(FR) Sénégal : femmes, terre, eau et technologies

14 March 2019

Sorry, this entry is only available in French.

11 comments on “(FR) Sénégal : femmes, terre, eau et technologies”

  1. J’ ai adoré tes photos qui retranscrivent bien ton recit et j’ ai trouvé l article très intéressant (je ne savais pas que le BNP Paribas aidait autant de projets en faveur de l équité homme femme et de l environnement). Cela change de tes articles habituels mais c’est tout aussi bien car ta plume et tes photos sont toujours au top! Bravo Pauline

  2. Le Sénégal a été un coup de coeur l’année dernière pour moi aussi. Le bonheur de replonger dans ce voyage à travers tes photos (si humaines & puissantes). Belle expérience aussi, ça devait être incroyable !

  3. Merci pour ton article. Il est très enrichissant, et il fait aussi réfléchir. Les photos sont magnifiques! Les regards et les sourires des enfants sont magnétiques . Je ressens la fatigue, et parfois la tristesse, sur le visage de beaucoup de ces femmes .Tes photos nous montrent à quel point, leur quotidien est difficile.
    Je suis contente que de tels programmes soient mis en place, pour accompagner, soutenir, encourager, sans s’immiscer.

  4. Coucou, tes photos sont magnifiques. Même si tu mets du temps à écrire tes articles ils sont toujours bien construits et même si la publication n’est pas toujours “régulière” je passe toujours sur ton blog voir si il y a un nouvel article. Je le suis depuis un moment (quand tu étais à Lille avec McGallo).
    Continue à ton rythme, ton blog qui est de qualité. Profite de tes proches
    Bises.
    Camille.

  5. Hello jolie Pauline,

    Moi j’avoue être très mitigée sur cet article. Certes, les photos sont magnifiques et je sais que ton engagement et ressenti sont sincères. En revanche, j’ai été complètement refroidie par le fait que ce séjour ait été organisé par … la BNP.

    Très concrêtement, s’ils invitent des bloggeuses, c’est aussi pour “faire de la com”. Parce, en vrai, la BNP, c’est pas jojo :
    – Le Monde a sorti une vidéo aujourd’hui dénonçant la complicité de certaines banques dans l’achat des armes ayant servi au génocide au Rwanda (devine quelle banque est directement citée ?)
    – Si BNP se paye se belles campagnes de com sur son engagement durable, la banque est en réalité très critiquée pour …. “financer des méga-projets fortement émetteurs de gaz à effet de serre, notamment dans le secteur du charbon. ”
    – “Le réseau BankTrack a publié en 2011 un classement des banques les plus contributrices aux émissions de gaz à effet de serre, du fait de leur implication dans des mines et centrales au charbon. BNP Paribas y occupe la huitième place au niveau mondial et la première place pour la France. ”

    Du coup, je m’interroge toujours sur le bien fondé de ses actions, à fortiotri quand on cherche à communiquer dessus via des bloggeuses.

    Malgré tout, je le répète puisque je te suis depuis très longtemps et que j’aime vraiment beaucoup ton blog, cette critique n’est pas dirigée contre toi et j’ai toute confiance dans ton engagement. J’espère que tu ne m’en voudras pas d’avoir publier cet avis 😉
    (Par ailleurs, je dois aussi balayer devant ma porte : ça fait longtemps que je me dis que je dois me pencher sur ma propre banque, voir ce qu’elle fait, où elle se classe et envisager d’en changer éventuellement pour une banque éthique… et je ne l’ai pas encore fait !)

    1. Bonjour Amandine,
      Je me permets juste de te reprendre sur quelques points avant de répondre sur le fond :
      La direction de l’engagement du groupe BNP PARIBAS n’a pas invité “des blogueuses” mais moi, juste moi, j’étais la seule “pièce rapportée” extérieure de cette délégation, pour faire des photos et parce que j’avais un véritable intérêt pour ce pays que j’aime particulièrement pour plein de raisons dont certaines tout à fait personnelles.

      Je n’ai pas été rémunérée bien sûr et je n’avais absolument AUCUNE obligation d’en parler.

      Je l’ai fait parce que cet engagement auprès des femmes est très honorable, me touche et justement parce que BNP Paribas ne communique presque pas sur ce genre d’actions envers les femmes alors qu’ils en font beaucoup, même chez nous.

      Pour le reste des points que tu soulèves, je botte en touche !
      Gardons en tête que BNP Paribas est une banque, pas une ONG 😉

      Ma position, c’est d’encourager toutes les initiatives “féministes”, et j’y suis encore plus sensible quand elles comportent un volet environnemental.

      Après je ne travaille pas pour eux, je ne suis pas leur attachée de presse ou leur avocate pour te répondre sur des dossiers sur lesquels je suis visiblement moins bien informée que toi 😉

      Par contre, la prochaine fois que je les rencontre, je n’hésiterai pas à leur faire part de tes remarques afin de savoir comment ils se placent face à ces sujets problématiques, et ne manquerai pas de venir agrémenter ma réponse ici, tu peux compter sur moi !

      En tout cas, sache que je ne t’en veux pas une seconde de publier ton avis, tu le fais avec gentillesse, respect, politesse et arguments recevables donc c’est tout à ton honneur ! Et merci pour tes gentils mots et ta fidélité aussi, ça fait plaisir et j’espère que tu reviendras même si cet article t’a laissée “mitigée” 🙂

  6. Bonjour Pauline, bravo pour cet article qui change définitivement des comptes rendus de voyages de presse qu’on peut habituellement lire. Par contre, ce n’est pas parce que tu as accouché dans un environnement (sur)médicalisé que tu as échappé aux violences médicales auxquelles les femmes sont confrontées tout au long de leur vie, en particulier lors de leur accès à la contraception/grossesse/accouchement, etc. J’extrapole peut-être quand je lis ta phrase sur ton accouchement, mais tu peux avoir des critiques légitimes sur le système de santé occidental et la manière dont il traite les femmes sans pour autant passer pour une privilégiée capricieuse. Toutes les femmes ont le droit d’être respectées et d’avoir accès aux soins médicaux nécessaires. Beaucoup trop de femmes meurent en couches en Afrique parce qu’elles n’ont pas accès à ces soins ; en France, trop de femmes se voient imposer des actes qui les infantilisent : il s’agit de deux aspects d’un même problème. D’accord pour la généralisation de l’accès aux soins des femmes africaines, pas d’accord s’il s’agit d’y importer la même vision paternaliste de l’univers médical occidental en Afrique ! Non ?

  7. J’ai adoré cet article si différent de d’habitude ! Merci d’avoir partagé ceci, c’était très instructif et il est clair que ça laisse réfléchir sur un bon nombre de choses, car 360 000 enfants qui meurent chaque année suite à de l’eau insalubre, c’est grave, pas normal, surtout quand on voit comment nous, on vit en comparaison, et qu’il faut vraiment agir et en parler pour que cela change …
    Quant à tes photos elles sont sublimes! Un grand bravo!

  8. Impressionnant la partie sur les technologies, c’est fou de voir par exemple ce fauteuil en paletets, qui a du demander des heures de recherche et de conception, avec du basique finalement. Gros contraste avec la consommation de technologies que nous avons ici en France, qui ne nous émeut même plus.
    Comme dit par d’autres dans les commentaires, j’étais un peu réticente à lire cet article, car je trouvais que ça faisait vraiment “la BNP utilise une influenceuse pour faire sa com”, mais je pense que ton engagement est sincère, et les photos qui illustrent ce séjour lui donnent une vraie humanité.
    Mention spéciale à la dame derrière korka Diaw, sur la première photo d’elle, qui avait l’air un peu fatigué hihi. Et j’aime particulièrement le portrait (de Léa du coup?) en fin de la première partie. Il dégage quelque chose de fort, que je ne saurais expliquer avec des mots.
    Pour terminer, pour ce qui est de faire un métier “superficiel”, je crois surtout qu’on évolue selon le lieu où on vit, et qu’il ne faut pas nécessairement comparer avec ce qui existe ailleurs. Au Sénégal les conditions sont bien différentes de la France, on agirait surement différemment là bas, et il en va de même pour les Sénégalais-e-s s’ils étaient chez nous. L’important c’est que chacun puisse mener sa barque comme il l’entend et réussir dans ses projets.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *