Découverte de KYUSHU : entre onsen, ryokan, tradition, nature et gastronomie

14 mars 2020

Enfin ! L’article sur mon séjour sur l’île de Kyushu, au sud du Japon, il y a un petit peu plus d’un mois. Il m’aura fallu ce temps pour trier près de 9000 photos prises pendant ce voyage au Japon (un autre article sur notre deuxième fois à Tokyo arrive bientôt).

Mais d’abord, quelques éléments de contexte. En décembre, alors que j’étais sur une chaise longue au bord de l’eau turquoise en Martinique, je confiais à mon papa mon envie de retourner bientôt au Japon, pays qui me fascine depuis toute petite (génération Club Dorothée, avec tous les dessins animés japonais Nicky larson, Cat’s eyes, Princesse Sarah, etc), puis lycéenne (LV3 japonais) et dont je suis encore plus curieuse depuis notre voyage à 3 à Tokyo et Kyoto en février 2019.

Le lendemain, un mojito dans les mains, j’en parle à Romain. « Tu sais, j’ai trooooop envie de retourner au Japon… ». Sa réponse ? « mais Pauline, tu peux pas profiter de où on est là maintenant, sans toujours vouloir projeter le prochain voyage ? ». Il a tellement raison, je fais toujours ça.

Le lendemain, je reçois un mail : « invitation Voyage Office du Tourisme du Japon – Kyushu ».

J’étais comme une folle !!!!!

Et encore plus au fur et à mesure des échanges de mail pour discuter en détails du programme de ce voyage qui ne pouvait pas tomber plus à pic.

C’est comme cela que nous nous sommes retrouvés tous les deux, Romain et moi, pour notre premier voyage en couple depuis la naissance de notre fils (4 ans), dans un avion pour le Japon et plus précisément l’île de Kyushu, ses ryokan luxueux et traditionnels, ses onsen magiques, ses paysages sortis d’un rêve, sa gastronomie si raffinée.

Après avoir rencontré en arrivant la veille au soir, autour d’un traditionnel Mizutaki (fondue de poulet), nos acolytes de voyage :  Keiko, notre guide interprète, et Max, un photographe voyage / influenceur allemand, nous sommes partis direction le Musée des arts traditionnels d’Hakata où nous avons assisté (et pu essayer) le tissage ancestral d’une étoffe précieuse, le Hakataori, appris plein de choses sur les festivals (notamment le plus célèbre et spectaculaire, le Hakata Gion Yamakasa), nous n’avons pas eu le temps mais on peut aussi y prendre des cours de peinture sur décorations.

Après un excellent repas (le premier d’une longue série !), nous avons filé à la Gare, prendre le mythique YUFUIN NO MORI, un vieux train au trajet « scénique », le tout dans un décor vintage digne d’un film de Wes Anderson.

Les paysages traversés étaient vraiment magnifiques, le train tout aussi cinématographique !

Sur la route, quand nous traversions des villages, les passants saluaient le train avec un grand sourire !

Arrivés à Yufuin, la gare terminus, nous avons pris la voiture direction Beppu. Cette petite ville, célèbre pour ses 3000 sources chaudes et baignée d’un nuage de vapeur, est considérée comme la ville « la plus géothermique du monde ».

Nous avons séjourné et dîné au Amane Resort, joli resort alliant tradition et modernité. Immense chambre traditionnelle au 9ème étage, vue sur la mer et le soleil levant, température extérieure proche de zéro, un onsen à environ 45 degrés sur le balcon.

Le pied ultime !

Nous y avons aussi dégusté un kaiseki pour le dîner, comme quasiment tous les repas que nous avons pris : de multiples petits plats servis conjointement ou à la suite, pour découvrir la gastronomie de la région.

Le soir, un soin facial de luxe : un modelage du visage à la feuille d’or, qui, couplé à l’eau des sources chaudes réputées pour être un des secrets de beauté des japonaises, était sensé nous donner un coup de jeune et une peau de bébé.

Le lendemain matin, après un copieux petit déjeuner et le check out, cap sur Yufuin à nouveau, où nous avons visité le Comico Art Museum. Un musée aux lignes graphiques qui s’intègrent merveilleusement à la végétation, dessiné par l’architecte Kengo Kuma (c’est lui qui a dessiné, entre autres, la Cité des Arts à Besançon s’il y a des bisontines dans la salle ! – ainsi que le nouveau stade olympique national de Tokyo pour les Jeux Olympiques prévus cet été). Le musée abrite notamment des oeuvres de Murakami et du photographe Hiroshi Sugimoto.

Ensuite nous avons fait un tour de rickshaw au milieu des rues sinueuses de Yufuin, l’architecture des maisons et la végétation si typiques, la palette de couleurs très neutres. Hyper dépaysant.

Le midi, encore un festin, notamment ces Shiitake frais qu’on cuit à l’aide d’un brasier posé sur la table.

Ensuite nous avons repris la route direction Takachiho où allaient nous attendre merveilles de la nature et immersion dans les traditions religieuses du Japon.

Notre ryokan était une fois de plus très typique et nous nous y sommes régalés !

Le soir, nous avons assisté à un rituel shintô, nommé Takachiho-no-Yokagura, une prière dédiée à Ujigami-sama, une divinité locale, qui dure de novembre à février, afin d’appeler une bonne récolte pour la prochaine saison, sous la forme de danses traditionnelles.

Il faut savoir que si Takachiho est surtout réputé pour ses sublimes gorges volcaniques, c’est aussi un lieu spirituel majeur du Japon.

Takachiho est le décor d’un des mythes et légendes les plus connus de la mythologie japonaise sur l’origine de la création de l’archipel. L’histoire raconte que la déesse du soleil, Amaterasu, se serait cachée dans une grotte qui se trouve à Takachiho, pour échapper aux farces cruelles de son frère, privant alors le monde lumière.

Les 4 danses, effectuées par des danseurs masqués, racontaient des épisodes de ce mythe.

D’abord Tajikarao qui essaye de trouver Amanoiwaya (la cave dans laquelle Amaterasu, la déesse du soleil donc, se cache). Ensuite, Uzume qui essaye de l’attirer à l’extérieur de la grotte en attisant sa curiosité. Puis la danse de Totori : l’ouverture puissante de la porte de la grotte par le puissant Tajikarao. Enfin, la danse de Goshintai, pendant laquelle Izanagi and Izanami, les dieux qui ont créé le Japon, distillent du make en priant pour un mariage heureux, la prospérité de leur descendance et une belle récolte.

Le lendemain, direction les gorges de Takachiho, des falaises abruptes de 80 à 100 mètres de hauteur, dessinées par des colonnes de basalte volcanique, qui ressemblent vraiment aux écailles d’un dragon.

Les eaux du Gokase, la rivière qui y passe, sont d’une clarté et d’un bleu turquoise magnifiques. On a fait une chouette balade entre les cascades en bateau, c’était époustouflant.

Nous avons ensuite eu le privilège immense de participer à une cérémonie d’offrandes shinto au sanctuaire de Takachiho-Jinja, fondé il y a 1900 ans et composé de pavillons en bois disséminés au milieu des cèdres centenaires. C’était un moment unique, fort et émouvant.

Puis nous avons repris la route pour la suite du programme, avec une surprise complètement dingue : le volcan Mont Aso était particulièrement actif ce jour-là. Notre guide Keiko, originaire de Kyushu, n’en revenait pas de le voir comme ça, même s’il est actif, c’est apparemment rarissime qu’il fume à ce point.

Un déj de fou dans un restaurant étoilé au Guide Michelin (non non, on n’a pas fait que manger pendant tout le séjour, promis !!!) histoire de prendre des forces avant le moment le plus dingue de ce voyage…

Survol en hélicoptère du volcan en éruption !

Le genre de trucs que je n’avais même jamais osé inscrire sur une Bucket List quelconque, tellement c’était improbable !

J’avais déjà eu la chance de survoler un volcan (calme) en hélicoptère, le Piton de la Fournaise à la Réunion et JAMAIS de ma vie je pensais avoir l’occasion de voir la Terre en fusion depuis le ciel !

Frissons garantis. J’ai eu vraiment très très peur !

J’ai essayé de me concentrer sur les photos pour ne pas trop y penser, mais j’ai vu ma vie défiler….!!!!

C’était vraiment INCROYABLE !

C’est après cette expérience hors du commun que nous sommes arrivés dans un des plus bels établissements dans lequel il m’ait été donné de séjourner : TAKEFUE, un ryokan vraiment sublime, niché dans une forêt de bambous géants.

Comme dans les autres Ryokan, à disposition, un joli Yukata, la version un peu plus casual du kimono des grands jours. Je m’en suis une fois de plus donné à coeur joie.

On en a surtout profité de nuit, à se baigner dans les onsen privatifs intérieur et extérieur de notre suite duplex gigantesque.

Romain a eu le droit à un message au spa tandis que j’ai bénéficié en chambre d’une session d’acupuncture sans aiguilles : une séance d’acupression tonique et énergisante. J’ai découvert l’acupuncture assez tardivement, cet hiver et grâce à elle je me suis quasi débarrassée d’une contracture musculaire que je trainais depuis un torticolis au retour de Cefalu (pour vous dire, ça datait !). L’acupression, j’ai trouvé ça plus « douloureux » (les aiguilles on sent vraiment rien) mais pour celles qui ont la phobie des aiguilles, ça me parait une bonne solution ! Fin de la parenthèse !!

Le lendemain matin, on a shooté un peu alors que des flocons commençaient à tomber (le paysage de vapeur d’eau qui s’échappait des onsen, la neige qui virevolte dans les bambous géants, c’était magique !!) avant de reprendre la voiture pour retourner à Fukuoka, clôturer en beauté ce séjour placé sous le signe des paysages majestueux, de la gastronomie raffinée et des expériences spirituelles et relaxantes vraiment magiques.

Pour notre dernier repas sur l’île de Kyushu, nous avons dégusté un repas complet à base de fugu décliné sous toutes ses formes.

Pour celles qui ne connaissent pas ce poisson venimeux (je connaissais via les Simpson… on a les références qu’on mérite !!), le fugu comporte dans son foie et ses gonades une toxine mortelle (paralysie puis asphyxie, le tout en pleine conscience, une mort lente de 8 heures, et il n’existe aujourd’hui aucun antidote).

Les japonais en sont particulièrement friands, les chefs doivent avoir obtenu une licence spéciale pour avoir le droit de le préparer (le certificat s’obtient après environ 5 ans de formation), du coup, c’est très cher et c’est réservé aux belles occasions.

Nous avons donc eu la chance de déguster un poisson-lune délicieusement dangereux, le tout servi et accompagné de danses et chants de véritables Geisha.

On a commencé par des sashimi de fugu, mais au menu il y avait aussi, entres autres, peau de fugu en gelée, saké infusé à la branchie de fugu, flan à la laitance de fugu (no comment), tempuras de fugu, bouillon de fugu… etc. C’est un mets tellement délicat et précieux, qu’on mange TOUT, toutes les parties (sauf le fameux foie haha), le fugu cru, cuit, frit ! (un bel exercice de diction fugu cru cuit frit fugu cru cuit frit fugu cru cuit frit)

On était tous un peu émus à la fin de ce repas, et pas très en avance pour filer à l’aéroport de Fukuoka prendre notre rapide vol interne direction Tokyo.

Nous avons donc enchaîné sur 3 jours à Tokyo avant de rentrer en Europe ! Mais ça je vous le raconterai prochainement !

J’espère avoir su vous retranscrire la magie de ce rapide séjour à la découverte de Kyushu.

Cette île recèle de merveilles que nous n’avons pas eu le temps de voir, mais cet aperçu du berceau de la civilisation japonaise nous a à maintes reprises coupé le souffle. Les vers de Baudelaire  » là tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté » semblent avoir été écrits pour Kyushu. Une preuve s’il en fallait une que le Japon ne s’arrête pas à Tokyo, Kyoto, le Mont Fuji et Osaka, et qu’il y a vraiment des milliers de choses à voir en sortant un peu des sentiers battus par les touristes occidentaux.

Je vous laisse avec les autres photos, en vrac, que j’ai choisies pour cet article. Alors je sais, il y en a beaucoup trop et je m’en excuse, j’ai eu beaucoup de mal à trier !!!

J’espère que ça vous donnera envie de partir découvrir Kyushu, je vous recommande, les yeux fermés, toutes les adresses de notre programme concocté par l’Office du Tourisme du Japon, c’était vraiment parfait.

Toutes les adresses des hôtels/ryokan et restaurants gastronomiques, ainsi que les liens vers les sites internet, sont dans l’encadré juste en dessous.

Bravo à toutes celles qui scrolleront jusqu’en bas ! (une centaine de photos en tout cet article, de pire en pire haha !!)

JOUR 1 : arrivée à FUKUOKA via Tokyo
Nuit :
With The Style Fukuoka
1-9-18 Hakataeki-Minami, Hakata-ku, Fukuoka-shi, Fukuoka-ken

JOUR 2 : TRADITION, CULTURE, TRAIN & SOURCES CHAUDES

Activités :
Hakata Furusato Machiya Museum
6-10, Reisen machi, Hkata-ku, Fukuoka-shi, Fukuoka-ken

Déjeuner :
KUBARA HONKE KAYANOYA 
395-1 Kushiya Ino, Hisayama-machi, Kasuya-gun, Fukuoka-ken
Nuit et dîner :
AMANE RESORT GAHAMA Beppu
5-32, Shoningahamacho, Beppu, Oita-ken

JOUR 3 : LA CULTURE ET L'ART ENTRE TRADITION ET MODERNITE

Activités :
Comico Art Museum Yufuin
2995-1 Yufuin-cho, Kawakami, Yufu-shi, Oita-ken
Yufuin Rickshaw Tour avec Ebisuya
Lake Kinrin
Kawakami, Yufuin-cho, Yufu-shi, Oita-ken
Takachiho Shrine
1037 Mitai, Takachiho-cho, Nishiusuki-gun, Miyazaki-ken
Déjeuner :
Yunotake An at Kamenoi-Bessou
2633-1, Kawakami, Yufuin-cho, Yufu-shi, Oita-ken
Nuit et dîner :
Takachiho Hanareno-yado Kamigakure Inn
1120-5 Mitai, Takachiho-cho, Nishiusuki-gun, Miyazaki-ken

JOUR 4 : MERVEILLES DE LA NATURE, LES GORGES & LE VOLCAN

Activités :
Gorges de Takachiho
Mukoyama, Takachiho-cho, Nishiusuki-gun, Miyazaki-ken 
Hélicoptère depuis le zoo Cuddly Dominion
2163 Kurokawa, Aso-shi, Kumamoto-ken
Mt.Aso

Déjeuner :
ICHINOKAWA at Hanarenoyado Sennomori
1983-1 Nagakusa, Aso-shi, Kumamoto-ken
Nuit et Dîner :
Takefue Ryokan
5725-1 Manganji, Minamioguni-machi, Aso-gun, Kumamoto-ken

JOUR 5 : FUGU, GEISHA & BYE BYE KYUSHU

Déjeuner :
SAGANO
2-21-19, Sumiyoshi, Hakata Ward, Fukuoka-shi, Fukuoka-ken
=> Retour à Tokyo

Disclaimer : Voyage organisé par et création de contenu en collaboration avec TRAVEL JAPAN.

Crédit Photo Pauline PRIVEZ – Photos non libres de droit – ne pas utiliser sans mon autorisation.

14 commentaires sur “Découverte de KYUSHU : entre onsen, ryokan, tradition, nature et gastronomie”

  1. Magnifique articles ! Ça fait du bien de voir ce genre de séjours, hors des sentiers battus.
    Encore une fois t’es photos sont magnifiques, et c’est un plaisir d’avoir à scroller pour toutes les découvrir. Je me dis même qu’il n’y en a pas assez
    Bonne journée à toi

  2. Wow, je comprends que tu aies pris 9 000 photos, c’est incroyable, quelle chance!
    Toutes ces couleurs et quelle aventures! Merci de partager avec nous tes sublimes tenues et sites.

  3. Merci Pauline de nous faire rêver avec ses magnifiques photos du Japon! J’adore cette dualité entre le Japon traditionnel et le Japon moderne, c’est passionnant… J’ai hâte de lire tes prochains articles. Bonne soirée; Christina

  4. tes photos, magnifiques comme d’habitude, sont un bonheur absolu en ces temps de confinement. merci pour cette fenêtre sur la beauté du monde. je sais que le confinement n’est pas encore de mise en Allemagne mais je pense que ça ne va pas tarder là-bas non plus alors par avance je te souhaite bon courage.

  5. Merci Pauline pour cet article, les photos sont magnifiques. Cela nous permet de nous évader un peu pendant cette période un peu difficile. J’adore le Japon sans même l’avoir visité. j’adore ce contraste entre le Japon moderne et le Japon traditionnel. Bonne journée et bon courage.

  6. Encore de très belles photos qui m’ont fait voyager à travers mon écran, j’espère un jour voir tout cela de mes yeux, même si je me demande ce que je mangerai ….je n’aime pas le poison …

  7. Ohlala comme c’est chouette et toujours un plaisir de découvrir tes magnifiques photos sur le Japon… Je suis allée à Kyoto et Tokyo en avril dernier, et conserve le petit espoir de pouvoir y retourner en août ainsi qu’en Corée du Sud, mais à Tokyo je pense pour rejoindre une amie. Si possible bien sûr. Mais tu as raison, le Japon est vaste, et il y a tellement d’endroits intéressants à visiter, c’est pour ça que je compte y aller et y retourner…
    C’est génial de pouvoir être invitée directement par eux ❤❤ Merci pour le dépaysement qui fait tant du bien en ce moment ❤❤

    Laura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *