La vie en rose, malgré tout !

23 avril 2020

Un petit look tout rose qui signe la reprise par ici ! Et un article un peu confession…

Car passées les craintes et angoisses liées à cette pandémie, la peur pour la santé de mes proches, la peur d’une activité au point mort (pas de nouveaux contrats depuis début mars, ça fait un peu flipper quand on est indépendant et qu’on vient en plus de prendre un emprunt pour un appartement à Paris dans lequel on ne peut plus aller !), la peur de l’inconnu, la culpabilité de ne pas être productive ou créative (parce qu’avec mon loustic dans les pattes, je n’ai pas les idées suffisamment claires pour avoir l’inspiration, ni pour mettre d’éventuelles idées en application), une fois tout ça « digéré », je dois avouer que mon optimisme a refait surface.

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts.

Je suis persuadée qu’on va tous sortir grandis de cette crise. Qu’on va revoir certaines choses, nos modes de vie, de consommation. Pour le mieux.

Et au final, je suis, à titre personnel, reconnaissante de cette « pause » imposée.

Je n’ai jamais passé autant de temps avec mon fils, à jouer, à jouer, à le voir grandir, évoluer, changer. L’absence de travail (subie au départ, choisie ensuite) me permet ça et ça vaut tout l’or du monde.

D’ailleurs, mon fils, du haut de ses quatre ans, il la vit super bien cette crise. Il parle de temps en temps de la « maladie », du « conoruavus », mais plus pour montrer qu’il a vaguement compris ce qu’il se passait. Sinon, il a juste l’air super épanoui, super content qu’on ait du temps pour lui, plus que d’habitude.

Bref, on continue à voir la vie en rose, même si tout ne l’est pas.

On est conscients de notre chance, conscients aussi de la pression acharnée qui pèse sur d’autres métiers, des soignants aux éboueurs, en passant par les hommes et les femmes de la grande distribution, de la banque, de la gendarmerie et de la police, du transport, de tous ces métiers qui ont encore plus de travail que d’habitude, le tout avec des conditions parfois cauchemardesques, et en prime des risques pour leur santé. J’espère qu’on saura s’en souvenir et se rappeler à quel point ils sont essentiels. Se souvenir de leur héroïsme.

Je suis fière et heureuse aussi de voir que plusieurs marques de cosmétiques avec lesquelles je travaille ou ai travaillé ont délaissé quelques semaines la fabrication de crèmes anti-rides et parfums pour faire des solutions hydroalcooliques offertes aux hôpitaux et ont fait don de milliers de crèmes pour les mains par exemple, afin de soulager la peau malmenée des personnels hospitaliers. Admirative des volontaires qui, au lieu de se réfugier chez eux, ont repris le travail pour apporter leur pierre à l’édifice.

Bref, je crois que cette crise fait ressortir le meilleur chez certains et le pire chez d’autres…

Au final, l’absence de dizaines de mails tous les jours, le ralentissement de mes publications, le recentrage sur l’essentiel (mon mari, mon fils, notre santé, le temps pour soi), c’est une bénédiction et pas une malédiction.

Au bout d’un mois et demi quand même, ça m’a manqué de shooter, d’écrire ici, de partager avec vous mes petites pensées et ma couleur préférée. J’en avais un peu marre de publier une fois par semaine une photo d’archives plus du tout d’actualité… et ça me rendait nostalgique !

Alors voilà, je ne reprends pas un rythme effréné, mais je refais surface ! Tout doucement, à mon rythme, et j’espère que ça vous apportera une petite parenthèse toute rose, un petit moment futile et un peu divertissant, un petit instant « comme avant ».

Prenez soin de vous et de vos proches, plus que jamais.

__

Sweat HOLIDAY BOILEAU – Pantalon ISABEL MARANT – Escarpins Lou SEZANELunettes de soleil YVES SAINT LAURENT – Sac en perles Vintage (acheté à Tokyo dans une boutique de kimonos seconde main) – bague Coeur corail YVONNE LEON – Lipstick ELIZABETH ARDEN Pink Punch (mon rose préféré !!)

Une petite précision pour celles qui auraient raté un épisode et celles qui ne suivent pas l'actualité des voisins européens.

Ici, où j'habite, en Allemagne, le "confinement" est beaucoup moins strict. Depuis le début. On est bien sûr encouragés à rester chez soi, les rassemblements sont interdits, les commerces non essentiels sont fermés, les kindergarten, universités et autres écoles aussi.
Mais on a le droit de sortir, tant qu'on respecte les distances et gestes barrières.

L'Allemagne a été moins touchée que la France, et a géré la crise différemment (je ne vais pas rentrer dans les détails ni faire de politique ici, je décris juste le contexte du pays dans lequel j'habite, et je devrais même dire la région, car l'Allemagne est une république fédérale donc la plupart des décisions ne sont pas prises au niveau central mais dans chaque "Land" = région ; j'imagine que certaines choses sont différentes à Berlin par exemple).

Alors bien sûr, pour autant on sort peu, et on fait très attention, à la fois pour ne pas se retrouver contaminés mais aussi pour ne pas prendre le risque de contaminer les autres au cas où l'on soit sans le savoir des porteurs du virus asymptomatiques.

Progressivement, depuis lundi, on sent que ça s'assouplit, Romain qui travaille à l'université va reprendre petit à petit des plages horaires à son bureau. Notre kindergarten offre aux parents qui travaillent la possibilité de déposer leur enfant quelques heures par semaine, sur des horaires aménagés, et en très petits groupes.

Bref, on commence à voir le bout du tunnel, même si notre tunnel a été bien moins sombre qu'en France car la situation n'a jamais été la même, que ce soit en termes de nombre de victimes, de politique de test (massifs ici), ou d'engorgement des hôpitaux, pour ne citer que ces trois exemples, pas forcément corrélés.

Donc non, je ne vais pas vous mentir ces photos ne datent pas d'"avant". Elles datent d'hier. On est sortis, tous les trois (première fois à trois depuis presque un mois et demi), pendant 40min, se balader et shooter ces photos à quelques centaines de mètres de chez nous. Un mur rose que vous avez déjà vu mille fois par ici d'ailleurs. On n'a croisé personne sur notre chemin. On n'a pris aucun risque. Transgressé aucune interdiction.

Je sais que vous êtes intelligentes et que vous ne prendrez pas ça pour un encouragement à sortir de chez vous.
En France, la situation est plus grave et je ne saurais trop vous rappeler de suivre les règles du jeu et de rester chez vous si vous le pouvez (exception faite des gens qui travaillent et n'ont pas l'option du travail à domicile bien entendu).

RESTEZ CHEZ VOUS !
pour le bien de tous et pour ne pas rallonger inutilement ni la durée du confinement, ni la liste des victimes de ce fichu virus.

16 commentaires sur “La vie en rose, malgré tout !”

  1. Merci pour ce nouvel article qui fait tellement plaisir !!!!! De la nouveauté et de la bonne humeur, C est tout bon pour moi !!!! Merci et très bon week end

  2. Merci pour cet article ! Je suis 100%en phase avec ton mood du moment ! Ça fait tellement de bien de ralentir….et de se recentrer sur l’essentiel !
    Sinon, pour parler chiffons, ton look est à croquer, ça fait du bien de revoir ce type de post ! De la beauté et de la douceur

  3. j’espère que ton activité va reprendre, cependant les posts où tu soupires sur un prochain voyage me désolent.
    Je ne pense pas qu’encourager les voyages longue distance soit envisageable à cours ou long terme.
    Les avions sont source de pollution, ils ont contribué au réchauffement climatique et à la probagation du virus donc les voyages bon marché pour un oui ou pour un non, ce doit être banni de notre vocabulaire désormais.

    1. Pas trop envie de rentrer dans une telle polémique en ce moment, bien sûr qu’il va falloir revoir nos modes de vie après, chacun fait des efforts à sa mesure.
      Je n’ai pas de voiture, j’achète très majoritairement mes fruits et légumes localement et de saison, on essaye de progressivement se passer de viande (plus dur pour mon mari que pour moi qui ai été végétarienne pendant 7 ans pendant ma vingtaine), je prends le train quand l’avion n’est pas indispensable, je consomme beaucoup beaucoup moins de fast fashion qu’avant (presque plus du tout !) et essaye de privilégier les vêtements fabriqués en europe, je ne change pas d’iphone tous les ans et essaye de garder mes appareils électriques et électroniques le plus longtemps possible, je trie régulièrement ma boîte mail (on y pense peu à la pollution numérique, alors que c’est une catastrophe).
      Mais oui, parfois je mange des avocats et des bananes qui viennent de loin, j’aime voyager et je fais un métier qui peut pousser à la consommation. PIRE : j’ai un enfant (le pire facteur qu’il soit pour le calcul des empreintes carbone !)
      Chacun fait les efforts qu’il peut…
      Mais tirer sur les autres sans savoir ce qu’ils font pour limiter leur impact n’est pas la solution.

    1. C’est normal d’avoir peur, et je crois que tout le monde angoisse un peu des séquelles qu’il va falloir gérer dans les mois (années ?) qui viennent.
      COURAGE Aurélie,
      Bises !

  4. Tu as raison: ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts.
    J’ai très mal vécu le confinement en France, car ils avaient bloqué tous les parcs, plages et rivières (j’adore la nature), et travailler à domicile quand on a des jumelles de 10 ans et qu’on est maman solo et que l’on doit assumer leur scolarité, c’est super dur. Je ne suis sortie qu’avant-hier et suis restée enfermée pendant 1 mois, horrible.
    Mais j’en ai tiré des leçons et cela m’a beaucoup permis de me concentrer sur l’essentiel, même si les personnes qui ne respectent pas le confinement me rendent folle.
    Je me suis fait plein de petits cadeaux et mieux concentrée sur moi lorsque mes filles étaient chez leur père (sessions de pampouillages bio et le silence, un vrai bonheur) et je me suis remise à la marche et hier, j’ai trouvé un vélo vintage rose à 50€!
    Donc je vois la vie en rose comme toi et je suis très motivée, car je n’en avais pas fait depuis la naissance de mes filles.
    Ta tenue est magnifique. J’ai beaucoup misé sur les couleurs cette année (rose flashy, vert, couleurs pastel, j’ai fait tout le pantone en gros).
    Merci de ce si bel article et de tes photos que j’adore, ainsi que de ta tenue

    1. Un vélo rose et ça repart !
      Plus sérieusement, c’est ça la vie en rose : il faut voir le positif et oublier un peu ce qui est gris… Pas faire l’autruche non plus, mais laisser le positif l’emporter sur le négatif !
      Bon courage avec tes filles, et courage, on voit la lumière au bout du tunnel là !

  5. Il faut suivre les recommandations de nos pays ( USA ici!) et être le plus raisonnable possible c’est tout!
    Quand on ne croise personne, c’est assez facile la distanciation finalement!

    Bon retour!

    1. Oui, c’est tout à fait ça : suivre les recommandations formulées par des gens qui savent mieux que nous 😉
      Bon courage aux USA, la situation a l’air bien compliquée… J’espère que ça va où tu es !

    1. Accro aux lunettes coeurs ! Et le petit sac en perles, j’en suis d’autant plus fan que c’est un souvenir de voyage : acheté dans une boutique de kimono vintage à Tokyo !
      Belle journée Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *