Summer Memories 2019

28 août 2019

Il parait que c’est la fin de l’été.

Moi j’ai encore envie de m’y attarder.

Prendre encore un peu le soleil, prendre encore un peu le temps.

Et puis reprendre.

Le cours des choses, les jolis projets, les articles en chantier, les photos à trier, les voyages pas encore racontés.

Mon clavier, mon appareil photo, les nuits courtes et les week-ends qui passent trop vite.

J’ai pas mal repoussé le moment d’écrire et de publier cet article, car une fois que ce sera fait, je sais que je ne peux plus reculer.

Comme tous les ans, je reprends donc sur mon blog avec un article un peu nostalgique.

Comme tous les ans, je ne suis pas pressée de parler de la rentrée, j’ai plutôt envie de prolonger la douceur de l’été, j’ai encore plein de choses à vous raconter.

Comme tous les ans, je cours après les saisons, je les fais traîner avec délice.

Comme tous les ans, je commence par consigner mes souvenirs d’été avant de m’atteler aux projets de la rentrée.

Je les collectionne comme autant de précieux petits trésors.

Petite liste non exhaustive :

Les câlins de mon fils, avec qui je suis partie deux semaines sans son papa qui était retenu en Allemagne par ses fourmis et ses expériences.

 

 

 

Les couchers de soleil sur la plage, parfois colorés, parfois dramatiques, mais toujours sublimes avec les reflets des nuages sur ces grandes étendues de sable mouillé…

Les tours de manège de mon bonhomme à bouclettes et son sourire les deux fois où il a attrapé le pompon…

Plonger dans le dressing d’une princesse iconique, déménagé le temps d’une expo dans la villa d’enfance du créateur de sa maison de couture préférée…

Et admirer les robes Dior de Grace Kelly, dans ce musée granvillais dont je vous ai déjà parlé tant de fois ici et sur instagram…

Le raffinement coloré des fleurs de perles et de sequins de cette robe en particulier…

L’odeur de la crème solaire dans ce petit cou… et les chatouillis des bouclettes sur mes joues quand j’y dépose des bisous.

Les grains de sable déposés par le vent sur les pétales des hortensias…

Les rayons oranges du soleil levant qui, au travers des fines rayures des voilages de cette chambre en bord de Rhin, devenaient courbes et se croisaient enfin…

Ce vieux couple qui se baladait bras dessus sur le sable rose… même de loin, on entendait leurs coeurs battre à l’unisson.

Les arcs-en-ciel, on en a eu plusieurs pendant 2-3 jours mais celui-ci, double, était tellement magique :

La complicité naissante entre mon fils et sa cousine (et son plus petit cousin aussi, mais il est encore petit et ils sont pas faciles à suivre, les deux grands, montés sur ressort !).

Comme tous les ans, je reviens de ma « detox digitale » (3 semaines sans instagram !) plus motivée et inspirée que jamais.

Comme tous les ans, j’ai eu besoin de déconnecter pour mieux me reconnecter à moi-même, à mes envies, à mes aspirations.

La différence avec les années précédentes ?

Cette année j’ai vécu cette détox sans culpabilité !

Après tout, presque toutes les professions ont le droit de laisser leur travail de côté quelques jours. Pourquoi pas les blogueuses/ instagrameuses ?

Il me parait indispensable, et très sain, de vivre ses vacances loin de son outil de travail, quelque soit la profession qu’on exerce.

Les années précédentes, je culpabilisais, j’avais peur aussi je crois d’être un peu « oubliée » si je disparaissais trop longtemps, peur de rater des trucs. Il y a, quand on travaille avec pour principaux outils les réseaux sociaux et/ou un blog, une espèce de « pression de la présence constante ». Sur instagram, c’est flagrant. Si tu fais pas des posts et des stories tout le temps pour tout (et surtout n’importe quoi), tu disparais quasiment du feed de tes abonnées, faute d’un nombre d’interactions suffisantes.

J’ai toujours fait les choses à mon rythme, je n’ai jamais adhéré à ces stratégies d’omniprésence sur tous les sujets et j’ai toujours privilégié la qualité (de mes publications, de mes interactions avec vous, de mes collaborations) à la quantité.

Pendant longtemps, je culpabilisais un peu d’être comme ça, j’avais peur que ça paraisse comme de la distance, un manque de « spontanéité » (mot qui mériterait un article entier ! parce que j’ai la sensation que les réseaux sociaux ont contribué à galvauder son sens…).

Mais il faut croire que j’apprends à m’accepter comme je suis (à 35 ans, il serait temps !), et que si j’ai encore du mal à le faire pour ma silhouette, ça commence à marcher pour mes méthodes de travail et ma manière d’exercer ce joli métier de blogueuse.

Je ne suis pas une machine à poster, certes. Mais en fait, ça me va très bien et je n’ai pas envie d’en être une !

À force de culpabiliser de me sentir moins au taquet que mes collègues, j’en avais oublié que l’important n’est pas de se comparer mais de faire les choses à sa façon, et qu’il ne faut surtout pas se sentir coupable d’être soi !

Donc j’arrête de m’excuser d’être comme je suis et je continue à faire les choses à mon rythme, comme j’aime les faire… mais SANS CULPABILITÉ !

Comme tous les ans, j’ai rechargé les batteries en confiance, en inspiration et en énergie.

Comme tous les ans, je n’ai pas vu le temps passer, tellement je n’en perdais pas sur mon téléphone !

Comme tous les ans j’ai pris plein de photos de tous ces souvenirs.

Plein de photos de mon fils, qui, comme tous les enfants je crois, grandit tellement plus vite pendant les vacances.

L’été c’est comme les couchers de soleil sur la mer… j’aimerais que ça ne s’arrête jamais.

Mais le cliquetis de mes ongles sur le clavier de l’ordinateur a remplacé le clapotis des vagues sur le sable mouillé…

Maintenant que j’en ai fini avec le récit coloré de mon été au ralenti…

Je crois que bien que ça y est… je ne peux plus reculer…

La page est tournée…

C’est la rentrée.

à très vite !

25 commentaires sur “Summer Memories 2019”

    1. Bonne rentrée à toi !
      Oui c’est tout bizarre, et complètement paradoxal, d’un côté je suis un peu soulagée de retrouver une partie de mes journées pour moi et pour travailler. Mais de l’autre il me manque…!
      Et puis surtout, il la vit pas très bien cette rentrée bizarrement…
      En allemagne, la rentrée au kindergarten, c’était le 15 août, il a fait une sorte de pré-rentrée deux jours et on est repartis tous les deux une semaine en région parisienne et à Paris.
      Et là, cette semaine, pour sa vraie rentrée, c’était la cata : poussée de fièvre dimanche et lundi (comme par hasard) et depuis mardi matin, pleurs et gros chagrins quand son papa le dépose… il adorait y aller l’an dernier et cette année, on dirait qu’il ne veut pas y retourner… dur dur…

  1. Quelle poésie cet article, bravo.
    Bonne reprise – rentrée, continue de faire à ton rythme, c’est ce que l’on aime chez toi.
    Un travail de qualité, de sublimes photos et une très belle plume.
    Bises

  2. Un bien bel article!
    J’essaie de prendre le temps de laisser de plus en plus de commentaires sur votre blog. Inconsciemment surement pour vous encourager à rester comme vous êtes, vous soutenir dans vos positions …
    J’ai l’impression que les lecteurs ont également envie de prendre plus de temps en dehors de leur téléphone, en tout cas moi oui 🙂
    Alors ce rythme, ralenti mais sincère et votre travail toujours très bien fait (non baclé pour répondre à un objectif de post), toujours à proposer quelque chose de nouveau sont si appréciables.
    A moins poster, on se connecte aussi moins donc on profite davantage de nos vies hors réseaux sociaux.
    En tout cas pour moi j’adhère complétement. « the fear of missing out » est moins présent car on sait que même si on doit rattraper la lecture de plusieurs post on n’y passera pas 1 heure et que ce sera toujours avec joie.

    Très belle rentrée!

    1. Merci Clara, pour votre message et votre démarche : je ne vais pas mentir, les commentaires sont un véritable encouragement !
      Ils montrent en effet que les efforts fournis pour vous proposer un contenu divertissant et inspirant portent leurs fruits 🙂
      Pour rebondir sur la FOMO, la peur de rater quelque chose, je ne vais pas dire que je n’en souffre plus, mais je l’ai déplacée depuis que je suis maman : je n’ai plus peur de rater un post ou une collab, une soirée ou un voyage, si je m’absente d’internet quelques heures ! Par contre j’ai peur de rater un sourire de mon fils ou une de ses petites phrases rigolotes dont il a le secret parce que je suis le nez dans mon téléphone !
      Et quelque part, si je poste des jolis petits moments de vie, des photos de voyage et autres looks et conseils beauté, avec parcimonie, c’est aussi pour cela : j’ai envie que vous viviez votre vie au maximum et que mes posts vous incitent à cela plutôt que de vous gaver avec une mise en scène constante de la mienne destinée à vous faire consommer plus 😉
      Belle rentrée à vous Clara, et j’espère que vous tiendrez votre petite résolution de laisser ici plus souvent une petite trace écrite de votre passage !

  3. Merci Pauline pour cet article tout en délicatesse et nostalgie. Des mots vrais, loin des discours surfaits. Un regard touchant sur la vie. Une attention portée aux choses, même les plus infimes, qui font tout le sel de l’existence. Très belle journée à vous !

    1. adorable compliment !
      J’ai toujours écrit, ici et ailleurs, et j’ai tendance à prendre plein de photos que je ne publie pas nécessairement…
      C’est vrai que Natacha m’a beaucoup boostée, pendant notre voyage au Nevada que je vous raconterai bientôt, à ne pas brider mes envies, à laisser libre cours à ma créativité, à ne pas me censurer !
      Par exemple, elle m’a beaucoup encouragée dans la création de mon deuxième compte insta (d’ailleurs il faut que je m’y remette !!) @zevirpeniluap
      J’aime beaucoup ce petit bout de femme artiste aussi adorable qu’inspirante !
      Belle rentrée à toi !

  4. trop chouette ce post, je pensais justement à toi ce matin et je me demandais si tu allais continuer ton blog… alors que plein de blogueuses que je suivais ont arrêté sans prévenir (sans doute pour passer sur Instagram mais ça ne m’intéresse pas plus que ça comme média). Alors va à ton rythme mais partage encore de temps en temps des looks !

    1. Alors je te rassure tout de suite, JE N’ARRETERAI JAMAIS LE BLOG !
      J’adore instagram mais je continue à le considérer comme un satellite du blog et pas l’inverse 😉
      Et quand je dis que je veux aller à mon rythme, c’est pas forcément de publier tous les 36 du mois, c’est juste de suivre mon rythme comme je l’ai fait ces derniers mois : en gros, alterner les périodes de voyages ou d’aller-retours à Paris, pendant lesquelles je suis super productive en création de contenu mais sans possibilité de poster régulièrement, et les périodes à la maison, pendant lesquelles je trie, édite et publie toutes les photos en stock tout en shootant des petits looks le week-end !
      Le mois de septembre devrait être intense par ici : looks de transition été/automne + 4 ou 5 articles pour vous raconter enfin mon road trip au Nevada en plusieurs épisodes !
      Tu peux revenir ici quand tu veux, y’aura toujours quelqu’un 😉

    1. Elles sont tellement jolies qu’on arrive pas à les couper 😉
      cheveux mouillés, boucles étendues, ils sont presque aussi longs que les miens haha !

      Heureuse que les photos te plaisent 🙂

  5. Ca fait une éternité que je n’avais pas pris le temps de passer par ici. Ce soir, je rattrape ce que j’ai loupé !
    Cet article est superbe, très agréable à lire, on prend le temps de regarder les photos et de lire chaque phrase. Ca fait du bien de te retrouver ici, loin de la rapidité d’instagram.
    Maintenant je vais attaquer tes récits sur le Nevada, j’ai hâte !
    Belle soirée à toi 🙂

    1. LES BLOGS NE SONT PAS MORTS !
      Sur instagram, on peut pas en raconter autant, en montrer autant, et puis les photos sont pas bien grandes, on est interrompu par des pubs…
      J’espère que les articles sur le road trip au Nevada t’auront plu tout autant !
      Merci de venir faire une petite session de rattrapage par ici de temps en temps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *