que j’ai envie de ça se voit. Je mange toujours équilibré mais disons que je m’autorise plus de choses et que surtout j’ai un appétit sans fin et les nausées uniquement calmées dès l’estomac rempli d’un solide.
    Mais au fond, j’ai peur ! peur de prendre plus que les 10/15kg autorisés, peur de l’après, peur de regretter cette insouciance. Alors j’oscille entre les « je me fais plaisirs c’est pour bébé » et les « point trop n’en faut il prend bien ce dont il a besoin tout seul »

    Alors déjà un grand bravo !! Bravo de te confier à nous ainsi, bravo pour tous ces kilos déjà dégommés et bravo pour la motivation que tu as encore.
    Et ensuite, pour toutes ces mêmes raisons, j’aimerais te dire MERCI !

    Tu as toute légitimité à parler de ce sujet car il te touche intimement et ça se ressentais aussi dans tes articles. J’avoue ne pas avoir trop compris pourquoi cet instadrame avait eu lieu car même si je comprend les inquiétudes, j’ose espérer (naïvement ?) que le sujet sera traité avec sérieux, recul et maturité (surtout que WW est une méthode très saine). De nos jours, et avec la diffusion qu’offre internet, absolument tout peut porter à des dérives alors vigilance oui, mutisme non.

  22. Juste, <3
    C'est un sujet tellement intime, tellement sensible que je salue ton courage de t'etre ouverte ainsi á nous!
    WW j'ai testé pendant 3 mois, cela a fonctionné (meme s'il s'agissait surtout de perdre les quelques kilos accumulés en Erasmus que d'un réel régime á long terme…) et je comprends ta motivation á commencer un tel programme.
    Je te souhaite du courage pour ces derniers kilos et surtout, surtout de l'épanouissement demultiplié.
    Pour nous, tu es belle et lumineuse quelque soit ton poids, mais l'essentiel c'est que toi tu te sentes bien!
    Bonne journée 🙂

  23. Pauline,
    Merci pour ces 2 articles. Je suis comme toi au début de ton parcours, j’ai 30 kilos à perdre. Je viens de recommencer WW qui pour moi est la méthode qui me convient le mieux. Je me réjouis de suivre ton parcours pour tes derniers kilos et te souhaite plein de motivation. Ce ne sont pas forcément les plus faciles à perdre!

  24. Pauline,
    Merci pour ces 2 articles. Je suis comme toi au début de ton parcours, j’ai 30 kilos à perdre. Je viens de recommencer WW qui pour moi est la méthode qui me convient le mieux. Je me réjouis de suivre ton parcours pour tes derniers kilos et te souhaite plein de motivation. Ce ne sont pas forcément les plus faciles à perdre!

  25. Bravo Pauline pour cette prise de risque, et surtout tout ce dévoilage si personnel !!

    Je t’avoue que je suis VRAIMENT mal placée pour comprendre ce que tu as pu vivre. Je rentre plutôt dans cette catégorie de MILK que tu as décrite dans ton article précédent donc je ne vais pas m’attarder dessus.

    Je voulais juste te faire part de mon ressenti à chaud une fois les articles lus :
    1- J’ai rouvert les articles dont tu as mis les liens : en effet, on voit au niveau de ton visage qu’il y a quelques rondeurs de plus. Mais très franchement, tout ça restait bien harmonieux! Personnellement, en re-regardant ces photos et même quand j’avais lu ces articles, je n’avais pas été choquée par cette prise de poids ! En tous cas, bravo pour avoir le courage de surmonter cette image que tu semblais détester !!

    2- Quand je lis tes deux articles, je ne peux te dire que WHOW : perdre 30 kg en 2 ans, c’est énorme !! Bravo ! Et juste pour te redonner un petit coup de boost au moral (enfin j’imagine que d’autres ont du te le dire déjà avant moi) : tu as dit que tu avais pris 27 kg. Donc cet objectif final de « 4kg pour revenir au poids d’avant la grossesse » peut plutôt se transformer en « 1kg pour revenir au poids d’avant la grossesse » (JDCJDR) ^^

    Enfin voilà quoi,
    Encore plus que BRAVO pour ce combat, contre toi-même, contre les autres, pour toi-même et pour les autres

    Courage pour la suite 😀

  26. Merci pour ces deux beaux articles que j’ai pris le temps de savourer… Ton histoire est touchante et sincère. Je comprends comme cela doit être délicat de parler de poids, de rééquilibrage alimentaire tout en faisant attention à ne pas faire l’apologie des régimes et de la minceur. Mais tu le fais parfaitement. Tu ne vises pas les 45 kilos et la taille de guêpe, juste te sentir mieux dans ta peau.

    Tu as déjà un superbe parcours, bravo pour ces 26 kilos envolés : c’est déjà beaucoup de boulot ! J’espère vivement que ce programme WW t’apportera ce que tu recherches et surtout te permettra de ré-acquérir des bases saines, des notions d’alimentation équilibrée et de véhiculer ces messages sains et bienveillants, mais je n’ai aucun doute là-dessus.

    Merci encore pour ce beau témoignage. J’ai hâte de suivre tes nouvelles aventures sur Insta et de lire ton article, dans 6 mois!

    Aussi, n’hésite pas à aller faire un tour sur mon blog, j’y partage beaucoup d’idées de recettes « saines »…

    A très vite

  27. Le poids, l’estime de soi.. Que de points sensibles! Il y aura de toute façon toujours quelqu’un pour t’accuser de quelque chose: tu fais de la pub pour untel, tu fais un régime alors que tu es mince, tu parles d’estime de soi alors qu tu n’as aucune idée de la souffrance des autres… blabla bla ! Je te trouve personnellement très courageuse d’avoir écrit tout ça, d’abord parce que, selon moi (et c’est très très très subjectif), tout ce qui tourne autour d’une grossesse est très personnel, parce que tu te livre finalement à des « inconnues » qui ne te connaissent, pour la grande majorité, que de derrière leur écran, que la critique est d’autant plus facile dans le monde virtuel. Je trouve, personnellement, très intéressant de suivre ton parcours, parce que ça permet de se sentir moins seule, ça permet de comparer, c’est aussi une source de nouvelles idées, ou du moins ça permet d’avoir un autre regard sur certaines choses.
    Désolée pour le commentaire brouillon, le mot de la fin c’est: fais ce qui est bon pour toi, tu ne dois de compte à personne! Et encore merci pour le partage 🙂

  28. Chère Pauline,
    Quel courage de te dévoiler ainsi ! J’imagine combien il a du être difficile d’écrire ces deux articles, mais au moins cela te permet aussi de réaliser le chemin parcouru.
    Je te suis depuis très longtemps, tu vivais encore à Lille, tu es l’influenceuse à laquelle je m’identifie le plus. J’attendais avec impatience ces articles car cela nous fait un « point commun » en plus : j’ai toujours eu un problème avec mon poids. À ta différence, je n’ai pas (encore) eu d’enfant et ce problème de poids m’a rongée dès l’enfance. Adolescence, âge adulte, le phénomène s’est aggravé d’année en année jusqu’à devenir obèse et à ne plus me supporter. J’ai longtemps cru que c’était irréversible et qu’il était impossible de perdre autant de poids (30-40kg) en mangeant autre chose que de la salade pendant 18 mois, ce qui me confortait dans mes mauvaises habitudes alimentaires (foutue pour foutue).
    C’est en fait grâce à Instagram et à des filles qui n’étaient pas des fitgirl mais qui avait perdu du poids grâce à un rééquilibrage alimentaire et à du sport, que j’ai eu le déclic. Je me suis dit qu’il était peut-être possible d’y arriver, tout en continuant à me faire plaisir, mais en me mettant sérieusement au sport.
    Et ça a payé : 32 kilos de perdus en 15 mois, sans frustration, mais avec une bonne dose de motivation. Il m’en reste encore quelques uns à perdre, mais c’est du bonus, je suis en théorie à un poids normal (selon l’IMC) désormais.
    Concernant le sport, je me trouvais toujours des excuses avant pour ne pas y aller et j’ai trouvé la solution qui me correspondait : faire du sport le matin, avant d’aller bosser, chez moi « tranquille », grâce à un programme de coaching en ligne (Coachclub). J’ai pris un abonnement et ai fait tout le programme d’aérobic, d’urban dance, de body sculpt, avec un complément de renforcement musculaire. Je me suis mise à la course à pied au bout de 9 mois (avant je n’aurais pas pu), et je continue le programme avec le cours de rage & fit (assez intense comme son nom l’indique) et franchement, je suis ravie. Au delà des kilos perdus j’ai rencontré mes muscles :’)
    Bref, merci pour ton partage, je te souhaite de retrouver le poids dans lequel tu te sentiras bien ! Bon courage à toi tu tiens le bon bout !
    Bises,
    Estelle

  29. je viens de découvrir votre blog : je l’adore !
    mille mercis pour ce témoignage
    quand on regarde rapidement vos posts, on imagine pas tout ça
    quel que soit votre poids, vous êtes tellement belle >> bel exemple pour celles qui se posent plein de questions sur leur physique
    au delà de cet article très perso, je suis très heureuse de commencer à vous suivre !

  30. Hello ! Je ne suis pas une lectrice assidue de ton blog, d’ailleurs pour être honnête je n’étais pas venue ici depuis longtemps. J’avais lu quelques articles, durant ta grossesse et juste après. Juste assez pour comprendre que ce nouveau corps de « maman » te faisait souffrir.

    Comme toi j’ai toujours été un peu « ronde », du moins c’est l’image que mon miroir me renvoyait. Je rêvais d’un corps androgyne que je n’aurais jamais. Mais avec les années je me suis habituée à mon corps, à mes formes, j’ai même appris à les aimer. Et puis je suis tombée enceinte. Et j’ai pris 20 kilos. 9 mois plus tard, il me reste encore quelques kilos à perdre pour me sentir à nouveau moi-même. Mais je re-rentre dans la plupart de mes anciens vêtements, c’est déjà ça.

    Du coup, je voulais juste te dire que la première partie de ton article, celle où tu parles de ta prise de poids, de ton allaitement, de ce mélange de bonheur absolu et de désespoir profond, je l’ai vécu aussi. Et tes mots m’ont beaucoup touchée. Le pire je crois, ce sont les photos. La première fois que je me suis vue en photo, je n’ai pas pleuré, car ce n’était pas moi. Je ne me reconnaissais pas. Après ça, j’esquivais les photos de famille, je glissais hors du cadre, je me réfugiais dans une autre pièce dès que je voyais poindre un téléphone. Je n’ai quasiment aucune photo de mon bébé et moi les 6 premiers mois. C’est stupide, c’est triste, mais c’est comme ça. Je sais juste qu’à la prochaine grossesse, je ne laisserais pas les choses déraper à ce point. Car je ne veux pas revivre ça.

    Pour finir sur une note plus légère, j’espère de tout cœur que tu parviendras à perdre ces derniers kilos, car tu as le potentiel d’une vraie MILF 🙂 Nos enfants méritent des mères heureuses et épanouies…

  31. Bonjour Pauline,

    En plus de féliciter ta gigantesque perte de poids après le bouleversement qu’une grossesse peut provoquer dans un corps et même une vie, je tiens à saluer la qualité de ton écriture. Te lire est très agréable et je dirais même que tu te distingues de bon nombre de blogueuses (qui peinent à aligner deux mots à la suite) par ce talent.

    Bonne continuation et au plaisir de te lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je ne suis pas un robot: *